avril, 2010

J’ai mal au coeur

Bonjour c’est Brian, ca va ?
Moi pas du tout, je suis dégoutté car Violette a insisté pour que je viens à Brive et je voulais pas du tout.
Souvenez-vous que je doivé montrer mes cagouilles à Karen samedi et tout mon plan pour la conquérire tombe à l’eau. Qui c’est qui va encore finire puceau ? Ben c’est Brian comme dabitude. Pfffeeeeiouuuuu, je vous jure comme je suis déprimé.

En plus j’ai mal au coeur dans le train, je ne peux pas lire sinon je vomis, alors j’ai emmener des haricot verts pour les effeuillé (ou je sais plus le terme exacte). Comme ça je penseré à autre chose et surtout pas à Karen.
Le seul truc qui me console c’est qu’on va allé à un match de rugby samedi et je suis fan de Christian Karembeu. J’espère que je pourrer lui demandé un autografe comme ça je vous le montrerais sur mon blogue.

Pensez à moi surtout et je vous aime.

Brian

5

Brive-La-Gaillarde : 2880 mn d’arrêt

Bon, les copains, je passe à tire-larigot car j’ai ma valise à faire. C’est la grosse expédition, car figurez-vous que je vais passer le week-end à Brive-La-Gaillarde. Ah ça, tu peux le dire, ça envoie du rêve !
D’ailleurs, je me fais un petit tour de France en Téoz jusqu’à mardi, car je file dès dimanche soir en campanule récupérer Cyclamen qui revient du Morbihan avec sa planche de Bodyboard (tu suis ?). A moi le Corail ! A moi la SNCF des grands chemins ! A moi la gerbe dans tous ces trains à petite vitesse dépourvus de wagon-bar et de stabilité pédestre !

A Brive, j’espère bien croiser Patrick Sébastien pour que tous les deux, on fasse tourner les serviettes lors de la troisième mi-temps. Oui, c’est pas Lady Gaga, Patrick, mais je m’excuse c’est du people populaire. Enfin ça, c’est si j’ai le temps parce que j’ai un planning aussi chargé qu’une robe libanaise !

63

Le poisson rouge

Salut les éponges. Lundi prochain, Cyclamen aura 6 ans. Ca fait des mois qu’elle rêve d’avoir un poisson rouge, alors comme à Noël c’était pas possible sinon il aurait rôti dans la cheminée pendant le passage de Santa le claustro, cette fois j’ai dit let’s go.
Me voilà donc, toute angoissée par l’événement, courant vers la poissonnerie la plus proche.

« Bonjour tout le monde« , j’ai fait, « Je veux un poisson rouge, mais je ne sais pas comment on fait ! »
« Vous inquiétez pas« , a répondu le poissonnier, « des pigeonneaux comme vous on les aime bien !« 

C’est que le mec, voyant ma débilité profonde en matière aquatique, il a voulu me refiler tout le magasin. Qui d’un aquarium géant, qui de plantes japonaises ruineuses pour pas que le poiscaille s’ennuie de trop, qui de sacs de galets à n’en plus finir…
J’ai dit que peut-être faudrait voir à pas exagérer, on n’a pas pour ambition de reproduire la promenade des anglais dans le bocal ! Je te jure, c’est abusé.

66