avril, 2010

Bonjour, c’est Brian

Salut tout le monde.
Je suis un peu ému aujourd’hui, car ma vie sur l’Internet commence et je sais pas trop faire. Mais si Violette a réussi à sans sortir, je me dit que tout le monde peut y arrivé !
Avant de vous emmené dans mes aventure, je vais dabord me présenté, c’est normal.

Donc voilà, je suis Brian, j’ai 16 ans et demi, j’ai des beaux cheveu blonds très brillants et je fais des études littérères. Pour l’instant, je préfére masqué mon visage, je veux pas que Madame Moulinet, ma proffesseure principale, me reconnaisse.

J’ai voulu faire ce blogue pour m’entraîné à l’écriture car j’envisage de sortir mes mémoires l’année prochaine. Donc, j’aimerè qu’un éditeur me remarque.
Et puis, moi aussi je veux rédigé des billets sponsorisés sur la cueillette des vendanges ou bien recevoir un maillot de bain estoy. Tout ces avantages m’aiderais bien car Violette me donne pas beaucoup en argent de poche.

Je ne sait pas si je serai acidu, mais j’espère quand même que vous aimeré mon blogue. Ah oui, et aussi je n’aurais pas le temp de répondre aux comentaires car je suis en cours la journée. Pardonné moi par avance.
A bientot.

Brian

36

Amande Persane

Au début des années 80, j’avoue ne pas bien me souvenir des soirées MIA ; par contre je me rappelle trop des pyjamas parties du mardi soir chez mes grands-parents. Une fois le kilt retiré, je mangeais des Mars devant un bon vieux John Wayne ou du Louis de Funès les soirs de gala.
Faut pas se demander d’où je tiens mes caries, quoi.

Parmi toutes ces madeleines, il y a aussi le savon Roger & Gallet de ma mère-grand, enveloppé dans le papier grand genre. Je crois que je trouvais déjà ça un peu désuet à l’époque, alors que j’étais pourtant pas si dégourdie.

35

Le maillot ERES

Dis donc, les gonzes, vous ne croyiez tout de même pas que j’allais me coller en maillot de bain et exposer ainsi ma fausse cellulite sur l’internet ? Que tu es naïve, parfois, c’est effrayant.
Même en m’offrant des peaux de lapin, jamais vous ne verrez la maîtresse de céans en maillot. Il nous faut pudeur garder les copains !

Donc, dernièrement, j’ai reçu dans ma BAL une invitation de chez Eres qui disait « Passe donc à la boutique boire le Champomy, on t’offre un maillot !« . Bizarrement, y’a des mails, tu trouves toujours le temps d’y répondre dans les 12 secondes. J’aime  assez imaginer la tête de mes consoeurs de la blogosphérie à ce moment précis où le courriel a atterri sur leur informatique : ça a du y aller en petits cris stridents de putois ! Des dizaines de « hiiiiiii » hystériques ont survolé les toits de Paris ce jour-là, j’en suis sûre. En même temps, c’est vrai que c’est plus bandant que l’invitation à une lecture de Sartre, on s’excuse.

63