PLACE TO BE

Révolution florale

Vous ne trouvez pas que le bouquet de fleurs s’est sacrément démocratisé, vous ? Ne soyez pas sottes, je ne veux pas dire par là que le bouquet de 15 roses est passé sous la barre des deux balles. Non, en fait j’ai juste l’impression que les fleurs ne sont plus liées à un événement précis – un geste romantique, une envie de mettre une cartouche le soir-même, un anniversaire, une fête des mères, etc… – et que désormais, on offre, et surtout on s’offre un bouquet comme une bouteille de rosé pour l’apéro du soir.

Par exemple, moi, il y a encore quelques années, j’attendais niaisement qu’on m’en offre pour pouvoir pousser un soupir de ravissement Oooh des fleurs comme c’est charmant ; je possédais deux pauvres vases… jamais au bon format en plus. J’étais une assistée de la fleur, une passive du bouquet, une loque de l’initiative florale. J’ai bien changé.

24

Chez Minnà, la Corse à Paris

Il y a quelques semaines, j’ai testé un restaurant corse ABSOLUMENT délicieux ! Des produits frais et de saison, des plats savoureux, une cuisine corse de grand-mère revisitée et des prix très serrés pour Paris ; il arrive que, parfois, le petit miracle gustatif opère. C’est le cas Chez Minnà et je n’ai qu’une envie depuis, y retourner.

Je vous fais la visite guidée ? (vous n’avez pas le choix, je le crains)

Pour débuter, on a pris ce jour-là : les croquettes panées de Prisuttu (jambon corse) farcies de tome et le Mille-Feuille au Brocciu, Prisuttu et confiture de figue.
Ensuite, parce qu’on n’était pas là pour enfiler les perles, j’ai choisi le filet mignon de cochon, sauce à la panzetta et purée à l’huile d’olive corse, qui était une tuerie totale (je me souviendrai de cette purée À VIE)(et des calories aussi). Ma compagne de voyage culinaire a opté pour le poulpe saisi à la plancha, boulgour aux herbes et mayonnaise épicée… que j’ai goûté, vous pensez bien, et qui m’a enchanté.

15

Aux Prés, chez Cyril Lignac

La semaine dernière, j’ai eu un dej de boulot dans le restaurant de Cyril Lignac, Aux Prés. Je me suis tellement régalée que j’ai eu envie de vous montrer tout ça #GourmandCroquant (je ne me lasserai jamais de ce verbatim)(JAMAIS).
Avant, veuillez m’excuser pour la piètre qualité des photos. C’est un bistro d’époque pas du tout instagrammable de l’attitude, puisqu’il y fait assez sombre. Du coup, même avec des retouches, les photos ne rendent pas trop hommage. Bon, après, il faut savoir faire des choix. Personnellement, je préfère goûter des mets parfaitement exécutés plutôt que d’exhiber des tasses de café avec des dessins dessus, posés sur des tables en bois genre scandinave. Nobody’s perfect, pardon la bienséance de l’Internet.

12