PLACE TO BE

Chez Minnà, la Corse à Paris

Il y a quelques semaines, j’ai testé un restaurant corse ABSOLUMENT délicieux ! Des produits frais et de saison, des plats savoureux, une cuisine corse de grand-mère revisitée et des prix très serrés pour Paris ; il arrive que, parfois, le petit miracle gustatif opère. C’est le cas Chez Minnà et je n’ai qu’une envie depuis, y retourner.

Je vous fais la visite guidée ? (vous n’avez pas le choix, je le crains)

Pour débuter, on a pris ce jour-là : les croquettes panées de Prisuttu (jambon corse) farcies de tome et le Mille-Feuille au Brocciu, Prisuttu et confiture de figue.
Ensuite, parce qu’on n’était pas là pour enfiler les perles, j’ai choisi le filet mignon de cochon, sauce à la panzetta et purée à l’huile d’olive corse, qui était une tuerie totale (je me souviendrai de cette purée À VIE)(et des calories aussi). Ma compagne de voyage culinaire a opté pour le poulpe saisi à la plancha, boulgour aux herbes et mayonnaise épicée… que j’ai goûté, vous pensez bien, et qui m’a enchanté.

14

Aux Prés, chez Cyril Lignac

La semaine dernière, j’ai eu un dej de boulot dans le restaurant de Cyril Lignac, Aux Prés. Je me suis tellement régalée que j’ai eu envie de vous montrer tout ça #GourmandCroquant (je ne me lasserai jamais de ce verbatim)(JAMAIS).
Avant, veuillez m’excuser pour la piètre qualité des photos. C’est un bistro d’époque pas du tout instagrammable de l’attitude, puisqu’il y fait assez sombre. Du coup, même avec des retouches, les photos ne rendent pas trop hommage. Bon, après, il faut savoir faire des choix. Personnellement, je préfère goûter des mets parfaitement exécutés plutôt que d’exhiber des tasses de café avec des dessins dessus, posés sur des tables en bois genre scandinave. Nobody’s perfect, pardon la bienséance de l’Internet.

12

Campanule : 19 situations inédites

paris-pollution

Salut, c’est Violette. Je vous avais annoncé l’été dernier que je m’installais quasi à plein temps en campanule normande ; en fait je m’étais un peu enflammée car souvent femme varie, et aussi je suis ascendant Lion.
Je ne sais pas si c’est que je n’avais pas vraiment visualisé l’hiver à la campagne (on a l’impression qu’on passe à l’heure d’hiver tous les jours), ou bien si le hasard du calendrier m’a collé plein de rendez-vous à la capitale durant ce premier trimestre, mais je passe en définitive quasi autant de temps à Paris qu’en Normandie.

De façon naturelle, ça donne du 3 jours / 4 jours. Une semaine c’est Paris qui l’emporte, l’autre c’est la Normandie, et tous les gens à qui je raconte ce mode de vie me disent qu’ils m’envient (les gros fayots). Dans mon absolu assez casanier, c’est parfois assez déroutant de changer de maison aussi fréquemment, mais je dois quand même reconnaître qu’il y a aussi là une forme d’idéal. En gros, dès que j’en ai ras le bol d’un environnement je passe au suivant, les deux étant diamétralement opposés : Paris intra-muros vs rase campagne.

42