GIVE ME THE NIGHT

Dita von Teese nue (ah ah ah)

Dita Von Teese 1

Les aminches, je passe dans un courant d’air climatisé pour vous causer rapidement de que j’étais à la Générale de la revue Gentry de Paris, avec Dita von Teese, dimanche soir.

Comment te dire sans être blessante ?
…….

Pourtant, j’en ai vu de la Générale, mais là, excusez-moi, on avait l’impression d’être le premier jour des répétitions (ou quasi). Ca, y’en avait du burlesque, mais pas vraiment celui qu’on attendait. Un spectacle pas terrible.
Enfin, laissons sa chance au produit, et espérons que 24 heures plus tard, hier soir donc, jour de la première, les gens avaient enfin retrouvé leurs costumes, les danseuses appris leurs pas, que le rideau se soit enfin levé, que la lumière fût un poil plus flatteuse pour les corps dénudés et que les micros avaient appris à ne plus grésiller.

30

Mare de café (et d’autres trucs)

cafetiere

Hier matin, alors que je contribuais au bouchage de mes artères en dégustant une tartine de rillettes Bordeau Chesnel, j’ai repensé à ma soirée de jeudi dernier, complètement improbable du vécu.

C’est à dire qu’en entrée, j’étais invitée à dîner chez Senderens, deux étoiles au Michelin. Et qu’en dessert, je me suis retrouvée dans une boum vaseuse pour ex-étudiants avinés, surréaliste au possible. J’explique.

Bref, c’est Philips, qui nous conviait dans la gastronomie, nous autres écrivaines du virtuel, pour le lancement de sa nouvelle machine Senseo. Mr Senderens lui-même avait préparé un dîner exprès pour, le tout aux saveurs del Gringo.

32

Monique est demandée caisse 12

monique-est-demandee-caisse-12

Hé oh, ça va pas Brian ?!
Il est en pleine régression, je vous dis pas.

Il veut remettre des couches…

Alors, dernièrement, l’HDA a réussi à me traîner au théâtre pour encore une de ces pièces à l’emporte-, dont elle seule a le secret. J’entends un théâtre où on a décidé d’aller avec notre libre-arbitre, pas une opération de blogueurs où ça fait genre on vous cultive contre 5 coupes de champ’.

Tel Diego, nous sommes des intellectuelles libres, nous, Monsieur !

C’est pas que je suis snob en la matière, mais moi, les Georges Beller, Danièle Evenou et cie, disons que ça sent pas mal la poussière, quoi…

31