GIVE ME THE NIGHT

La soirée Elle/Wikio (qui aurait un vase ?)

Une personne influente s’est glissée à l’intérieur de la photo.
Pour vous, un indice.

Bien.
Alors c’était comment cette soirée Femme Actuelle/Xiti, que vous vous demandez ?
Oops, j’ai fait une gaffe, c’est le mois prochain ce classement-là.
C’était comment, donc ?

Ben, t’avais qu’à y aller, toi, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise. T’es marrant, l’autre !

C’était que je raconterai plus tard, là je fais un Docteur Maboule, j’ai pas trop le temps.

Mais, à midi, à l’heure où Jean-Pierre Pernaut blanchit la campagne française, à l’heure où Nathalie Marquay pense encore à son idylle estivale avec Daniel Ducruet et bien à cette heure-là, les gens de l’Internet, Daphnée Burki a causé de la sauterie dans l’Edition Spéciale, sur Channel More.

86

Je joue au docteur

♫ Oh, say, can you see, by the dawn’s early light,
What so proudly we hail’d at the twilight’s last gleaming ? ♫

Souviens-toi la semaine dernière, lecteur dissipé, si tant est que tu n’aies pas choppé un Alzheimer foudroyant dans le week-end, je te causais que je pensais me rendre à une soirée déguisée, en Miss Oregon.
Vraiment n’importe quoi, moi, quand on y repense.

………………………
La minute religieuse où tout le monde y repense,
à ce que c’est vraiment n’importe quoi, moi.
………………………

Bon, donc, n’ayant point trouvé moyen de confectionner une écharpe de miss digne de ce titre oh combien apprécié par la France de Patrick Sébastien, j’ai dit écoute Violette (c’est moi), on va pas y passer la Chandeleur, tu as déjà une perruque rousse (celle du poker blogosphérique), pourquoi ne pas l’utiliser lors de cette party ?

66

Miss Berry Val de Loire, élue à Déols

Ca va minou ?
Moi aussi, mais récemment j’étais plongée dans l’embarras.

C’est l’histoire que samedi prochain je suis conviée à une party genre decalecatan decalecatan. Ohé, ohé, vous l’avez deviné, c’est une soirée déguisée. Trop fortiches de la devinette musicale vous êtes.
Le thème c’est « USA ».

Je sais, vous vous dites trop facile, trop large le choix, y’a que l’embarras. Mon for et moi, on s’est regardés quand on a appris la nouvelle, et on s’est dit pareil.
Sauf que je suis feignante par contumace et que j’ai dit au for : « Ouais mais attends, je veux pas y passer 3 plombes en make up, ni courir en talonnettes dans Paris pour chercher le Graal costumier, on va faire simple dans l’attitude »

Comme j’ai déjà un diadème dans ma chambre (je suis fée, c’est pour ça), j’ai luminé grave dans l’idée et songé à me déguiser en Miss. Un truc décalé, genre « Miss Oregon 1992 », voyez l’esprit.

53