juin, 2014

(on voit ton soutif)

chemise a carreaux

Oui, et alors ?
Ma copine Deedee a trouvé son boyfriend rêvé. Bah*, moi aussi.
Le mien descend parfaitement sur le hum sans pour autant faire culotte à monter le canasson. Vous l’avez déjà vu (mon C_L), il vient de chez l’ami vépéciste, il est boyfit, c’est à dire un peu plus fité que son frère le boyfriend, pour un rendu moins hippo. Bref, il est beau.

*Il faut que vous me repreniez sévèrement quant à ce tic langagier. Je l’ai transmis par mégarde à Cyclamen, qui entame tous ses exercices scolaires par cette interjection. Ca passe ici, car vous ne me donnez jamais de vilaines notes (enfin, sauf quelques aigries qui ne supportent pas qu’on puisse gagner de l’argent en faisant un truc joyeux), mais là-bas, à l’école, ça fait un peu désordre.

– « On voit ton soutif, Maman ! » – « Bah oui. »

41

Scotland Baby

EDIMBOURG

En Ecosse, tous les gens rencontrés là-bas nous ont parlé du temps. J’ai d’abord pensé qu’ils avaient le syndrome d’Evelyne – celui qui consiste à checker la météo sur toutes les chaînes de télé, afin d’être vraiment sûr niveau dépression, ou anticyclone. En fait, pas du tout. Je pense qu’on a vécu un épisode météorologique qui marquera l’histoire de ce pays. Celui qu’on retiendra comme la mini-canicule de juin 2014 (25°).
Bon. Dans ce premier billet, je vous parlerai plus particulièrement d’Édimbourg. Et puis, dans le prochain, nous partirons à la campagne (meuh).

Déjà, dans le désordre et sans décodeur, j’ai aimé l’accent à pas piquer des hannetons des gens là-bas. Quand vous comprenez un mot sur trois, vous finissez par sourire niaisement en ponctuant la conversation de « Of course ! », « Yes please », ou « Oh, really ? » ; ça mange pas de pain et ça fait illusion niveau bilinguisme.

J’ai trouvé les Écossais d’une gentillesse exemplaire – c’est normal, les Anglais nous détestent, donc ils nous adorent -, et particulièrement drôles. Un humour peut-être plus pince-sans-rire que chez le voisin english, ce qui est d’autant plus charming (en plus ils sont roux, c’est sexy)(jurisprudence Harry).

45

Some like him hot

guerlain sois belle et parle

L’homme idéal est un mythe (c’est pas moi qui le dis). Son parfum, une réalité.
L’homme idéal ce n’est pas le titre du bouquin guimauve de l’été, ce n’est pas non plus notre père (pour supporter notre mère, on pourrait plutôt parler d’un Saint), et ce n’est pas non plus notre Jules, sinon on s’ennuierait autant que devant un film de Claude Lellouche.

L’homme idéal est très drôle mais jamais vulgaire (il dit que Sacha Baron Cohen va trop loin). Il a le droit de se moquer, mais uniquement des autres femmes. L’homme idéal doit donner envie de faire l’amour, même quand il fait un Powerpoint à 8h15 du matin. Surtout quand il fait un Powerpoint à 8h15 du matin, en fait. L’homme idéal sait réparer une connexion Internet par la pensée et ne laisse jamais traîner sur le rebord de la baignoire, les flacons VIDES de shampoing, pendant 3 mois.

35