LE TRUC CHIC ET PAS CHER

Hey babies !

babies noires vernies

Salut les gars. Je vais faire court aujourd’hui parce que je suis au Maroc, et à Rabat plus précisément pour le festival Mawazine.
Mais quand même, je me suis dit qu’un lundi sans moi provoquerait le désarroi (ça va le melon ?). Donc, aujourd’hui, un focus sur une paire de babies ; un truc chic et pas cher particulièrement enjoyant.

Inspirées de celles dessinées par Valentino (700 balles), ces babies sont disponibles ici à 20€. Dans votre élan consumériste ultra compulsif – on vous connaît -, sachez néanmoins qu’elles chaussent normalement malgré les commentaires du site (jurisprudence tripadvisor), et puis n’oubliez pas de les updater avec un jean ou n’importe quoi d’autre de cool.

15

Femme à…

usine a lunettes

Je ne sais plus si je vous ai déjà dit que j’étais myope (en plus d’Alzheimer) ? En fait, oui, je suis myope et comme je ne porte pas de lentilles (toucher un oeil avec le doigt c’est encore pire pour moi que de manger une craie, imaginez), je suis obligée d’enfourcher des lunettes pour voir de loin.

Je les ai longtemps zappées – surtout quand j’étais étudiante ; c’est moins facile pour draguer dans les soirées de la fac quand on est binoclarde. Et puis, au fil des années, mon semi-brouillard ambiant s’est transformé en purée de pois (j’assure en métaphores, hein ?), et je me suis donc résignée à porter des lunettes all day long, sauf quand je lis, quand je suis sur l’ordi ou quand je cuisine (lol).

Niveau style du carreau j’ai toujours fait dans la sobriété. J’envie l’audace d’Eva Joly. Non, je déconne. Tiens, je viens de me souvenir que je vous avais montré cette jolie paire de chez Anne & Valentin en 2012, et bien figurez-vous qu’il m’est arrivé un truc insensé avec ces lunettes : les verres ont fondu sous la chaleur de mon séchoir à cheveux (??!!!!!)(%%%?!!!!).

33

Simple Diary

IMG_9263

J’ai commencé un journal intime à 11 ans, à l’âge où on étudie le journal d’Anne Franck à l’école (zéro personnalité). Cette histoire a duré environ 4 ans et, même si ça fait mal, je suis forcée de reconnaître que mes écrits d’alors n’avaient pas la force des siens.
Entre « Mes parents sont rien que des cons » et « Je vais me suicider parce que Pascal B. m’a larguée au bout de 3 semaines« , je ne suis pas sûre que, si quelqu’un découvre un jour ce journal au fond d’un grenier, je passe vraiment à la postérité – même si je suis blogueuse de réputation internationale…

Aujourd’hui, à l’âge adulte et en pleine flamboyance de la trentaine (hein ?), je vous avoue que je ne vois pas l’intérêt de coucher mes pensées sur papier. Déjà, parce que ça fait bientôt 7 ans que je raconte des morceaux de vie sur les internets, ensuite parce que même si je suis autant torturée qu’à 13 ans, je sais que ce n’est pas en écrivant que je trouverais le réconfort (rien ne vaut des Margaritas, ou un nouveau sac).

37