CA VIENT DE SORTIR

Lisons !

Comme l’été est une période propice à la lecture, et pas seulement sur une serviette pleine de grains de sable, j’ai pensé faire un récap’ de mes lectures de l’année, aimées ou non.

Je n’ai jamais trop compris pourquoi, dans les féminins, les sélections de livres de plage étaient souvent axées sur des bluettes dégoulinantes de bons sentiments, du Musso, du Mary Higgins Clark ou des niaiseries (je schématise, mais voyez l’idée). Je ne vois pas pourquoi notre cerveau tournerait au ralenti, sous prétexte qu’on zone en maillot de bain. Au contraire, les vacances sont l’occasion de courir après plein de jolies pages qu’on aurait ratées dans l’année.

34

I feel good

Réussir à me faire ouvrir un Feel good book et à le terminer en quelques heures, sans jamais tomber dans l’ennui, relève de l’exploit.

Vous avez sûrement remarqué, au fil des années et des conseils de lecture distillés ici, que je suis plutôt attirée par la littérature un poil plus sombre. La vérité, c’est que je suis une Feel bad girl, et que je ne cherche jamais le bonheur quand je me plonge dans un bouquin. Je veux du sombre, du qui me remue, me gêne, m’embarrasse, me fait pleurer, me met mal à l’aise, me dérange.

Il y a quelques mois, Caroline m’a envoyé le manuscrit de son livre « Mission Hygge » par mail. J’ai tout de suite lu une quarantaine de pages sur l’écran de mon iPhone (j’étais chez le coiffeur)(cette parenthèse me paraissait essentielle dans la narration), et je me souviens être restée interdite face à la fluidité du début du récit. La vache, elle avait écrit un vrai livre, une vraie histoire. Je lui ai aussitôt dit à quel point j’étais impressionnée et fière d’elle, et que j’allais m’arrêter là pour le moment. Je ne voulais pas « gaspiller » son livre sur écran, je désirais attendre la version papier pour continuer, et la savourer comme il se doit.

17

Les loyautés

OH MY FU****G GOD OH MY GODNESS IT’S AMAZING (<=euh, ça va bien la tête ?), ce livre, le petit dernier de Delphine de Vigan, est une bombe. Je l’ai lu d’une traite pendant mes vacances et, en le lâchant enfin un peu sonnée, je m’étais dit qu’il fallait absolument que je vous en parle.

Je n’avais pas trop aimé le précédent roman de Delphine de Vigan, « D’après une histoire vraie », mais « Les loyautés » est un petit concentré d’émotions, qui provoque des questionnements, des réflexions.

En peu de pages, l’auteure explore pas mal de sujets d’une façon pudique et juste : la maltraitance, le divorce, l’amitié, l’enseignement, l’amour maternel et les loyautés. Des sujets dans lesquels on se retrouve à un moment ou à un autre du livre. (J’allais ajouter « forcément », mais si ça se trouve ça n’est pas évident.) C’est ce qui fait une de ses force, à mon sens.

16