PORTNAWAK

Brian & Boris

Brian est inconsolable. Samedi après-midi, alors que je lui faisais réviser sa table de 6, l’effroyable nouvelle est apparue sur l’écran bleu du poste allumé : Jean Ferrat s’en est allé.
C’est pas qu’il était de sa génération, à Brian, oh non, mais ce dernier lui vouait une admiration sans bornes depuis qu’il avait découvert leur point commun : une dentition approximative.
Brian aussi, il a toujours des bouts de mesclun qui pourrissent dans ses interstices dentaires. Et ça lui plaisait bien qu’une star de la chanson partage ce petit tracas avec lui.

J’ai eu beau tenter de tempérer sa fièvre, arguant que c’était quand même un communiste, Brian n’a rien compris. Ca va être beau, son vote des Régionales, je te raconte pas.

31

What’s this ?

what's this

Comment ça, y’a rien à gagner ? Ah non.

65

Des fleurs pour Salinger

l'attrape coeur

Depuis hier soir, je suis complètement désemparée.
Alors que je mangeais des brochettes au fenouil tout en regardant Pujadas secouer sa tête de Playmobil, voilà que j’apprends que J.D. Salinger venait de mourir. Mon étonnement fut tellement grand qu’un fenouil a glissé de ma fourchette vers une latte du parquet. C’est certain, il a trouvé son cercueil, lui.
Je veux dire, c’est vraiment n’importe quoi, parfois, la télévision. C’est comme si on nous disait que Tintin ou Sankoukai décédaient brutalement.

Enfin, heureusement que j’ai encore toute ma tête et que j’ai retrouvé, grâce à ma culture immensément riche, que c’était un personnage créé par Indochine. Une sorte de moine qui était en location (vu les prix qui flambent, tout le monde ne peut pas devenir propriétaire, c’est sûr), je ne sais plus trop.
Si ça continue, on lira dans le prochain JDD que Miss Paramount s’est suicidée, aussi ? Ce serait la meilleure celle-là.

J’ai de moins en moins confiance dans les médias, moi.

42