juin, 2010

Béatitude au supermarket

Toute gonzesse normalement constituée (i.e. composée du minimum syndical de superficialité) revient des U.S. la valise remplie de vernis. Je n’ai jamais failli à la règle même si, de loin, se taper de 8 à 14h de vol pour économiser 40$ de coloriage à ongles, c’est quand même grandement pathétique. Heureusement, on y va pas que pour ça… Ah si ?
Le truc, c’est que si à NYC les Duane Reade et autres CVS/Pharmacy sont blindés des OPI et Essie à des prix qui nous font pousser plein de hiiii ridicules, ce n’est pas la même chose à Los Angeles.
A part chez Sephora, tu ne trouves du OPI nulle part. Quant au Essie, les monop’beauty locaux les boycottent, c’est pas possible autrement. Enfer !

Du coup, j’ai décidé d’innover et de laisser sa chance aux produits de marques plus que douteuses. En même temps, lancer des tendances sur du Chanel c’est tellement simple, que je préfère m’engager dans la voie plus difficile du vernis de supermarché. Fierté.
Jet lag aidant, j’ai donc fait n’importe quoi, me jetant sur de l’entrée de gamme (celle tout en bas des rayonnages), jetant un oeil injecté de fatigue derrière moi, histoire de vérifier que personne ne me regardait commettre ce crime de lèse-snobisme.
En fait, tout le monde s’en branlait. Mais Brian faisait le guet au rayon conditionner, pour plus de sécurité.

44

California Dreamin’

Bon, les copains, je reprends les avions dans l’autre sens dans une poignée d’heures. C’est vous dire comme je suis pas du tout d’humeur à discuter. J’ai accumulé autant de retard de sommeil que de hamburgers. Je ne vous fais donc pas un dessin par rapport au level de fatigue qui m’attend.
Enfin, « un burger a day keeps the cellulite au frais » m’a sorti Brian cet aprèm’ à la plage. Je crois qu’il voulait dire que j’étais devenue un peu boudin. Il est donc grand temps que je quitte le pays.
Ainsi, pour les dissertations, on se donne rendez-vous quand j’aurais dormi (fin juin), mais je vous laisse avec des photos de Venice Beach. Je crois que ça compense pas mal…

51

Hollywood, Baby !

Coucou les copains, ça va toi ? Moi ça va mieux, j’arrive à me faire des grasses mat’ jusqu’à 6h30 désormais. Hourra, quoi.
Dimanche soir, on a été à la grande sauterie organisée par Bill Gates (qui m’invite à L.A. avec la Nolwenn) pour le lancement de KINECT, un truc ultra secret jusqu’à maintenant (on disait « project Natal » chez les gamers) et qu’on nous a enfin dévoilé.
C’est un nouveau machin révolutionnaire de la XBox, mais je vous en parlerai une autre fois sinon, avec les vidéos, je risquerais de faire sauter tout le Wireless de la Californie.

Le show Microsoft était LE show américain par excellence. Dans l’assistance on portait tous des grandes capes blanches avec des épaulettes de 3 mètres de long comme si on allait tous s’envoler vers Vénus, un peu comme dans Star Strek. Je vis de ces trucs de barré moi, tu verrais ça !

47