juin, 2010

Highway to L.A.

Salut la compagnie. C’est bien simple, je ne sais même plus quelle heure il est ici. Alors, imaginez pour faire la conversion pour vous autres, en France. De toute façon, vous n’êtes pas là pour du soutien scolaire en mathématiques (enfin j’espère, sinon sûr que vous allez redoubler).
Je ne vais pas trop m’attarder sur la journée de voyage pour aller aux Amériques, sinon je vais avoir envie de pleurer rien que d’y repenser, mais sachez que j’ai claqué la porte de mon appart derrière moi samedi matin à 10h15…et que j’ai ouvert celle de ma chambre d’hôtel à L.A. pile 24h plus tard (ah ah)(super lol).

Ah oui, et aussi sur le vol Boston-Los Angeles, j’ai voyagé coincée au milieu d’un couple sexagénaire américain, avec lui qui foutait son gros bras sur TOUT mon accoudoir, et elle qui avait emmené toute sa paperasserie en retard depuis 1982 et qui répondait au courrier des 3 Suisses locales (style une promo avec -3$ sur la paire de chaussons)… et remplissait accessoirement sa demande de cotisation annuelle au Parti Républicain.
Je leur ai gentiment proposé de voyager côte à côte et que moi je prenne le hublot. Ils ont rigolé et on continué leurs activités. Les gros connards, quoi.

60

Try again

Cyclamen a tout fait pour me retenir loin des Amériques. Hier soir, auréolée de sa blondeur semi-californienne et des ses genouillères Décathlon, elle a enfourché ses rollers, pensant me démontrer qu’on peut aussi trouver de la rollergirl dans le 0.9
« On en recausera quand t’auras les nichons en silicone et le short Juicy Couture !« , j’ai balancé en m’assoyant (?)(je suis plus du tout sûre de mon orthographe depuis que je suis tombée amoureuse de Brian) sur ma valise.

Enfin. L’essentiel c’est que j’échappe, ce matin, à la fête de l’école et à la tenue du stand de maquillage ou autre truc complet assommant. Rien que pour ça, ça vaut le coup de glander 8 heures dans un aéroport du Massachusetts, plongée dans des lectures  confondantes de professionnalisme

22

Teuf in USA

Honteux, les copains, honteux !
Alors que je ne rêve que d’une seule chose, m’assoupir dans un convertible 3 places Conforama (nouvelle collection), voilà que je pars samedi à Los Angeles pour 6 jours. Comme dit ma mère « Ah ça, ton passeport va pas sentir le renfermé cette année !« . Je crois qu’elle crève de jalousie. Garce.
Enfin, heureusement que je m’arrache en vacances en juillet pour déconnecter de tous ces voyages, parce que je suis limite à péter les plombs du tourisme. Et que j’ai même plus le temps de laver mes culottes, que je perds des soutifs en cours de route, que ma valise fait désormais partie intégrante de la déco de ma chambre et que j’en ai marre d’acheter des magazines pour débiles profondes pour m’occuper dans les trains/avions/bagnoles/que-sais-je.

Comment ça je pourrais aussi lire des « vrais » livres ? Ah mais non, j’attends avec impatience le dernier Danielle Steel cuvée summer 2010. Je ne ferai jamais d’infidélités à mon auteure préférée.

61