octobre, 2008

Les coulisses des « conseils d’Alexiane et Violette »

Oui, mais tu sais on a pas que ça à faire non plus des vidéos toutes les semaines ! Nous devons aussi tenir notre foyer et ça nous prend beaucoup de temps, surtout épousseter les poupées régionales dans la vitrine.

Pourtant, on avait bien réussi à se croiser un soir dans la semaine avec l’HDA, mais comme on lui a dit qu’elle avait un gros cul et à moi que j’étais un thon, ça nous a un peu refroidies. Toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre. En bref, on était chafouines.

Enfin ça, c’est le lot de toutes les stars. On est comme Madonna paparazzée en jogging au petit matin, ou comme Gwyneth sans fond de teint. Ces tabloïds auront notre peau les aminches !

Tout ça pour dire que vous n’y perdez pas au change, les lapereaux, puisque voici une compilation des coulisses des « Conseils » et que, comme vous allez pouvoir aisément le constater, on ne suce pas que du glaçon, lors de ces moments créatifs !
Van Gogh peignait sous absinthe, nous filmons sous rosé ou champagne (selon l’évolution de nos budgets mensuels).
Comme la Solenne est coupée de l’Internet mondial en ce moment et qu’elle pourra pas s’insurger, j’en profite pour vous dire que même qu’une fois elle a vomi dans les toilettes, mais que nous deux, avec l’HDA, on ne vomit jamais.

Nous restons des professionnelles du bloging, quoi.

Des scènes que vous n’avez jamais vues ! Des scènes que vous ne verrez jamais plus ! Des scènes, quoi !

 

45

pas classe

Je viens de coller une crotte de nez assez gênante derrière mon frigo.
Personne n’a rien vu.

MAIS

Je ne suis pas très fière de moi, sur ce coup-là.

DE PLUS

Dans la journée, il y aura un bêtisier-vidéo, sur SBEP.
En attendant, je vais en coller une autre derrière l’ordi.

(12 ans)

15

réflexion sur l’entrecôte

Tout à l’heure, j’ai réfléchi.

J’ai repensé à tous ces commentaires moqueurs et mesquins ayant traversé récemment la nano-blogosphère au sujet d’iboucherie.
Loin de moi l’idée d’aborder le vilain sujet du billet sponsorisé qui fâche. Non, c’est plutôt la notion de contenu qui m’a interpellée ; le contenant ayant été décortiqué moultesses fois par des gens utilisant le mot « pute » aussi facilement qu’on déroule un rouleau de PQ, après son pipi matinal.

Déjà, c’est iboucherie qui doit bien rigoler dans sa barbe de ce micro-buzz gratos.

Surtout, je ne vois pas ce qu’il y aurait de plus noble à vanter la douceur d’un gilet en lapin à 360 boules plutôt que la tendresse d’une côte de boeuf ?
Si faire de la publicité pour un site de vente de fringues en ligne semble désormais « toléré » dans les moeurs blogosphériques, par contre, une gonzesse qui parlerait bagnoles, assurances ou entrecôtes serait une vendue puisqu’elle s’éloignerait d’une pseudo ligne éditoriale qui ne devrait s’attarder que sur du macaron fait maison ou du stiletto porté haut ?

On est bien d’accord que c’est chercher la quadrature du cercle mais, personnellement, je préférerai toujours regarder une jolie côte d’agneau (je suis gourmande) plutôt que de me fader la photo approximative d’un boudin en robe Pimkie dans son « look du jour », réalisée à l’APN 5 millions de pixels.

Ou plutôt non, pardon, je reste inexorablement fascinée par la médiocrité humaine, puits sans fond de mon inspiration quasi quotidienne…

En vous remerciant.

75