PORTNAWAK

Le filtre à Nadège

snapchat violette

Entre les nouvelles pas réjouissantes et des soucis persos qui me bouffent la tête (je ramène tout à moi, je suis blogueuse), je vous avoue qu’en ce moment, je saisis au vol la moindre petite occasion de rigoler un bon coup. Et de faire la zinzin.

C’est notamment le cas depuis une dizaine de jours, quand j’ai vu apparaître sur Snapchat un filtre qui me transforma illico en Nadège. Ou du moins en l’idée que je me faisais de Nadège, mon double crypto-nunuche.
Avec ces grands yeux de cruche et cette petite bouche de notable de province, je jubile. J’ai même parfois des fous rires qui m’obligent à recommencer 3 fois mes conneries (la Comédie Française, ce sacerdoce).

32

Assez Bien

En ce moment, Nounours est presque en vacances : il corrige des copies. Lui, il dit que c’est pas des vacances car c’est épuisant de passer des (enfin, une) journée(s) le nez dans les corrections. J’avoue, je ne sais pas bien quoi en penser.
Sur la pointe des mots, tout bas, j’ai avancé que ça irait sûrement très vite vu le niveau de ses élèves cette année.
« Pas du tout« , il a répondu. « Ils écrivent comme Brian. Il faut déjà 15 minutes pour décrypter une phrase. A raison de trois phrases par copie (ils vont à l’essentiel) x 70 copies, ça fait 210 phrases. Ce qui nous donne 52,50 heures de corrections…« 

33

… à la récrée !

Dis donc, vous étiez pas jobards les copains.
Bref, un immense merci d’avoir joué le jeu rétro sans contrepartie aucune. Pour tout vous avouer, ça m’a pris un temps affreusement monstrueux de trier vos photos, de faire les fuck*** carrés avec vos têtes de gondoles, de demander à certains si des fois ça ne les dérangerait pas de m’envoyer leurs trombines sous un autre format que Excel (si, si, des photos.xls ça existe !!), de gérer les envois multiples (« je t’en envoie une dizaine tu choisiras la plus mieux ! » « euh, aucune ? – lol), de flatter vos egos en vous assurant que OUI vous étiez des bombes sensuelles à 5 ans, d’argumenter que non non j’avais pas dit 18 pixels de large, si ?… et j’en passe (et pas des meilleures).

Mais, je confesse que mon plaisir est immense aujourd’hui. J’adore ces moments de partage qui montrent que l’Internet du début n’est pas complètement mort, sans démagogie aucune. Bon, je constate que peu de garçons se sont manifestés. Je me dis que peut-être ils ont honte d’être connotés « SBEP », mais je sais que de grands auteurs écrivaient sous pseudos, dans 20 ans, par peur des quolibets, alors Madame rêve de lectures sous-marines…

87