LOVE ACTUALLY

Orgie 2011

Comme je dis souvent « l’ennemi du bien c’est la répétition » – Voltaire. L’année dernière, à la même date, j’avais publié un best of, une compilation, un glossaire que sais-je de mon année 2010. Le tout enveloppé dans un discours sirupeux ; la fin d’année est propice aux bons sentiments.
Aujourd’hui j’ai décidé de faire plus ou moins la même chose – « l’ennemi du bien c’est la répétition, mais pas toujours » – mais cette fois avec une thématique imposée : la chaussure. Vous allez donc retrouver ci-dessous toutes les shoes postées sur ce blog en 2011 (Omaga je frise le fétichisme !). Les miennes, les tiennes, les autres. Mais surtout les miennes : parler de moi, il n’y a finalement que ça qui m’intéresse…

Cette année, par contre, je ne vous imposerai pas ces quelques mots d’amour qui auraient pu venir adoucir cette avalanche de consumérisme. Dans un article où elle dévoilait ses lectures favorites de l’Internet, Sasa faisait très justement remarquer que mon blog était « moins prolixe et moins personnel qu’avant« . Elle a raison, je blogue moins et moins intime qu’il y a quelques années, mais tant qu’il y a du cuir il y a de l’espoir (et aussi je suis devenue farouche).

Bref, bonne année.

28

Bois de Rose

Avant-hier soir, Nounours il a dit « Ferme les yeux, j’ai un cadeau pour toi« . J’ai fermé les yeux et j’ai demandé pourquoi (Pâques c’est dimanche, non ?). « Parce qu’on est lundi.« , il a répondu.
Je me sens un peu Kate Middleton.

78

Best of 2010

Okay okay mes copains, j’ai décidé que c’était l’heure du best-of, du résumé, du bilan déguisé de mon année 2010. C’est vrai que je m’y prends un peu tôt mais décembre et son lot de bêtisiers plus ou moins drôles est déjà au taquet, prêt à déverser son lot annuel de bons mots et autres dérapages non contrôlés qui font le bonheur des familles désoeuvrées les lendemains d’agapes avec le cousin Michel qu’on adore détester.

J’avoue que je sombre dans la facilité anticipée, mais je suis tellement nostalgique dans les veines que c’est un exercice qui me plait drôlement. Vous me verriez sourire béatement devant mon écran en train de faire défiler les archives de mon bébé online, je ne sais pas si je suis pathétique. Ou tout simplement touchante, allez soyons full sentimentales pour une fois…

80