JE SAIS PAS

Just a yellow lemon pie

Hey bonjour, c’est Maïté.
Aujourd’hui, si vous le voulez bien, partons vers des contrées citronnées. La semaine dernière, je me suis lancée pour la première fois de ma vie dans la confection de la tarte au citron meringuée.
Ma foi, malgré quelques imperfections (les contours de la tarte forment des irrégularités comme un château fort assiégé et la meringue n’est peut-être pas assez dorée), et sans me vanter – un peu quand même – c’était une petite tuerie.

Ça n’est pas très long à réaliser et surtout, ça épate grave la galerie. Et notamment la meringue, qui est pourtant très simple à fabriquer, mais chut ne le dites à personne sinon je risque de perdre mon statut de fée du logis à tout jamais.

18

Something like Proust

L’autre jour, je lisais les réponses de plusieurs personnalités au questionnaire de Proust (la fille qui n’a rien d’autre à faire)(c’était ça ou regarder des chaines beauté sur youtube, j’ai pas hésité longtemps). Je me suis laissée tenter par l’exercice en mixant les questions avec un autre questionnaire sur lequel j’étais tombée une fois, mais je n’ai plus la source (<= que fait la police ?).

C’est à dire que j’ai laissé tomber certaines questions un peu trop bateau pour en piocher d’autres ailleurs, enfin j’ai fait ma petite sauce quoi – je vous rappelle que j’excelle en cuisine, désormais.
Bref un mix, une poire en deux, un pot-pourri de l’ego. Surtout, si le coeur vous en dit, n’hésitez pas à donner vos propres réponses dans les commentaires. Plus on est de fous, plus on est mardi ! (ça tombe bien)

38

Vendredi treize

DSC07872

Salut les jeunes. Bah putain – quand ça commence par une grossièreté c’est pas bon signe, vous allez voir -, vous auriez vu ma journée pourrie de vendredi dernier, je vous jure, vous ne l’auriez même pas souhaitée à votre meilleur ennemi. Je vous raconte, c’est passionnant…

Contexte : Vendredi 13 janvier, le jour d’après la tempête

1. Après avoir checké 30 minutes avant de partir à la gare que le train de 8:45 pour la Normandie circulait bien (l’horaire a TOUJOURS une importance dans un récit si c’est avant 9h du mat’), je constate une fois sur place qu’en fait non, il a une heure de retard. Il fait -50° à Saint-Lazare, et j’ai envie de taper très fort la SNCF avec mes petits poings glacés.

2. Mais ils disent que c’est pas de leur faute, c’est le train que tout le monde attend à Paris, celui avec des gens bloqués dedans toute la nuit à cause de la tempête.

12