JE SAIS PAS

xoxoXO

Je pars en vacances dans le Luberon la semaine prochaine, et comme j’ai déjà un pied dedans – le droit, bien sûr ! – autant vous dire au revoir tout de suite. Ne pleurez pas, c’est mieux comme ça, et je préfère les situations nettes et précises ; et puis je dois faire les valises et l’épilation maillot.
Je suis extrêmement heureuse de retrouver, jusqu’à fin juillet, cette région que je connais pas coeur et que j’aime tant.

J’ai longtemps réfléchi à comment appréhender ces vacances d’été par rapport au blog et aux réseaux sociaux. Je me suis d’abord dit que, comme on passe nos vies à tout partager tout le temps toute l’année, comme je commence à faire une overdose de toute cette vacuité et de ses acteurs/trices, de « vraies » vacances consisteraient à faire la morte 2.0, à ne rien partager du tout et à cultiver mon jardin (secret). Une sorte de hara-kiri de l’influence, quoi…

32

Séquence policière

Dis donc, ça faisait longtemps que je n’avais pas chroniqué un bouquin par ici – à vrai dire, depuis début janvier -, mais c’est surtout que je n’ai pas eu de gros coups de coeur littéraires depuis lors (et aussi que je n’ai plus le temps de lire depuis que je m’occupe de ma maison à cause de mon lissage brésilien #ohwait).

Depuis une quinzaine de jours, je suis retombée dans une période policière. J’ai enquillé deux polars à Séville sous les yeux exorbités de sidération de ma fille – Wesh maman tu lis TROP vite.
C’est sûr, moi je ne me laisse pas distraire par les aventures des dégénérées aux gros nibards en plastique des Anges, mais on ne va pas revenir sur cet épisode douloureux (et puis moi en 2001, je regardais Steevy zoner dans le Loft toute la nuit alors je ne la ramène pas trop)(non, vaut mieux pas).

27

Le presque anniversaire

Le 18 mars prochain, mon blog aura 10 ans. Je vous rassure, je ne viens pas de découvrir cet anniversaire en vous l’écrivant, j’y pense depuis un petit moment.
Je sais que la coutume voudrait que vous et moi on se balance les cotillons et les paillettes de l’internet lors d’une soirée connectée où tout le monde aurait les yeux brillants de ravissement. On enquillerait les cocktails en se murmurant tout bas, avec des sourires complices, des « Souviens-toi, Wikio… », ou des « Tu postais réellement des photos de 218 px de largeur, ah ah ah ! », seulement voilà…

Oui, voilà, j’ai déjà des crises d’angoisse à l’idée d’organiser un dîner d’anniversaire avec mes meilleurs amis de 25 ans – ils sont cinq… (et ils m’ont déjà tous vue en pyjama) -, alors imaginez mon état de nervosité à l’idée de monter un événement avec des gens que je ne connais pas pour de vrai, des partenaires, trouver un lieu et customiser des sacs de goodies comme si j’étais Docteur es DIY scandinave… je défaille, je me liquéfie, ça serait pire que si je devais faire un exposé de sciences nat’ sur la sexualité devant toute ma classe de 4ème (et que ma serviette hygiénique se voyait à travers mon Jean neige quand je me retournerais pour écrire au tableau).

103