CYCLAMEN’S SHOW

La nuit je mens…

Depuis quelques temps, vous avez dû remarquer que je n’aborde plus trop l’épineux sujet de la descendance sur ces pages ; la raison est très simple, tout va plutôt bien dans le meilleur des mondes. Bien sûr, durant tout le mois de septembre j’ai eu un petit coup de mou et un gros océan de culpabilité à gérer. La faute à l’été, aux vacances j’oublie tout sûrement. C’est qu’il n’est pas toujours simple de laisser son bébé, même quand il a 13 ans.

L’année dernière, à peu près à la même époque, je vous racontais une expérience unique : ma première réunion parents/professeurs en campanule. Vous aviez bien rigolé avec le prof d’histoire/géo qui puait, si je me souviens bien – vous n’étiez vraiment pas charitables.

Cette année, la réunion c’était hier soir. Le prof d’histoire/géo qui puait s’est transformé en une prof d’histoire/géo qui sentait plutôt bon – enfin rien d’alarmant -, et qui portait une jupe longue effet patchwork assez improbable avec des grandes bottes époque 70’s. Pas d’inspiration 70’s hein, D’ÉPOQUE.

46

Des idées de cadeaux pour… (1)

Je sais que je donne souvent l’image d’une grosse control freak par ici (oui oh ça va, on vous connait) ; sachez néanmoins que certains pans de ma vie se font à l’arrache. A la bonne grosse arrache, même. C’est notamment le cas des cadeaux de Noël, vis à vis desquels je procrastine chaque année jusqu’aux environs des 15/20 décembre. Et quelques.

Les amies, 2017 sera l’année du Noël anticipé ou ne sera pas, je l’ai décidé. Du coup, je vais commencer dès aujourd’hui ma série d' »idées de cadeaux de Noël pour… » avec l’adolescente !

Pourquoi ? Et bien parce que j’ai reçu pas mal de demandes sur le sujet via messages privés, et puis surtout je possède deux exemplaires à la maison : une descendance de 13 ans et une belle-descendance de 14 ans. Du coup je pense connaître à peu près les objets de leurs (trop nombreux) désirs mais, comme d’habitude, si vous souhaitez apporter de l’eau au moulin du Père Noël, vos idées sont plus que bienvenues !

38

Au poil !

Chez la femme, l’adolescence c’est un peu le chemin de croix sur lequel on croise plein de choses charmantes : les règles, le début de la pilosité, les boutons, les humeurs qui font les montagnes russes.
Depuis que Cyclamen est toute petite, je l’ai toujours mise à l’aise avec l’intimité. Je n’ai jamais esquivé une seule question sur ces sujets, souhaitant plus que tout qu’elle soit à l’aise avec sa féminité à venir, même et surtout concernant les problématiques citées plus haut.

Pour moi, c’est une des multiples clés de la confiance en soi. Elle n’aura sûrement pas le trousseau complet mais, au moins, elle aura débloqué la porte des tabous féminins (<= tu te crois dans Fort Boyard ?).
La première chose qui l’a intriguée, très tôt, ce sont les règles. A 5 ou 6 ans, elle me posait déjà plein de questions – est-ce que ça fait mal, ça dure combien de temps, etc… Et allez, parce que c’est vous je vous raconte cette anecdote ultime, celle dont on parle encore toutes les deux en éclatant de rire (mais chut ne le dites à personne) : à cette époque, elle est entrée un jour dans les toilettes que j’étais en train d’occuper et m’a demandé, les yeux brillants d’excitation : « Moi aussi un jour, je pourrai mettre une ficelle dans mon cucul ?« 

23