CYCLAMEN’S SHOW

La fièvre (nippone) du samedi soir

L’an dernier, à peu près à la même époque, j’avais écrit un article que je chéris tout particulièrement : Une mèche de cheveux. Alors qu’il n’y a pas pire critique que moi envers tout ce qui est posté ici, j’avais même choisi de l’insérer dans mon guide sur l’adolescence. C’est dire…

Si je vous en parle c’est parce qu’on vient tout juste de passer un week-end quasi identique, à Paris. Mes sentiments contradictoires à l’égard de la capitale s’évanouissent toujours à l’approche de Noël, dès que les décorations apparaissent et que la foule se presse dans les grands magasins. En décembre, il y a dans cette ville une sorte d’électricité dans l’air terriblement excitante. Ce qui permet de mettre la campanule entre parenthèses pour profiter des lumières de la ville avec la descendance. Youpi.

Vu le froid polaire le week-end dernier, on avait envisagé un truc plutôt glandouille à base de pyjama jusqu’à plus soif, films à la con et repas anarchiques sur la table basse avec les miettes partout on s’en fout. Sans me vanter, on a respecté ces résolutions – pas faciles – dans les grandes lignes.
Et puis, comme la descendance est une fine bouche et que son repas préféré au monde ce sont les brochettes boeuf/fromage du japonais (Tremble Mercotte !) j’ai dit « En avant la gastronomie », j’ai cassé le PEL et on a quitté nos pyjamas pour nous plonger dans les plaisirs nippons.

25

La nuit je mens…

Depuis quelques temps, vous avez dû remarquer que je n’aborde plus trop l’épineux sujet de la descendance sur ces pages ; la raison est très simple, tout va plutôt bien dans le meilleur des mondes. Bien sûr, durant tout le mois de septembre j’ai eu un petit coup de mou et un gros océan de culpabilité à gérer. La faute à l’été, aux vacances j’oublie tout sûrement. C’est qu’il n’est pas toujours simple de laisser son bébé, même quand il a 13 ans.

L’année dernière, à peu près à la même époque, je vous racontais une expérience unique : ma première réunion parents/professeurs en campanule. Vous aviez bien rigolé avec le prof d’histoire/géo qui puait, si je me souviens bien – vous n’étiez vraiment pas charitables.

Cette année, la réunion c’était hier soir. Le prof d’histoire/géo qui puait s’est transformé en une prof d’histoire/géo qui sentait plutôt bon – enfin rien d’alarmant -, et qui portait une jupe longue effet patchwork assez improbable avec des grandes bottes époque 70’s. Pas d’inspiration 70’s hein, D’ÉPOQUE.

48

Des idées de cadeaux pour… (1)

Je sais que je donne souvent l’image d’une grosse control freak par ici (oui oh ça va, on vous connait) ; sachez néanmoins que certains pans de ma vie se font à l’arrache. A la bonne grosse arrache, même. C’est notamment le cas des cadeaux de Noël, vis à vis desquels je procrastine chaque année jusqu’aux environs des 15/20 décembre. Et quelques.

Les amies, 2017 sera l’année du Noël anticipé ou ne sera pas, je l’ai décidé. Du coup, je vais commencer dès aujourd’hui ma série d' »idées de cadeaux de Noël pour… » avec l’adolescente !

Pourquoi ? Et bien parce que j’ai reçu pas mal de demandes sur le sujet via messages privés, et puis surtout je possède deux exemplaires à la maison : une descendance de 13 ans et une belle-descendance de 14 ans. Du coup je pense connaître à peu près les objets de leurs (trop nombreux) désirs mais, comme d’habitude, si vous souhaitez apporter de l’eau au moulin du Père Noël, vos idées sont plus que bienvenues !

41