septembre, 2012

Tsumori Chisato (à vos souhaits)

Jamais là où on m’attend, toujours à contre-courant, c’est dans la surprise générale que je viens aujourd’hui vous parler Fashion Week… en pleine Fashion Week. Mais dis-moi, c’est une vraie pochette surprise par ici.
Hier matin j’ai assisté au défilé P/E 2013 de Tsumori Chisato (merci les gars de Vitaminwater pour l’invit’), créatrice japonaise dont l’univers pop-kitsch, féérique et tendrement régressif me met à chaque fois en joie. Fleurs en pagaille, lunettes psychédéliques et teintes acidulées, c’était beau comme un paquet de bonbons Haribo. Bref, plaisir des yeux à son paroxysme.

16

La boîte à bonheur

Veste en cuir Montesquieu 365€ | Chemise Heartless jeans 78€ | Sac Pascale Risbourg 169€ | Jupe Bhatti 54€ | Bracelet Nakamol 43€ | Montre « graou » MCK 42€ | Foulard Palme 20€

Caroline et Anouk, les créatrices du concept Boxomodo que je vous avais présenté en juin dernier, m’ont demandé de composer un look avec des éléments de leur nouvelle collection automne/hiver 2012. Le centre névralgique de ce dernier est sans conteste cette petite jupe bleu marine, que je verrais bien portée avec ce cuir pour une allure so Olivia Newton-John dans Grease (les jupes qui tournent, le talon d’Achille des filles). Un peu de jean, d’accessoires graou et un sac néo BCBG, et bing (paf et triple salto arrière), on est bien.

15

Youpi matin

Le petit-déjeuner a toujours été mon repas préféré. Autant dans le fond que dans la forme (j’y ai beaucoup réfléchi).
J’aime surtout ce moment quand je suis seule, la tête encore marquée des traces du dernier dodo, ou à l’inverse j’aime les grandes tablées matinales entre copains, en vacances, quand la table est tellement chargée de bols, confitures, pains et autres goodies matinaux qu’on va mettre 15 ans à tout débarrasser. J’aurais bien évidemment un truc hyper urgent à faire à ce moment-là…

Grande gourmande devant l’éternel, je sais pourtant que ce n’est pas la finesse des mets qui composent ce repas qui me met en transe (je kiffe l’instant même avec un café tiède et une biscotte sans sel). Non, je crois que ça vient de l’enfance, de l’odeur de la Ricorée dans la cuisine de ma grand-mère, du goût si particulier des toasts qu’elle faisait griller sur une sorte de mini-grille ronde sortie tout droit des années 50, à mi-chemin entre le doré à souhait et le presque brûlé.
C’est aussi à cette époque qu’elle me servait ma purée avec un petit volcan, où elle mettait amoureusement la moitié d’une plaquette de beurre dedans – on comprend d’où vient mon cholestérol, ne cherche pas.

56