mai, 2008

Puisqu’ici tout est négociable

Bonjour les pédoncules ibériques !

Avant d’entamer le billet du jour Saint, nous aimerions soulever une problématique, qu’est : Quid de ma liberté de penser sur ce blog ?

En général, quand un blogueur de l’influencerie reçoit du cadeau, il se dit que faut en parler sur son cahier virtuel. Plutôt en bien, même si on peut glisser deux ou trois critiques, ça fait plus réaliste. C’est le renvoi d’ascenseur.
Après, quand t’as la flemme ou que t’as pas aimé le cadeau, le plus souvent on choisit de la boucler. Ça s’appelle pas faire de la peine/ne pas froisser/avoir les boules que ces gens-là nous envoient plus de cadeaux.

105

Qui a volé l’orange ? (C’est pas moi)

WE

ARE

FAMILY

(YOUUUU)

I GOT ALL MY SITERS WITH ME

(OUAIS)
(vas-y, bouge ton corps, c’est bon)

WE

ARE

FAMILY

GET UP EVERYBODY AND SING

(COME ON !)
(Allez Brian, toi aussi, tu lèves les bras bien haut, c’est parti…)

WE ARE FAMILY

125

La fabrique à rouges à lèvres

Salut, ça va ?
Non ?
T’es toujours en train de te plaindre, de toutes façons.

Je sais plus quand, y’avait encore un atelier millefeuilles organisé par Sonia.
Koitesse ? Tout le monde se goinfre de gâteaux et le gagnant est celui qui réussit à épaissir sa culotte de cheval de 5 cm en 4 heures ?
Ouais, ça pourrait.
Mais en fait, non, c’est pas ça.

Le millefeuilles, c’est genre t’as plein de meufs dans un appartement, un dimanche après-midi, elles font toutes hihihi et tout le monde a la migraine.
Une fois les antalgiques ingurgités, Sonia elle applique des milliards de soins sur le visage de toutes les filles et la semaine d’après, on a toute une flambée de boutons.

95