OH LA DECO

Les bougies chics

selection bougies chic

Avez-vous remarqué que, depuis une dizaine d’années, le marché de la bougie parfumée a drôlement monté en gamme ? Et si certaines marques ont un vrai patrimoine olfactif, on n’est pas dupes, d’autres ont forcément surfé sur cette vague en proposant des bougies jolies oui, mais médiocres dans la durée.

Je suis faible et souvent guidée par le vilain marketing, j’adore (m’)offrir des bougies ; c’est aussi joli qu’un bouquet fleuri, mais le plaisir dure plus longtemps même si, tout comme les fleurs, la cire est périssable. On ne va pas se mentir, la bougie Diptyque a encore de beaux jours devant elle niveau désirabilité ; j’ai testé plein de senteurs au fil des années, ma préférée reste, je crois, Opopanax.

Mais je suis allée fouiner chez d’autres fournisseurs de bougies chics, afin de vous proposer une revue qui, bien sûr, est loin d’être exhaustive. Mais elle pourra peut-être vous donner des pistes pour sortir des sentiers battus, et provoquer l’émerveillement autour de vous face à tant d’avant-gardisme cirier. Prêts ? Partons.

48

Et la lumière fut

lampe bureau tolomeo mini

J’ai toujours été nulle en luminaires, et je n’ai jamais compris pourquoi (je frôle quand même l’excellence dans une foule de domaines, non ?).
Aussi, quand l’équipe de Lightonline m’a proposé de venir chez moi pour faire un audit de mes soucis d’éclairage, j’ai bien failli les embrasser.
Pour la petite histoire, Lightonline est le site qui fait du luminaire l’élément clef de la décoration ; celui qui détermine l’ambiance, la chaleur et la convivialité d’une pièce.

Le créateur du site a transmis sa passion à toute son équipe qui ne cesse de parcourir l’Europe à la recherche des plus chouettes luminaires design et contemporains. Ce sont donc deux de ces passionnées qui sont venues chez moi un beau matin et qui, quelques jours plus tard, m’ont fait 4 propositions d’éclairages – décentes – que j’ai acceptées avec cet enthousiasme débordant qui me caractérise si bien…

19

Nostalgie papier

poster en ligne

Sans vouloir jouer les réacs, le tout numérique a quand même ce gros désavantage de rendre chaque chose du quotidien immatérielle, comme si le toucher était devenu le sens oublié non ?

Quand votre enfant vous demande c’est quoi un CD ou, pire, quand il éclate de rire en découvrant une cassette audio dans une vieille caisse à souvenirs, ça ne vous file pas qu’un coup de vieux. Ça vous rend un peu triste aussi (je ne sais plus si je vous ai déjà parlé de mon signe astrologique, le plus sensible du zodiaque ?)(faites-moi penser à revenir dessus une prochaine fois).

Et si je suis plus qu’accro à toutes les nouvelles technologies, j’ai néanmoins encore du mal à lire sans toucher du papier… et à regarder avec tendresse mes fichiers photos sur l’écran de mon MacBook.
C’est en retombant l’autre jour sur un carton rempli de pochettes photos, dont certaines ont plus de 20 ans (celles avec les négatifs incorporés, vous voyez ?)(ou bien vous avez 16 ans, QU’EST-CE QUE VOUS FOUTEZ LÀ ??), que j’ai décidé de me remettre au développement de certaines photos, surtout celles qui me sont chères et qui sont actuellement perdues dans les limbes de mon disque dur.

31