LE JEAN-JACQUES GOLDMAN

Le Jean-Jacques Goldman (125)

✔ (COUCOU) Dans ce JJG de juillet, on débute avec Mapiful, un site grâce auquel vous pouvez créer la carte de votre ville préférée, du hameau où vous êtes né ou du patelin perdu du bout du monde où vous avez passé vos dernières vacances.

Format 50 x 70, papier hyper quali, personnalisation du sous-titre et livraison dans un tube sécurisé, et oui j’ai testé ! J’ai choisi Monopoli ; l’amoureux était ravi.
Bon, et comme c’est quand même pas super donné cette affaire (60$), voilà un petit code de -15% valable jusqu’à la fin du mois : Violetta15

11

Le Jean-Jacques Goldman (124)

✔ Salut les jeunes, voilà le nouveau JJG, tout en gaieté… Je commence avec de la cochonnaille surprenante et, pour être plus précise, avec des saucissons tricotés qui ne vous donneront jamais de cholestérol !

Pour fabriquer ses saucissons en tricot, Catherine Kerboull a choisi chaque laine avec soin,
étudié de près chaque spécialité et, aidée par sa sœur, a beaucoup tricoté… pour créer l’illusion incroyable de vrais saucissons. Et voilà Maison Cisson.

Suspendus à des crochets dans une cuisine, ils font non seulement joli mais ils font aussi beaucoup rire les copains. Combo réussi d’une déco pleine d’humour et de culture frenchy, on dit un grand oui !

Pour acheter son saucisson (de 18 à 30€) et même son crochet de boucher => c’est par ici !

23

Le Jean-Jacques Goldman (123)

✔ Welcome on board, ladies and gentlemen, this is the new, the real, the only one, THE JJG !
Vous savez quoi les gars, ça fait des années que tout le monde glousse à fond sur la marque Desigual – « T’as vomi sur ton tee-shirt, meuf ? Non, c’est un desigual, pourquoi ? » -, que même les blogueuses ne veulent pas porter ça malgré avec un gros chèque à la clé (quoique…), que c’est vilain point barre.

Oui mais voilà, rendons justice aujourd’hui à l’enseigne ibérique, devant laquelle je me prosterne et m’excuse platement pour les quolibets lancés naguère. Merci pour cette nouvelle campagne de maillots de bain avec des photos 100% non retouchées, mettant en scène le mannequin Charli Howard, qui avait quitté son agence en 2015 après s’être entendue dire qu’elle était « trop grosse pour le job ».
Au moment de l’année où on essaie des maillots sous les néons implacables des cabines d’essayage, merci pour ces moments de cellulite et de (toutes petites) rondeurs. Ça fait un bien FOU <3

38