avril, 2012

(au secours) j’ai fait du Cellu M6

Vous savez ce que c’est, la première année vous vous dites oh la la je ferais bien du Cellu M6 moi ! La deuxième vous pensez que n’ai-je toujours pas pensé à faire du Celllu M6 (boudin que je suis) ?
La troisième, en rentrant de vacances à Maurice où vous avez assommé votre Nounours de 50 « je suis grosse hein ? » par minute – le saint homme -, vous finissez par saisir votre téléphone et vous dites, enfin, allo Madame, c’est pour du Cellu M6 svp.

Voilà, ça c’est tout moi, on procrastine pendant des années et puis juste après l’épreuve du maillot – va comprendre l’anachronisme – on est pris d’une frénésie inhabituelle. Bref, j’ai fait du Cellu M6, et laissez-moi vous raconter cette incursion fantastique dans le monde du capiton. Si vous le voulez-bien.

105

YSL, le vernis à lèvres

Invariablement, le rouge à lèvres consciencieusement appliqué le matin s’était à moitié fait la malle quand j’arrivais au bureau. Après un café et de longues premières minutes de travail acharné (c’est super long d’ouvrir cette formidable messagerie répondant au doux nom de Lotus Notes), il n’était plus qu’un lointain souvenir. Voilà de quoi être désappointée pour le moins (pour le plus, on peut penser que je suis née avec de la gomme arabique sur les lèvres, je ne vois que ça).
Ca c’était avant que je découvre ce truc magique il y a plus de 2 mois : le vernis à lèvres YSL.

Voilà que depuis qu’il a atterri chez moi je ne le quitte plus. Posé vers 09h, il est toujours là en début d’après-midi, même après un repas léger (burger – frites). Oh non, ce ne sont pas des mensonges destinés à vous faire acheter ce joli objet dans un but mercantile des plus obscurs car, si je devais faire mon top 3 de la beauté 2012, il serait clairement sur le podium.

33

Méthode Coué

On aurait dit qu’il ferait beau, qu’on aurait jeté nos chaussettes et qu’on aurait viré le gros sweat avec le tee-shirt manches longues du dessous. Tant qu’on y est, on aurait dit aussi que Liliane Bettencourt se serait prise d’affection pour moi et que plus jamais de ma vie je n’aurais besoin de rédiger des billets sponsorisés pour pouvoir manger/partir en vacances dans des 5*.
Toute cette pensée positive me rendrait presque heureuse (on aurait dit que je n’aurais pas de sinusite).

40