novembre, 2016

La chaleur est dans le pré

snood-fourrure

Salut les jeunes. Merci pour vos petits mots sous l’article précédent, ça fait chaud au coeur de vous voir si guimauves <3
Comme je le disais l’autre jour à quelqu’un, comme je suis un peu à fleur de peau sur le sujet, les mots coulent beaucoup plus facilement.

D’ailleurs c’est marrant, tiens, tous mes états d’âme et mes épanchements au sujet de l’adolescence ne sont pas tombés dans l’oreille d’une sourde, puisque j’ai été contactée par une éditrice pour écrire un bouquin sur le sujet.

Bien sûr j’ai répondu oui – je vois ça comme une sorte de pied de nez à cette jeunesse insolente qui nous en fait baver #wesh -, et j’ai même demandé l’aide éventuelle de Cyclamen, si des fois je venais à sécher pour trouver des situations de relouteries adolescentes. La vérité, je suis pas vraiment sûre de la solliciter vu le panel de chienlit assez complet qu’elle a déjà dégainé…

21

Une mèche de cheveux…

blond-hair

Le week-end dernier, on était toutes les deux à Paris avec Cyclamen. C’est la deuxième fois depuis la rentrée de septembre qu’on fait ça, et j’avoue que ça forme une sorte de cocon qui ne me déplait pas.

A chaque fois, j’achète TOUT ce qu’elle préfère (la vérité, on pourrait ravitailler un régiment)(je ressemble de plus en plus à ma mère, c’est effrayant), et je suis disponible à 100%. Ce qui n’était pas forcément le cas quand je la voyais plus souvent, avant, mais paradoxalement, désormais, elle a moins besoin de moi, aussi.

Je reconnais que je préfère mater des films de gonzesses ou faire du shooping avec elle, plutôt que de faire des puzzles 12 pièces. La vie est décidément (mal) faite de rendez-vous ratés…

Enfin bref, samedi elle me dit qu’elle aimerait bien acheter des cadeaux d’anniversaire à ses deux BFF de Normandie. Je dis Bah ouais mais t’as de l’argent ? Bien sûr, elle répond non. Je demande quel parent donne de l’argent de poche + achète des cadeaux aux copines (<=moi).

Samedi après-midi, on part au Citadium, son Graal de boutique à Paris, parce que ça fait un peu Wesh, mais Wesh bobo, le paradoxe de sa génération. Qui va au Citadium un samedi après-midi, le moment le plus blindé de la semaine, vous demandez-vous ? (<=moi)

48

Prescription Lab, la box

prescription-lab

En septembre dernier, j’avais relayé ici une interview accordée à Prescription Lab, un triple concept : une marque de cosmétiques naturels fabriqués dans les meilleurs laboratoires français et européens, pour délivrer des produits au plus proche des attentes des femmes, un magazine lifestyle et une box beauté premium.

Et bien, ça y est, la box est sortie, et je suis bien contente de vous la faire découvrir ici car on ne m’avait pas menti, elle est super haut de gamme, les amies !!

L’élégante boite noire, contient un petit sac blanc en tissu dans lequel on trouve deux produits format vente et un produit voyage (ici, pas d’échantillons comme c’est bien TROP souvent le cas dans de nombreuses boites beauté). Mais aussi un magazine qui propose de nombreux articles lifestyle, des portraits de femmes inspirantes, des tutos, des invitations au voyage…

Enfin, on ne va pas se mentir, personne ne lira jamais le magazine. Il ne sert donc pas à grand chose, à part le marketing.

La promesse de Prescription Lab est d’offrir des produits très qualitatifs, mais voyons plutôt ce que nous avons dans notre panier… Suspense, suspense…

11

Une journée chez Veuve Clicquot

veuve-clicquot-rich

Jeudi dernier, j’ai passé la journée chez Veuve Clicquot, à Reims. Et on n’a pas fait que picoler, croyez-moi (en fait, si).

Dès la descente du train, vers 10h45, on nous a servi une petite coupe histoire de nous mettre dans le bain à bulles. Si tôt, vous êtes sûrs ?, on a demandé. On nous a affirmé que c’était le meilleur moment de la journée, justement, car c’est le matin que le palais est le plus réceptif, au taquet.

Face à cet argumentaire professionnel, on a laissé le champagne couler doucement dans nos gorges. Déjà bourrés, mais dignes, et prêts à descendre dans les crayères (les caves à champagne, si vous aimez mieux) de Veuve Clicquot.

C’est là que dorment les bouteilles, avant qu’on ne vienne les réveiller, car les trois conditions idéales sont réunies pour le bien-être du champagne : pas de lumière, pas de vibrations et une température.

15

Nos 14 novembre, Aurélie Silvestre

nos-14-novembre

Aurélie Silvestre a tout d’une héroïne dramatique moderne. Elle est jeune, elle est blonde, elle est jolie. Elle est maman d’un petit garçon, et enceinte d’une petite fille quand son compagnon, l’amour de sa vie, tombe sous les balles le 13 novembre 2015, au Bataclan.

Dans Nos 14 novembre, elle raconte sans pathos, mais avec une émotion si palpable à travers les pages qu’on ressent le besoin quasi impérieux de finir le livre d’une traite.

Elle raconte son histoire d’amour avec Matthieu, commencée dans un train. Elle raconte tous ces petits détails qui font le grand tout d’une relation amoureuse.

Elle raconte le jour J, depuis le lever jusqu’au dernier SMS à 21h46 : « Ça, c’est du rock and roll »… Elle raconte l’attente et le faux espoir qui meurt. Elle raconte les larmes de Gary, leur fils, et les siennes.

26

Let’s dance

escarpins-rouges

Contre la grisaille ambiante, on peut :

– rire aux éclats même quand (surtout) c’est pas spécialement drôle,

– boire une Suze à 17h parce qu’un Chardonnay deux heures plus tard c’est beaucoup trop convenu,

– regarder en replay le concert de Sting au Bataclan et dire bah putain il est gaulé pour 65 ans (« il doit faire grave de sport, c’est tout » a répondu l’amoureux, un peu vexé),

– danser sur du zouk en milieu d’après-midi alors qu’on a horreur de ça (le zouk, pas danser),

– manger une choucroute dans un resto de campanule alors que le repas d’avant on a dévoré des Carbos (tu comprends l’hiver il faut emmagasiner des forces)(oui, oui, C’EST ÇA),

– éteindre la télé,

– se refaire couper les cheveux – mais où s’arrêtera-t-elle ?,

– se réveiller à 9h30 en semaine et ne pas culpabiliser,

– envisager de passer Noël dans le désert pour pouvoir chanter du Capdevielle,

– s’acheter des culottes avec des étoiles dessus pour faire un clin d’oeil à la grosse lune de l’autre soir,

– distribuer des je t’aime, – bla bla bla…

28