octobre, 2011

Varilux sed Lux

Salut les miros. J’ai commencé à porter des lunettes à 17 ans. A l’époque je trouvais ça chouette, un peu comme quand gamine, je rêvais d’avoir un appareil dentaire et que je collais des bouts de chewing-gum saveur réglisse sur mes chicots pour faire comme mes copines. On est pas sérieux quand on a 6 ans…
Plus tard, j’ai tenté les lentilles. Mais comme c’était l’époque de la Fac et qu’on était obligés d’être de toutes les teufs étudiantes (sinon, on pouvait jamais obtenir les photocopies des cours qu’on manquait par mégarde), bah je rentrais toujours assez tard. Et laver les lentilles à grandes eaux à 5h du matin, c’était toujours un acte assez douloureux. J’ai lâché l’affaire.

28

Walnut Gro(o)ve !

Oh la la, l’heure est grave. En regardant ces photos (celles qui sont plus bas, en fait), j’ai réalisé avec effroi qu’on avait l’impression que je me serais transformée en écureuil.
Les voies de la luminosité et des réglages photographiques sont parfois impénétrables, mais rassurez-vous les aminches : non, je ne suis pas devenue une blogueuse-rongeur ! Même si je force un peu sur les noix & noisettes* en ce moment et que j’ai l’impression d’être la grenouille qui va se transformer en boeuf dans pas tard.
Oui, je suis extrêmement boudinée des mollets dans mes slims. Je suffoque. Crôa Crôa (tu as vu comme je fais bien la grenouille ?).
* Je parle pas des aphtes…

27

Boden : Hey girl !

Bonjour. Quand la marque de vêtements anglaise qui cartonne outre-Manche a proposé à Cyclamen de l’habiller pour l’hiver, on a crié oui à l’unisson. C’est qu’il ne faudrait rater ses débuts de blogueuse mode sous aucun prétexte ! Little miss sponsored, ça vous parle ?

Boden, c’est son nom, habille les familles anglaises depuis deux décennies et, encore une fois, je n’avais jamais entendu parler de l’enseigne. A croire que, si ça se trouve, je ne serais pas early adopteuse ? Hérésie.
Enfin, je ne sais pas si c’est son patrimoine génétique ou quoi mais quand j’ai proposé à Cyclamen de jouer les mannequines montmartroises le temps d’une demi-heure, elle a sauté si haut que j’ai cru que les yoyos fraîchement posés au fond de ses oreilles allaient se faire la malle via l’Eurostar.

39