juillet, 2007

Eamimi*, t’es verte ou bien ?


* Lectrice assidue de blogs qui rêve d’obtenir un gloss déjà entamé…

39

boldog születésnapot kívánok* ! Ouais mais t’inquiète, on va jouer à un truc quand même hein ?

Aujourd’hui, la seule chose que j’ai réellement envie de te dire c’est ça : demain, c’est mon anniversaire !

Donc en gros, je fais un peu ce qui me plaît, dans le sens où plus que d’habitude je veux dire, tu saisis ?
Si je veux, même pas j’écris un billet, ou bien j’en écris un, ou bien même que je pourrais décider de faire semblant de travailler toute la journée au lieu de même pas faire semblant, comme depuis lundi.
Ouais, j’ai les cheveux niqués ça c’est un fait acquis, mais je reste néanmoins libre !

Je te fais pas de wish list, j’ai déjà tout.
Si, par contre, juste un truc, si tu pouvais me ramener le Soldat Rose, ce serait très aimable de ta part.
On murmure qu’il attend sur un rayon depuis la saint glin-glin, mais moi je veux bien de lui ! Mais pas pour jouer à la guerre, non, non, la guerre c’est pas beau. Moi je pensais plutôt aux Petits Chevaux, ou bien au Docteur, j’ai déjà la mallette !

En vrai comme cadeau, ce que je voudrais bien (tu vas voir, tu vas même pas avoir besoin de te taper le shopping du samedi aprèm’ avec tous les gens qui travaillent loin des Spots essentiels où qu’on peut aller entre 12h et 15h en semaine et que donc ils sont obligés de tout dépenser le même jour, tu vois pas le calvaire) c’est la chose suivante :

J’aimerais que tu me donnes ton mot préféré.

Mais vraiment hein ? J’ai pas dit le premier mot qui te passe par la tête, non, non.
Donc tu réfléchis, t’évites de me sortir des horreurs genre « bite » ou autres insanités qui me font sortir de mes gonds…

Après, je pourrais compiler tous vos mots et je les mettrais tous ICI, enfin peut être pas exactement ici, peut être 10 cm plus bas, tu vas pas chipoter sur la mise en page, hein ? Je te rappelle que c’est mon anniversaire !
Et je crois que ça me fera un chouette souvenir, un truc mieux qu’une tour Eiffel en plastique.

Le mien, c’est Résilience.
Et toi ?

————————————————————————————
* Joyeux Anniversaire, en Hongrois

+ quelques trucs :

1) Je préviens juste que y’a rien à gagner hein ? Faudrait voir à ce que ça devienne pas une habitude, donc c’est pas la peine de faire chier Sonia toute la journée pour qu’elle vous file un gloss, ni d’envoyer des mails chez Séphora.

2) Au cas où t’aurais pas vu, Alexiane m’aime et organise un apéro coolos jeudi 26 juillet. Pour les infos pratiques, tu cliques sur son prénom, t’es pas une buse.
Et aussi, si y’en a un seul, jeudi, qui ose regarder mes cheveux ne serait-ce qu’une nanoseconde, je lui tire une balle entre les deux yeux.

3) Tous mes fucking voeux de bonheur à mon ami A., qui se marie le 21 juillet, mais qui m’a pas invitée coz’ que comme c’est un Ex, sa future femme, comment te dire, ben elle souhaitait pas trop ma présence en vrai.
Mais c’est sans rancune A. ! Tu sais bien que l’amour dure 3 ans…
Puis ils annoncent un temps de merde non ?

EDIT du 25/05/07 : voilà les mots des gens aimablement répertoriés par Lily Plume :

Perspicace – Guttural – Bazar – Pouf – Baliverne – Bourrique – Rocco – Pignouf – Pamplemousse – Réminiscence – Post-Prandiale – Spécificités – Problématique – Romanesque – Pragmatique – Serendipity – Bisounours – Excessive – Désuet – Darjeeling – Chic – Patibulaire – Soporifique – Prépondérant – Encore – Dragonfly – Watermelon – Chimère – Nasty – Évanescence – Missi Dominici – Macaron – Pertinent – Houb – Suçon – Baloon – Violette – Gloubi-Boulga – Positivity – Hallali – Sensuel – Ornithorynque – Grognasse – Szeretlek – Céleste – Imaginaire – Cafouillage – Furtif – Poulpe – Mazel Tov – Humanisme – Colline – Dodu – Bombec – Enfantin – Concupiscence – Sérendipité – Quèke – Diaphane – Tentententoonstelling – Belly Button – Suenos – Princesse – Gourmandise – Pragmatique – Rose – Imprescendible – Schmok – Felpa – Puce – Velvet – Leche – Hétéroclite – Cactus – Passion – Uluberlu – Isomorphisme – Kagasse – Concubinage – Ringardise – Bulle – Pintade – Nabuchodonosor – Tintinnabuler – Zuchette – Ambodiafontsy – Vermoulu – Citrouille – Pérorer – Coquelicot – Insouciance – Moustique – Poufiasse – Luxure – Évanescence – Amour – Glamour – Obsolescence – Irréductible – Sensuel – Épeautre – Crudité – Bloom – Dithyrambique – Sodomie – Procrastination – Méli-Mélo – Liberté – Hétéroclite – Bidule – Ferveur – Défiance

212

Une botte de foin mais y’a pas d’aiguille à chercher !

Donc, oui, on peut le formuler ainsi : j’ai les cheveux niqués !
Mais vraiment hein ?! Je veux dire que le foin à côté, c’est le papier de soie qui enveloppe les pulls Zadig pour faire genre on compense le fait que tu paies une fortune de la merde du Sentier, tu vois l’esprit ?

Je te narre de ce pas l’histoire.
La semaine dernière, j’ai demandé à ma deuxneuronienne de coiffeuse de foncer « un peu » la couleur de mes cheveux, car comme j’over blondifie au soleil, j’avais moyen envie de ressembler à Jean Harlow vers la fin du mois d’août.
Sauf que, comme les esthéticiennes, les coiffeuses faut pas leur dire des trucs comme « un peu », « pas très » ou « légèrement » coz‘ elles saisissent pas bien toutes les nuances de la langue de Molière.

Donc, pour te faire court, je suis sortie brune, jusque là ça craint !
Mais au delà de la couleur, comment te dire, si tu veux tu peux presque empoigner ma masse capillaire et t’en servir comme paille de fer.
Je ne sais pas trop à quoi ça sert, pour te dire la vérité, je crois juste que j’ai déjà vu ma femme de ménage se servir de ce machin pour poncer mon parquet, alors que je lui avais rien demandé à celle-ci (encore un excès de fayotage qui n’a servi à rien car je l’ai virée quand même, bref).
Bref : Brune + Paille de fer = suicide imminent.
Autant te dire que c’est même pas envie de pleurer que j’ai eu, non, non, j’ai carrément chialé. Ouais !

Bien évidemment j’ai couru au Printemps (ma maison secondaire) où, là, j’ai acheté tout le corner Leonor Greyl, même que la dame elle était tellement contente de m’avoir comme cliente qu’elle m’a offert un bandeau en éponge blanc qui pourra me servir pour me démaquiller qu’elle m’a dit et pas pour jouer au tennis coz‘ j’ai un revers qui n’est pas topy.

Sauf que leur huile de palme elle me donne des hauts le coeur tellement j’aime pas l’odeur (tu as remarqué que j’ai fait une rime sans m’en apercevoir ou bien ?).
Puis la vendeuse m’a ordonné de dormir avec l’huile dans les cheveux toute la nuit, attends, c’est pas elle qui va se retrouver avec ses taies d’oreiller niquées, tu vois pas le délire mental encore ? Je te jure, c’était vraiment l’apothéose là !

Et même que ça a failli mal tourner quand un petit môme qui était avec sa mère m’a regardée d’une façon si étrange que je me suis dit, l’espace d’une nanoseconde qu’il allait sortir un truc du style « maman t’as vu la dame elle a des cheveux en carton !« .
Mais non en fait, il n’a pas pipé coz‘ que je l’ai regardé de façon haineuse !

Tu vois pas l’histoire comment ça te coûte un demi salaire de pauvre ces conneries :
1) Le coût du coiffeur, je sais plus, 90 euros je crois
2) 180 euros donnés gracieusement à Leonor (qui se fait pas chier entre nous avec ses shampoos à 25 euros)
3) 270 euros pour refaire ta « parure de lit »

Et le mieux c’est que t’as toujours les cheveux bousillés hein ? Ah ben ouais, ça s’arrange pas en 2 jours cette affaire.

Bon, sachant que l’autre conne est partie en vacances, que fais-je ?
– J’y envoie la note de frais ?
– Je fais tout couper comme la Brit, mais j’ai pas eu les cheveux courts depuis la 6ème où tout le monde s’était moqué de moi pendant un trimestre ?
– Je vais bomber les murs de son salon de gros « SALE PUTE » ?
– Ou bien ?

174