BEAUTY CASE

Love at first sight

Ça fait tout juste 10 ans que je porte le même parfum, L’air de rien de Miller Harris et, malgré quelques tentatives d’infidélité (jamais très longues)(je ne suis pas une femme à amants olfactifs), je n’ai jamais pu le laisser tomber. Je n’ai jamais trouvé de parfum qui me corresponde aussi bien, un mélange de propre et d’une ancienne boîte de poudre à la houppette rose qu’aurait laissé traîner sa grand-mère sur sa commode, tout en gardant un je-ne-sais-quoi d’hyper moderne.

Je ne le sens quasi plus du tout sur moi – je crois que c’est pour ça que j’ai voulu, parfois, l’oublier -, mais quand certaines personnes me disent Oh tu sens bon, c’est quoi après m’avoir embrassée, je me dis que Sartre ne racontait que des conneries. Les autres, ça peut aussi être le paradis. Quand ils valident votre sent-bon c’est comme s’ils vous trouvaient jolie.

104

Mets de l’huile

Il fallait absolument que je vous parle de cette huile assez merveilleuse – ça commence fort – de chez l’Occitane : l’Huile de jeunesse divine à l’immortelle biologique.
J’utilise de plus en plus de formules oléagineuses alors qu’avant j’y étais vraiment réfractaire, pensant que ces huiles allaient me graisser la peau et lui coller ça et là quelques boutons disgracieux. En fait pas du tout, l’huile n’appelle pas l’huile (<=c’est beau cette sentence, non ?) et je suis à chaque fois bluffée par ses pouvoirs repulpants.
Bref, j’utilise l’huile de jeunesse divine depuis deux semaines, et je peux donc maintenant vous rendre un verdict honnête et circonstancié.

16

Mars chez Prescription Lab

Vous vous rappelez de Prescription Lab – la box beauté premium qui répond aux besoins de la peau selon les saisons + une marque de cosmétiques naturels -, dont je vous en ai déjà parlé deux fois ?
Comme on dit toujours que « Jamais deux sans trois, sinon à Pâques tu auras froid » (et que je compte bien faire un autodafé de mes manteaux tout bientôt), me revoilà aujourd’hui avec l’angle produits. Ceux contenus dans la box du mois de mars. On y va ?

Comme à chaque fois, et c’est là leur force par rapport à la concurrence, pas d’échantillons mais des produits full size ou voyage, un magazine plutôt quali d’une cinquantaine de pages et aucun goodies à la con qui ne servent strictement à rien (même vos gamins n’en veulent pas, c’est dire). On va à l’essentiel sans nous enfariner, pour résumer.

12