janvier, 2015

Le Jean-Jacques Goldman (67)

mugs anthropologie

✔ Bon. J’imagine que la marque Anthropologie est connue de la plupart d’entre vous. Malgré tout, je me suis dit que Jean-Jacques n’avait pas été créé que pour vous surprendre (je ne crains plus la routine entre vous et moi, nous avons dépassé le cap fatidique des 7 ans l’an dernier). Il est aussi là pour vous faire quelques rappels, surtout quand ceux-ci embellissent nos intérieurs, et tout particulièrement la cuisine, lieu a priori destiné aux tâches de gras.

Vous connaissez mon goût prononcé pour les choses un brin désuètes aux accents nostalgiques, voilà pourquoi je chéris Anthropologie et ses objets tellement brocante chic. Depuis peu, la marque est distribuée aux Galeries Lafayette. Je m’en donne à coeur joie.

29

Selectionnist, l’ingénieuse

selectionnist

Voilà combien de jours (voilà combien de nuits ?), que vous cornez les pages des magazines, que vous les découpez même, pour ne jamais oublier cette jupe de lumière, ce bouquin pas ordinaire ou cette paire de boots en python, dont l’allure et le prix vous font frémir de désir. Les magazines et leurs pages découpées s’entassent au pied de votre lit, les moutons font le siège et vous ne retrouverez jamais ces objets fantasmés. La vie n’est qu’embûches.

Oui mais voilà, grâce à Selectionnist, vous allez pouvoir retrouver en 1 clic tout les produits convoités, découverts dans la presse. Cette application fonctionne comme Shazam : vous êtes en train de lire Grazia, votre coeur s’arrête de battre devant cette marinière parfaitement coupée – vous en possédez déjà 23, mais là rien à voir -, vous la voulez très fort, vous la flashez, vous êtes sur le site marchand en train de cliquer sur « acheter ».
Et si vraiment non c’est pas sérieux vous êtes dans le rouge bancaire, vous la mettez dans votre wishlist pour revenir la compulser plus tard.

74

London with YSL

ysl london

Bon, c’est pas tout ça, mais la semaine dernière je suis partie deux jours à Londres.
Je vous arrête tout de suite, avant que vous ne commenciez à me réclamer du city guide pointu et détaillé : je suis nulle en Londres. J’ai beau avoir partagé la vie d’un anglais pendant plus d’une décennie, je connais mal cette ville (l’esprit de contradiction, peut-être ?). Voire, pire, je ne m’y suis jamais sentie très à l’aise. En revanche, j’appréhende et j’aime beaucoup les habitants de la perfide Albion – tiens, par exemple, j’avais beaucoup de tendresse pour Margaret Thatcher.

Bref, Yves Saint-Laurent m’a proposé de sauter dans l’Eurostar pour faire la fofolle le temps d’une soirée branchée « Love your lips » à Brick Lane, avec tout plein de gens pointus et de mannequins grimaçants (Cara Delevingne), et pour participer, le lendemain, à des ateliers maquillage et une master class avec Lloyd Simmonds, le DA de YSL Beauté.
Ce dernier a réalisé ce jour-là un make-up parfait aussi rapidement que Zorro sort son épée ; la dextérité du pinceau comme arme de séduction massive, en voilà un joli concept (je devrais travailler dans la pub, vous m’arrachez les mots de la bouche).

28