décembre, 2011

American Apparel : Jingle Bells !

Jingle bells, mes dindes ! Aujourd’hui, avant-veille d’agapes, je vous propose un bon plan et un cadeau à gagner (je suis le roi mage).

☆ Le bon plan ☆
Dès vendredi matin, sur le site LivingSocial, un deal fashion est proposé : achetez un bon de 20€ pour une valeur de 40€ à dépenser sur la boutique online American Apparel. En gros, vous gagnez 20€ (je suis le calcul mental).
Bon plan sur le bon plan, si vous envoyez un email à surprise@livingsocial.fr avec SBEP en objet de mail, vous bénéficiez de 5€ de réduction sur tout le site LivingSocial (exemple : c’est la possibilité de dépenser 40€ sur le site American Apparel pour le prix de 15€). Tout le monde suit ?

79

Make a wish !

Vous m’excuserez par avance si je vous demande pardon, mais j’ai un gros rhume. Et comme à chaque fois que j’ai un gros rhume, j’ai de la fièvre. Et à chaque fois que j’ai de la fièvre, j’ai une réaction épidermique bizarre : une sorte de rougeur de 3 cm2 sur le front, toujours localisée au même endroit, vers le triangle des sourcils. On m’appelle alors, pendant ces 3 jours où je maîtrise l’option chafouin, « la Gorbatchev occidentale ».
… alors que j’ai toujours pensé que la Perestroïka c’était le nom d’un resto russe… C’est un comble.

Il n’empêche que ce n’est pas parce que je suis à l’article de la mort et que je ressemble à une fontaine à vodka que l’on doit oublier de wisher très fort. Ah non. Voyez par exemple l’autre soir, alors que Cyclamen me faisait la lecture de son journal intime (oui je sais), j’ai découvert qu’elle avait déjà inscrit de son écriture maladroite ses 3 voeux pour l’année à venir. C’est un journal intime pré-imprimé, on a plus qu’à écrire sur les pointillés… l’enfance des années 2000/2010 est si pragmatique que bientôt, elle finira par découvrir que les rennes ne volent pas au dessus des nuages. C’est malheureux.

66

UGG ou le pied patapouf

Ca caille, et comme je dis toujours : « Quand ça caille, y’a que la UGG qui aille ! » – c’est un adage météorologique, très rare – et donc comme ça caillait hier, j’ai sorti mes UGG pour la première fois de l’hiver.
Cette année, comme je suis devenue une légende des Internets, avec le salaire correspondant, point de contrefaçon, mais de la vraie UGG. Ca fait du bien ce changement de statut social.
C’est donc le pied patapouf, bien au chaud dans les poils de l’agneau étranglé pour la bonne cause pédestre, que je suis sortie arpenter les rues de mon quartier, prête à faire face aux quolibets. Les hommes craquent pour les stilettos de 12 ? Rappelez-vous qu’ils préfèrent aussi le porte-jarretelles au collant, et la pipe du samedi soir aux courses chez Leclerc (oh la la, que Dieu me garde de devenir une chienne, je file un mauvais coton protestataire !).

43