janvier, 2010

Ca compense !

compensées sandro

On rigole, on rigole, mais il m’arrive quand même d’être sacrément edgy de la mode, moi. En effet, avez-vous remarqué comme il est de bon ton d’exhiber des souliers orthopédiques sur les blogs de fashion depuis quelques mois ?
Si, si, je te jure, il faut absolument chausser de l’échasse tellement compensée qu’on dirait que les nanas marchent sur des LEGO® géants. C’est à dire que l’on se pâme devant des objets genre ça. (…)

Ah oui, c’est particulier, mais c’est mode, donc c’est génial, tu penses. Définitivement, notre cerveau se fait la malle quand il s’agit d’appartenir au sérail de la hype. God, aie pitié de nous, Seigneur Choo !

22

Des fleurs pour Salinger

l'attrape coeur

Depuis hier soir, je suis complètement désemparée.
Alors que je mangeais des brochettes au fenouil tout en regardant Pujadas secouer sa tête de Playmobil, voilà que j’apprends que J.D. Salinger venait de mourir. Mon étonnement fut tellement grand qu’un fenouil a glissé de ma fourchette vers une latte du parquet. C’est certain, il a trouvé son cercueil, lui.
Je veux dire, c’est vraiment n’importe quoi, parfois, la télévision. C’est comme si on nous disait que Tintin ou Sankoukai décédaient brutalement.

Enfin, heureusement que j’ai encore toute ma tête et que j’ai retrouvé, grâce à ma culture immensément riche, que c’était un personnage créé par Indochine. Une sorte de moine qui était en location (vu les prix qui flambent, tout le monde ne peut pas devenir propriétaire, c’est sûr), je ne sais plus trop.
Si ça continue, on lira dans le prochain JDD que Miss Paramount s’est suicidée, aussi ? Ce serait la meilleure celle-là.

J’ai de moins en moins confiance dans les médias, moi.

42

Encore des mots, rien que des maux…

Marie & Joy

Bonsoir. Je sais très bien que vous et moi, nous jouons un jeu de dupes. Vous faites semblant de croire que je suis un vrai boute-en-train corail, et je sais que vous savez que pas du tout, dans le fond. D’un sens, je ne vous blâme pas, j’ai instauré ces règles obscures et tacites il y a bien longtemps. On a toujours du mal à se défaire de nos habitudes.

Je n’ai pas envie de vous cacher que ça va pas très fort en ce moment, mais en même temps jamais je n’exposerai ici les raisons de mon vague à l’âme. C’est comme ça, les copains, j’ai déjà dit que j’étais rudement pudique du sentimental.
Seulement, régulièrement, ça me prend que j’en ai marre de jouer au guignol de service.

83