septembre, 2008

FLÂNERIES PARISIENNES

Récemment, nous, quelques gens de la blogosphère, on a participé au tournage d’un teaser pour une émission de Paris Première, diffusée tout au long durant de la fashion semaine (comme ils disent).
Le concept, c’était que Xavier Desmoulins va trop vite (car le meunier y dort) dans sa caisse, il traverse Paris, passe devant nous (les quelques gens de la blogosphère) et on lui fait des signes étranges.

Attends, pas des kikoo, non, non, des signes classieux.

Nous avec l’HDA (on était en couple, vous allez voir), on nous avait attribué comme signe qu’on avait les mains sur les oreilles.
On a répété pendant une heure tant et si bien que par 3 fois, des badauds nous ont questionné si des fois, on aurait pas une otite, stade terminal.

Oui, on l’avait l’air con.

Oui, on avait froid.

Oui, on ne me reconnaît pas du tout. Je sais pas ce qui s’est passé, comme si Belphégor avait investi mon enveloppe corporelle. La vraie, pas Sophie Marceau.

Oui, on avait faim. Et on rêvait d’un club-sandwich. Qu’on a payé 10 €, plus tard dans la soirée. Tu me diras pour Le Fumoir, c’est pas cher payé le club-sandwich. Certes.

CQFD.

En même temps, c’est du pain de mie grillé avec du tintouin dedans, pas de quoi alerter Marc Veyrat.
Non, je dis ça parce que, par exemple, à l’Etienne Marcel, il est à 15 € et il est moins bon. Mais ça c’est parce qu’il y a beaucoup de pédés et qu’ils ont un gros pouvoir d’achat, eux !
Enfin, on va pas faire une thèse sur le snacking à Paris, c’est pas le sujet.

Tout ça pour dire qu’on l’a payé 10 €, nous.

Bien.

Je crois que l’on s’est à peu près tout dit. Donc le teaser c’est ci-dessous et après, le site c’est là : http://www.flaneries-parisiennes.tv/

A très vite pour un billet sur l’acide urique et ses dérivés !

29

Champomy, la chienlit

Salut, c’est Paul Newman.
(lol)

Sais-tu que la vie de blogueuse influeuse n’est pas si rose que le carrosse de Barbie Princesse ? Que c’est pas toujours siouper Michel ?
Vous rendez-vous compte que notre quotidien n’est pas toujours fait d’amuses-bouche, de champagne et que Father Christmas ne dring pas tous les jours à notre porte blindée ? Parfois, comme la soeur Anne, on ne voit nenni venir.

Alors, essayons-nous à la Maïeutique, vidons notre sac Dreyfuss et couchons notre désappointement à l’aide de notre clavier, un brin dégueulasse, il faut bien l’avouer.
La vérité, on dirait que des hamsters y ont élu demeure tellement qu’il est crade, lui. Enfin tu me connais, passez du coton-tige entre l’azerty, c’est pas dans mon projet de vie.

Récemment, ici même, on asseyait notre grosseur.
Aujourd’hui, asseyons notre douleur.

56

J’suis snob

Gens du week-end, je vous l’assure, Karl Lagerfeld n’a rien à envier à l’ami Borian Vian qui ne fréquentait que des baronnes aux noms comme des trombones.

C’est en lisant son interview dans le ELLE de cette semaine que j’ai eu mon plus gros fou rire du mois (je ne suis pas si bon public que ça, finalement). Ce mec touche les étoiles de la snobitude en s’émerveillant d’un lapsus réalisé lors du susnommé entretien journalistique.

22