mai, 2017

Quel mascara quand on a peu de cils ?

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez sans doute vu passer un bon mot que m’a sorti Cyclamen la semaine dernière. Si non, je vous le recopie ici (ça m’arrange, ça me fait mon introduction).
On était donc dans la salle de bains toutes les deux l’autre jour, et elle me demande si j’ai du mascara.

[En théorie, elle ne se maquille pas. Enfin, elle ne se maquille pas quand elle est avec moi, à part pour quelques occasions (Noël, fête…).

Après, je sais que la théorie a volé en éclats depuis quelques mois puisque j’ai trouvé plusieurs fois des mascaras dans son Eastpack  (<=la meuf qui ACHÈTE du make-up alors que sa mère est blogueuse, elle m’aura tout fait)]

27

Le Jean-Jacques Goldman (123)

✔ Welcome on board, ladies and gentlemen, this is the new, the real, the only one, THE JJG !

Vous savez quoi les gars, ça fait des années que tout le monde glousse à fond sur la marque Desigual – « T’as vomi sur ton tee-shirt, meuf ? Non, c’est un desigual, pourquoi ? » -, que même les blogueuses ne veulent pas porter ça malgré avec un gros chèque à la clé (quoique…), que c’est vilain point barre.

Oui mais voilà, rendons justice aujourd’hui à l’enseigne ibérique, devant laquelle je me prosterne et m’excuse platement pour les quolibets lancés naguère.

Merci pour cette nouvelle campagne de maillots de bain avec des photos 100% non retouchées, mettant en scène le mannequin Charli Howard, qui avait quitté son agence en 2015 après s’être entendue dire qu’elle était « trop grosse pour le job ».

Au moment de l’année où on essaie des maillots sous les néons implacables des cabines d’essayage, merci pour ces moments de cellulite et de (toutes petites) rondeurs. Ça fait un bien FOU <3

38

Luminexpert de Pierre Ricaud : mon avis

Hey ! La marque Dr Pierre Ricaud m’avait proposé, il y a quelques temps, de tester sa gamme Luminexpert composée de trois produits.

Une gamme dans laquelle est intégré le complexe Physiolumière : un actif qui recrée les bienfaits de la lumière naturelle au cœur de la peau. Le but est de stimuler la vitalité cutanée et de redonner un éclat-jeunesse.

Comme je n’avais jamais essayé un seul produit de la marque auparavant, j’ai dit en avant Guingamp (comme quoi, on peut aimer la beauté ET le football). Voilà les résultats de mon crash-test après trois semaines d’utilisation.

2

Converse rouges : And dance the blues…

Il y a quelques années, la DA de chez Manoush avait déclaré que, après 40 ans, « montrer ses genoux, même avec un collant opaque, est intolérable ! ». Ça tombait bien, je trouvais déjà la marque affreuse, ça m’avait confortée dans mon idée…
De toute façon, personne ne l’a écoutée, et encore moins Brigitte Macron, qui a bien raison d’arborer ses jambes canon à de multiples occasions.

Du coup je porte une robe longue – bah alors ça sert à quoi cette intro Madame la contradiction ? -, mais c’est juste parce que je n’avais pas eu le temps de repasser mes genoux ce jour-là, et qu’arriver toute froissée devant vous aurait été un total manque de respect.

32

Folle Envie, le tonic français

Entamer la semaine avec une recette de cocktail, est-ce que ça ne fait pas trop la meuf qui a déjà hâte d’être à l’apéro de vendredi soir (et qui fait des phrases de 10 bornes) ? Un peu si, mais comme je dis toujours « Il faut ménager sa monture, même si on ne veut pas voyager loin ».

Ce qui veut dire – je traduis pour les cruchonnes présentes dans la salle – que s’arrêter de travailler dès le lundi matin alors qu’on n’a même pas commencé c’est idéal pour préserver sa santé, même si ça ne permet pas toujours de se payer le Club Med (en gros).

Aujourd’hui, parlons peu parlons bien parlons nouvel apéritif, que s’apelorio Folle Envie ! Un apéritif bio, 100% français, rafraîchissant et faiblement alcoolisé (11,2% donc moins de sucre dans le cucul)… mais aussi une histoire de transmission, une jolie histoire.

12

Stéphane Chapelle, fleuriste à Paris

Vous ne trouvez pas que le bouquet de fleurs s’est sacrément démocratisé, vous ? Ne soyez pas sottes, je ne veux pas dire par là que le bouquet de 15 roses est passé sous la barre des deux balles.

Non, en fait j’ai juste l’impression que les fleurs ne sont plus liées à un événement précis – un geste romantique, une envie de mettre une cartouche le soir-même, un anniversaire, une fête des mères, etc… – et que désormais, on offre, et surtout on s’offre un bouquet comme une bouteille de rosé pour l’apéro du soir.

Par exemple, moi, il y a encore quelques années, j’attendais niaisement qu’on m’en offre pour pouvoir pousser un soupir de ravissement Oooh des fleurs comme c’est charmant ; je possédais deux pauvres vases… jamais au bon format en plus.

J’étais une assistée de la fleur, une passive du bouquet, une loque de l’initiative florale. J’ai bien changé.

24