février, 2015

Bataille navale

pantalon raye

Je ne sais pas d’où me vient cette fascination pour les pantalons Obélix ; entre les rayures horizontales des marinières et les verticales de mes futals, on va bientôt pouvoir jouer à la bataille navale sur mes outfits, non ? (comment je vais trop vous couler)

Mais avant que vous ne fassiez flotter vos navires sur mon corps non défendant, laissez-moi vous parler de mon petit dernier rayé, issu de la nouvelle collection de Eple & Melk. Coupe boyfriend – non ça ne fait pas un gros cul CA FAIT DÉGAINE nuance ! -, joli coloris légèrement délavé et charmant duo de boutons au ceinturon, il ne m’en a pas fallu plus pour que, sur lui, mon dévolu je jetasse.

44

Plus ou moins

Bon, alors, cette semaine je suis plus ou moins en vacances en Normandie – plus, parce que bah je suis en vacances, et moins car je ne vous oublie pas (Ça JAMAIS, même si vous êtes durs avec moi)(si).
Comme lors de mes derniers passages dans cette région, je bénéficie à nouveau d’une chatoune climatique hors du commun, et je me demande, à force, si je ne suis pas l’élue de l’anticyclone. Je suis troublée.

A force de ciel bleu, j’ai envie de spring dans ma penderie, et notamment de chambray, de jean, de blanc et d’imprimé décent. Le printemps c’est joli pour se parler d’amour, d’où cette sélection simple comme b – – – – – r.
LE PENDU, LE PENDU !

printemps ete 2015

1. Boucles d’oreilles Sessun | 2. Top imprimé Topshop | 3. Chemise en jean Mango | 4. Trench American Vintage | 5. Soutien-gorge Loves Stories | 6. Bas de pyjama Princesse Tam Tam | 7. Jupe en denim Acquaverde | 8. Short en simili cuir Mango | 9. Robe rayée Petit Bateau | 10. Bagues Promod | 11. Sac A.P.C. | 12. Baskets Stan Smith | 13. Pochette River Island | 14. Sandales Mellow Yellow

17

Du vent dans les cheveux

jupe paillettes la redoute

Ce n’est un secret pour personne (et encore moins pour vous, public), j’aime quand ça brille. Donc, et c’est bien normal pour les personnes récidivistes, je me suis encore laissée prendre au jeu du swag, avec cette nouvelle jupe à paillettes.
Comme je dis toujours : « Plus il y a de sequins, moins on reste dans son coin » (évidemment).

Mais comme cette dernière est excessivement chargée en broderies lumineuses et plutôt ras la hum hum, il est de bon ton de la neutraliser le plus possible, afin de ne pas devenir, le temps d’un instant, une habituée du Carlton de Lille (enfin, voyez l’idée). D’aucun dirait qu’il faut DÉDRAMATISER, mais j’ai comme dans l’idée que ce verbe est désormais en désuétude, alors je dirais plutôt qu’il faut DÉMAGNÉTISER. Oui, la mini-jupe à paillettes est un vrai aimant.

21