août, 2012

Le rose aux joues

compact camélia shiseido

Il y a tout juste une semaine, j’ai récupéré une Cyclamen bronzée comme jamais, plus blonde que Barbie aux pays des fées. Depuis, et plus que d’habitude, je n’arrête pas de la regarder tant je la trouve belle.

Bien sûr, j’évite de lui dire trop souvent le fond de ma pensée quant à son physique plus qu’avantageux (je m’en voudrais qu’elle devienne aussi con qu’une blogueuse mode que l’on complimente toute la sainte journée sur ses cheveux ou ses jambes so amazing).

Elle n’est pourtant pas narcissique pour deux sous – l’avantage d’avoir un enfant pour qui la vie se résume à 80% à perfectionner sa technique du double salto arrière ; les 20% restants étant dédiés aux questions existentielles du type lequel personnage tu préfères dans les minijusticiers (euh ?).

Oui les questions physiques et modeuses sont plutôt loin de ses pensées, même si elle ronchonne bien de temps en temps quand je lui impose un jean à la place de la micro-jupe qui tourne portée depuis 3 jours, et qui tient debout toute seule… Ou qu’elle tente une incursion dans la langue fashion « Hein que c’est trop stylé quand j’attache seulement le premier bouton du haut de mon gilet corail ? » (lol).

34

Bobbies !

bobbies

Amis des chaussures vertes, je viens aujourd’hui vous présenter Bobbies, marque fondée par deux jeunes parisiens amoureux des mocassins à picots. Un esprit Tod’s plus coloré et plus cool, en somme.

En ce moment, j’ai le nez plongé toute la sainte journée dans les tendances de la rentrée en vue de la réalisation de plusieurs piges mode commandées à droite et à gauche (en bas, en haut, ces soirées-là HAN HAN)(moi qui adore écrire, ça tombe bien).
Du coup, je ne vous dis pas comme je suis submergée par la grande vague du slipper et de son copain, le mocassin.

Vouant une véritable passion oculaire pour le stiletto, je suis, cette saison, un peu désappointée. Même si j’avoue porter bien plus souvent du plat que du 12 ; ce dernier restant fréquemment cantonné chez moi à un rôle de serre-livres… ou de poubelle de table.

229

Le sweat tigre Sandro, objet du désir

balenciaga rouge

Comme les légendes, chères à Brad Pitt, voilà que le Graou revêt son habit automnal (putain, comme c’est beau ce que j’écris – on dirait du Troyat).

J’en profite pour vous faire un petit aparté littéraire pour vous signaler que, 20 ans après tout le monde, j’ai enfin commencé « Rien ne s’oppose à la nuit » de Delphine de Vigan. Je ne regrette qu’une seule chose : ne pas l’avoir lu plus tôt.
Je n’ai qu’une hâte le soir, après avoir préparé la soupe de légumes familiale, me coller au lit pour me replonger dans sa lecture et ressentir un petit pincement au coeur au fil des pages dévorées, tant je le savoure et redoute de le terminer.

J’aurais dû écouter Caro plus tôt (elle ne dit pas que des conneries).

32

Chronique de la fête foraine

dauphin rose

Vous vous demandez sûrement « … mais qu’est-ce que c’est que cette horreur ?« . Laissez-moi vous raconter la vraie histoire de Dauphinette.

Les amis, sachez-le, nul besoin de craquer la moitié du PEL pour emmener toute la famille en vadrouille chez Mickey et user ses nouvelles ankle boots en nubuck de soie dans la suite Blanche-Neige à 600 boules la nuitée, non non NON.

Pour faire plaisir aux gamins, je n’y croyais pas, mais c’est pourtant vrai de vérifié : passez donc à la fête à Neuneu la plus proche de votre lieu d’habitation, ou de villégiature c’est selon.

L’autre fois en vacances, en passant à vive allure sur la voie rapide qui nous ramenait d’une longue et éreintante journée de plage (les gâteaux dans le sable, la pelle perdue, l’oubli du slibard de rechange, le coup de soleil – la belle vie) voilà qu’en croisant une grande roue qui se dressait fièrement dans le ciel azuréen, j’ai su qu’on n’y couperait pas (on n’y a pas coupé).

24

Shopping de rentrée

chaussures léopard

Les gars, ce n’est pas parce qu’on vient tout juste de recevoir le troisième tiers provisionnel de l’IR dans la boîte aux lettres (pardon my non-mensualisation) qu’on va se laisser abattre. Ah non. Je n’allais pas vous laisser errer comme des âmes peinées tout le week-end, ne sachant que faire de vos bourses plates d’après congés, alors voilà une petite sélection shopping chaussures, kids et tout le reste. Amitiés.

Pour celles qui ont encore envie d’été et qui n’auraient pas réussi à mettre le pied (AH AH) dans les sandales graou de chez Zara, voilà deux paires où on n’y voit que du feu (1 & 2). Pour le reste, j’ai particulièrement envie de camouflage, de noir, de clous et de glitter toujours.

17

C’est long, C’est court : le sweat manches courtes

short en jean

Avec tout cet affolement de la rentrée (et encore, j’ai pas géré la liste des fournitures scolaires yet), j’avais oublié de vous montrer ce sweat Zara, trouvé à l’arrache sur un portant de fin de soldes pas trop ragoûtant (le portant, pas le sweat).

Comme en plus, j’ai un peu fait chier Nounours pour qu’il m’immortalise avec cette petite cotonnade un soir où il était en train de faire griller les merguez (le barbecue, le meilleur ami de l’homme, pas comme la bouteille de shampoing vide laissée sur le rebord de la baignoire pendant 7 semaines HEIN NOUNOURS !), je me devais donc de vous parler de cette trouvaille.

36