Mary et Max : poésie et pâte à modeler

    

Mary et Max

Dernièrement, je reçois une invitation des copains Alexiane et Pingoo à se traîner à une projo d’un film en pâte à modeler ! Vous me connaissez, dès qu’il faut pétrir, malaxer et y coller les doigts, je suis pas la dernière.
C’est donc la fleur au body que je me suis rendue chez Gaumont, jeudi soir dernier.

Je n’ai pas regretté, les copains, tant ce film a exacerbé ma sensibilité et touché ma nostalgie ambiante. « Mary et Max », donc, c’est l’histoire de Mary, 8 ans, une tache couleur caca sur le front, qui fabrique des colliers avec des paquets de chips et qui vit au pays des kangourous.
C’est aussi l’histoire de Max, 45 ans, un juif new-yorkais de 159 kilos, qui possède 8 survêtements de la même couleur.

Mary et Max 3

Mary et Max 2

Leur point commun : Ils ont pas des vies faciles, les pauvrets ! La gamine, elle a une mère alcoolo qui traîne en bigoudis toute la sainte journée et un père qui fait de la taxidermie dans leur cave. Le pauvre Max, lui,  il est seul et dépressif dans son logis tout gris.
Un jour, la Mary, elle gaule un annuaire de l’Amérique, pioche au hasard le nom de Max et lui écrit. Il devient son correspondant pendant plus de 20 ans, et c’est l’histoire de cette singulière amitié que nous raconte le film.

Mary's mother

Mary's father

En dehors du traitement, qui ne ressemble à aucun autre (si ce n’est de loin à « Chapi Chapo », dans les 70’s), c’est un moment de grâce que j’ai vécu ce soir-là. On est bien loin des « Shrek » et autres Pixareries, destinées à plaire aux petits comme aux grands, puisque là je déconseille le film aux minots, à moins qu’une obscure lecture du film m’ait échappée.

C’est beau et (parfois) drôle, mais c’est sombre, glauque et un poil déprimant. C’est un tribute à la différence, aux moches, aux gros… C’est une vraie réflexion sur la solitude et la dépression qui t’emporte très loin des sentiers habituels.

Si je vous invite à y aller dès mercredi 30 septembre, jour de sa sortie nationale ? Mais évidemment, les aminches ! Je vous y invite d’autant plus que le film est inspiré de la vie de son réalisateur, Adam Elliot qui nous a causé à la fin du film. Et qui nous a causé en australien s’il vous plaît, qui est, en gros, de l’anglais que nous autres français on comprend tous, tant il est mauvais.

Donc Adam, il raconte qu’il a un penpal new-yorkais depuis 20 ans, lui aussi. Qu’ils ne se sont jamais vus, et que malgré l’Internet et tout le tintouin technologique de ces dernières décennies, et bien ils continuent l’épistolaire sur du papier gauffré, à l’ancienne.
Genre, ils ne s’envoient des mails que pour se demander s’ils ont bien reçu mutuellement leurs dernières correspondances.

N’est-ce point, que c’est so mignon, cette histoire ?
C’est so mignon, si !

On résume : Le site (magnifique), c’est là : http://maryetmax.gaumont.fr/
On y va le 30 septembre prochain. On va le voir en VO (surtout, ne commettez pas l’impair d’aller mater ce petit bijou en VF, ce serait sacrilège).
Et la bande annonce, c’est ci-dessous (faites-moi plaisir, regardez-là, ce sont deux minutes de bonheur) :

Je vous laisse, je vais essayer de recontacter Paula Miller, ma corres’ from Croydon, qui foutait de la graisse à traire sur sa peau d’anglaise, en pleine canicule albione (22°, quoi…).

Catégories CA VIENT DE SORTIR

23 commentaires

  1. J’ai vu la bande annonce il y a quelques jours . Ça avait l’air très joli… A voir donc

  2. LA BARONNE dit :

    c est moi qui est servie de modele a la mere !!

  3. Hélène dit :

    Effectivement ça a l’air assez exceptionnel, merci puor la chronique, j’irai sûrement le voir ;-)

  4. Frantztztz dit :

    J’ai vu la bande-annonce depuis un moment et ce film a l’air juste énorme ! Inutile de dire que je me presserai au cinéma pour sa sortie.

  5. Thémis dit :

    ça met de bon poil le matin, merci ! (surtout après un réveil brutal et en fanfarre de ma bruyante descendance)

  6. BBCam dit :

    je note sur mon calepin de trucs à faire dictés par les autres. (je suis d’une influençabilité, parfois.)

  7. Esme dit :

    Avec tous vos avis et la bande annonce, je vais courir le voir! :)
    Merci pour l’info en tous cas! ;)

  8. Fran dit :

    Je crois que je vais y emmener le lapin jaune même si ce n’est peut-être pas vraiment de son âge et que j’irai le voir In English.
    Bon we !!

  9. shalima dit :

    Ah, les voilà les fameux Mary & Max. Effectivement ça a l’air top, j’adore le ton des « dialogues ». Quant à savoir si je pourrais le voir en VO à Vannes, hahem, spa gagné, par contre.

  10. KRiSS dit :

    Moi ça m’a donné envie d’avoir un penpal ..mais à mon âge il est pt etre un peu trop tard!

  11. marieaunet dit :

    Merci pour la découverte je ne connaissais pas!

  12. lord de Winter dit :

    Ca a l’air super chouette! Encore un film que je voudrais voir en ce moment, alors que je suis sensé commencer à bosser mon concours, mais bon…

  13. Le Provincial dit :

    Indubitablement l’originalité de l’année.
    J’espère avoir l’opportunité d’aller le voir.

    P.S : Incroyable coïncidence : Salomé a les dents du bas qui bougent depuis la fin de matinée. Rien hier soir, et ce matin boom. P’tain, y va falloir ce documenter encore.

    Bon week end,
    See you

  14. Alexiane dit :

    A tous : y’a eu un réel effort sur la version VF. Ça vaut le coup du coup (et c’est un fait rare), de le voir en VF aussi ;)

  15. Elzaz dit :

    pr les dessins animés en pâte à modeler (« pâte goblé » comme dirait le ptit frère de mon pote Victor), il faut voir Wallace & Gromit (the wrong trousers, etc.)

  16. imposture dit :

    En effet la bande annonce fait super envie, d’autant plus que j’ai lâché la 3D depuis un moment ça me gave (avec les mangas).
    Faut dire merci au studio Aardman, papa de Wlalace & Gromit et à Tim Burton d’avoir remis au goût du jour la VRAIE animation, ce travail de bénédictin et de romain où quand on a mis en boîte 2 ou 3 secondes de film par jour, bah on est vachement content.
    Mais j’espère que les jeunes générations redécouvriront les pères fondateurs de ces techniques, je pense à Ji?í Trnka (http://www.youtube.com/watch?v=xf5sakekBqI) dont Tim Burton ne peut pas nier l’influence au moins dans le design des marionnettes, et Will Vinton qui est le type qui a le plus développé la technique de la pâte à modeler vers les années 70 (ici un truc furieux de 1980 env : http://www.youtube.com/watch?v=TlrcsUoP_n4&feature=related et le film que j’ai découvert à 16 ans au festival du film d’animation d’Annecy et qui m’a laissé sur le cul à l’époque : http://www.youtube.com/watch?v=q_VTdhgrpFU )
    becots

  17. Waouh Violette, t’as été au cinoche même que t’as pas emmené ta Cyclamen qu’est ta fille ! La hooooonte ! H1N1 t’a fait perdre la raison à ce que je vois…

  18. garance dit :

    en allant prendre le brunch ce matin, mon amoureux et moi sommes tombés en arrêt devant l’affiche.
    Merci pour la riviou!!

  19. violette dit :

    ça va les copains ?

    Comment ça je suis pas bavarde ?

  20. rové dit :

    Mais dites donc, la little Mary n’aurait pas gauler ses lunettes à Camélia Jordania des fois ?
    (bonjour les références)

  21. e-zabel dit :

    Je confirme sombre, mais tellement troublant émouvant et attachant !

  22. Anna dit :

    Il a vraiment l’air génial ce film !
    (encore un commentaire bien utile)

  23. […] même pas encore sorti en DVD: je suis donc largement dans les temps encore, même si c’est Violette qui m’a donné envie d’y aller il y a plusieurs semaines déjà…). Un vrai moment […]

Laisser un commentaire

Combien font ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.