Le mur de la mort

    

Ce matin, en me connectant sur Facebook, je suis restée pétrifiée devant mon écran. La mort s’étalait sur quelques lignes, sobres et dignes, et pourtant c’était comme si ce n’était pas réel. Sûrement parce que les avis de décès ne sont pas encore monnaie courante sur les réseaux sociaux, je ne sais pas bien.
J’ai donc appris qu’un ami, enfin plus précisément quelqu’un que je connaissais pour l’avoir croisé plusieurs fois depuis une quinzaine d’années via des amis communs, était mort hier, samedi 28 janvier. Un de ses proches avait pris le contrôle de son compte Facebook pour annoncer la triste nouvelle à tous ses amis connectés. Je trouve l’attention plutôt noble, surtout qu’il était apprécié par de nombreuses personnes – c’était un mec vraiment bien, quoi.

Ce qui m’a rendue nauséeuse pour le reste de la journée, hormis la peine, bien sûr (mais je suis nulle pour exprimer mes sentiments sur le papier, même informatique) c’est, je crois, le contexte dans lequel se trouvait ces 3 phrases annonçant son départ. J’ai ouvert Facebook ce matin, et j’ai lu ces terribles mots entre un LOLCAT et une photo de vernis à ongles, roulette russe de mon fil d’actualités à ce moment précis. J’ai pensé que ces mots ne méritaient pas cette vulgarisation : une mort désacralisée sur un wall et puis s’en va, après tout…

Si on ajoute à ce constat que son décès est survenu le jour de son anniversaire et que, sur son wall, les « happy birthday » s’intercalaient entre les différents messages de soutien à la famille des personnes déjà averties, tout cela avait un petit air surréaliste. Aujourd’hui, Facebook a pris un sens tout particulier pour moi mais il n’empêche que je ne pourrai jamais « liker » un statut mortuaire. Je trouve que le show ne doit pas toujours must go on. Du moins, pas n’importe où.

Bon voyage A.

Catégories ETUDES SOCIOLOGIQUES

50 commentaires

  1. Camille dit :

    J’ai été confrontée indirectement à ce problème il y a quelques temps, une amie avait perdu sa cousine, bref, elle savait pas si elle devait ou non se connecter via son compte pour fermer la page ,ou pour l’annoncer.
    Je crois que finalement elle n’a rien fait, mais ça m’avait rendu mal pendant un petit bout de temps aussi.

    Tout ça pour dire qu’au final, je sais pas ce qu’il faut faire dans ces cas là, mais que dans tous les cas, c’est nul, et c’est dur.

    Bisous, du coup.

  2. Solenn dit :

    Carrément d’accord.

  3. Pauline dit :

    Je suis vraiment navrée de cette nouvelle.

    Pour ma part, j’ai également appris aussi une mort de cette manière 2.0. Ou plutôt DES morts. C’était pour l’affaire de Ligonnès.
    Je connaissais les enfants et ça fait vraiment un choc. Surtout de voir un page Facebook qui « survit » et qui rend la mort irréel.
    Et ça fait mal. Mal de voir des photos qui racontent la vie dans un moment comme celui-ci. Ça en est gênant.

    Il y a aussi eu le cas de cette jeune skieuse canadienne. Des personnes qui, pour lui rendre hommage, on fait une vidéo d’elle. On la voit souriante dans la montagne, pleine de vie sur ses skis.
    Mon Dieu…Même si cela part d’un intention louable et noble (comme tu le dis), ça reste complètement surréaliste et installe un malaise.

    Alors l’Internet oui, mais des fois pas trop oui quand même.

  4. Madame Parle dit :

    Le compte facebook d’une de mes cousines décédées avaient été piraté et envoyait des messages… Ca faisait froid dans le dos… Nouveau monde moderne, nouveau monde de communication a encore apprivoiser…

  5. violette dit :

    Madame Parle : Le comble, c’est que je bosse le nez dedans (ou presque). Mais je crois que malgré tout, je ne m’y ferai jamais à ce mélange des genres.

  6. Vanessa dit :

    ça fait plutôt froid dans le dos en effet…

  7. Fanny dit :

    J’ ai appris la mort de ma grand-mère sur Facebook et bien que mon cousin n’ait pas fait ça consciemment je pense, je lui en ai voulu. C’est assez malsain d’apprendre ce genre de nouvelles de la même façon que tu informes tes potes de ton nouvel achat soldé. Un peu de respect et d’intimité, bordel !

  8. Malheureusement cela prouve bien que Facebook est la source d’information numéro un dans le monde, aussi bien pour connaître l’actualité politique que le statut de soirée bourrée d’un ami ou un décès.

  9. Wafa dit :

    Pour moi ce sont les limites d’Internet même si l’intention est bonne c’est trop. Je ne me vois pas commenter ça et je crois que je serais mal à l’aise de lire des dizaines de commentaires sur le sujet.

  10. pinassotte dit :

    c’est surprenant quand même !! Ma meilleure amie ma soeur de coeur est décédée le 23 décembre (bonne pour A/R sur Paris) je ne m’en remet toujours pas (mon blog non plus d’ailleurs). Elle a laissée son mari ses deux filles de 22 ET 18 ANS, accro de facebook mais rien n’a transpiré ! je suis près d’elle comme le reste de leur famille, mais facebook lui reste inerte, hormis leurs quelques copines d’université qui leur ont transmis des messages de soutien sur leurs murs mais on ne sait pas pourquoi si l’on vient de l’extérieur;

  11. Marie (une autre) dit :

    C’est ultra maladroit et super glauque. En même temps y a pas vraiment d’endroit idéal pour apprendre la mort de quelqu’un…

  12. Hagate dit :

    Je ne suis justement plus sur Facebook depuis qu’un très bon copain s’est suicidé en novembre.
    Bel et bien mort, 6 pieds sous terre alors que son compte Facebook est encore là dans « mes amis ».
    Je fais quoi là, moi? Je le supprime et le « tue » aussi virtuellement? Ou je le garde hypocritement sur ma page?
    J’ai choisi de fuir virtuellement et de clôturer mon compte.
    Pour moi, la réalité doit encore dépasser la fiction…

  13. L'Affreuse dit :

    C’est « drôle »… le sujet est tellement dérangeant que même les commentaires sur ce post se font plus rares, il me semble…

  14. Aye Caramba dit :

    J’ai vécu la même chose qu’Hagate, un de mes jeunes cousins s’est tué à moto il y a 2 ans 1/2 et son compte lui survit, de temps en temps alimenté par sa famille. J’ai trouvé que c’était une situation intenable et j’ai supprimé le mien pour ne plus voir les invitations à lui souhaiter un bon anniversaire… je sais que pour sa famille proche, c’est une façon de le garder vivant et la blessure est telle que je n’ose pas aborder le sujet avec eux..apprendre la mort de quelqu’un sur FB, je trouve que c’est vraiment très violent même si évidemment l’intention n’est pas là.

  15. Solexine dit :

    Ca ne fait pas si longtemps que ça que je suis sur FB, et quand une de mes copines a annoncé le décès de sa mère sur son mur, ça m’a fait bizarre -et j’ai d’ailleurs préfèré lui laisser des messages de soutien via la messagerie interne…et puis on s’habitue-malheureusement et malgré soi- à cette « pratique ». Les réseaux sociaux, c’est apparemment un genre de métaphore de la vie: la juxtaposition simultanée des choses les + triviales et aussi des + graves et des + intimes; mais ce qui dérange le plus, c’est ce flux ininterrompu et permanent, où une information, quelle qu’elle soit, chasse l’autre, ce qui finit par mettre tout au même niveau; c’est ça au fond, je crois que FB « aplatit » tout…

  16. Je suis d’accord avec toi. Ce n’est pas vraiment le lieu pour annoncer ce type de nouvelles. Je trouve cela totalement déplacé et indécent.
    Il y a qq mois sur mon mur fb, j’ai lu ce qui suit:
    « vient d’apprendre qu’une amie est en phase terminale d’un cancer. C’est con je ne peux pas être à ses côtés. J’aurais aimé lui tenir la main. Tu vas me manquer Z. »
    Surréaliste comme tu dis…

  17. midlifegirl dit :

    Annoncer la mort de qq1 sur FB, c carrément glauque. Il y a quand même des limites. Après se souvenir de quelqu’un sur FB, parler de lui, échanger, se souvenir, pourquoi pas. J’ai perdu un très très proche l’année dernière, et croyez moi ça fait du bien quand je vois un petit mot sur lui de la part de nos amis et ceux-ci sont ravis quand je dis un petit mot sur ses enfants, parce que c’est une façon de continuer. Quand à supprimer son compte, je sais qu’il faut le faire, mais je ne m’y résous pas. Je ne publie jamais rien dessus bien sûr et d’ailleurs il meurt petit à petit mais supprimer son compte pour l’instant ça me donnerait l’impression de bruler ses photos. Même si ça peut vous paraître glauque.
    J’ai pas supprimé ses adresses mail non plus, il continue a recevoir des spams! Il y a tant de choses qu’on supprime à la mort de quelqu’un, tellement de façon d’effacer son nom de tout ce qui est officiel. Ca fait un an que je m’échine à gommer son nom sur tout ce qui nous a été commun, car il n’existe plus, il a des héritiers qui prennent sa place. et mettent leur nom à la place du sien. Voilà pourquoi je laisse son compte FB, mais je ne le fais pas vivre à travers ce prisme,je ne publie pas dessus, je n’y touche pas c’est tout.

  18. Marie dit :

    Facebook me rend de plus en plus perplexe. J’y trouve quelque chose de malsain, de pro-voyeuriste que je n’y trouvais pas avant ou moins en tout cas. et puis je n’aime pas ce qu’il fait des gens, certains ne mettent plus aucune limite entre ce qui est clairement du privé et ce qu’ils partagent

  19. Chris dit :

    Je comprends l’intention effectivement et aussi le sentiment de malaise ! Déjà que nous sommes toujours désarmés face à la mort, alors dans ces circonstances…

  20. Facebook c’est comme la place du village. Ici en Espagne, les gens collent des affichettes dans tout le quartier du défunt pour annoncer sa mort. Facebook c’est le niveau suivant..ça dépend comment c’est fait et puis c’est peut être plus facile pour les proches de l’annoncer comme ça que de téléphoner ou donner la nouvelle à des gens que tu ne connais pas..

  21. poupoupinette dit :

    Oui, c’est glauque. Pas tant la façon d’annoncer tout ça.
    Mais la mort. Qui est glauque. Autant on arrive à l’admettre qu’une très vieille personne en souffrance dans ses derniers mois, autant quand il s’agit des autres catégories des 7 à 77 ans (et un peu moins, et un peu plus), ça ne passe pas, y’a pas.
    Mais d’un autre côté, le 2.0, n’est-ce pas une peu comme une façon de ne pas mourir à 100% ? Il peut rester toujours, lui, au moins, même si son créateur est parti pour un voyage dans un monde inconnu.

  22. Tu me pardonneras j’espère de m’être inspirée de ton titre pour publier un billet sur le même sujet. Parce que j’ai été touchée par le tien. De très près.

  23. Marie (une autre) dit :

    Hey Violette ! Je crois qu’il est temps que tu (re)dégaines ta plume acérée pour un article Lajaunie (qui fait rire jaune, humour Pastis 51, ok je sors…) !

  24. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je pense que la mort nécessite une certaine pudeur, une certaine manière de l’annoncer, de l’apprendre.
    J’ai moi aussi appris, l’an dernier, la mort d’un pote sur Facebook. Ces amis proches avaient créé une page en son honneur et tout le monde était convié à la rejoindre. Je me souviens avoir eu un goût de gerbe ( pardon) dans la bouche.
    j’me suis dit que ça partait sûrement d’une bonne intention, que tout le monde soit prévenu mais je n’arrêtais pas de me dire que quand même, c’était peut-être allé trop loin…
    ( je n’ai pas « aimé » la page)
    Bises.

  25. Norah dit :

    Glauque à souhait…Mais bon Facebook devient un débarras. Les gens n’ont selon moi plus aucune pudeur et déballent tout: la vie des uns et des autres, les réglements de comptes, les photos qui n’ont rien à faire là, la dernière recette qu’ils ont faites, ce qu’ils prévoient de faire à manger le soir-même…Et aprés on vient se plaindre que tout se sait…

    Comme je dis dans ces cas-là: viens pas te plaindre c’est sur Facebook. Facebook est le téléphone arabe et bien plus des temps modernes.

  26. MissBrownie dit :

    FaceBook a un côté divertissant, toutes les infos s’y mêlent et il est clair qu’on ne s’attend pas à tomber sur ce genre d’infos …

  27. Delphine dit :

    J’ai appris la mort d’une amie d’enfance sur Facebook. Beaucoup de gens avaient suivi son combat contre le cancer et son mari a conservé sa page pour lui rendre hommage et parfois il accepte des nouvelles demandes d’amis. Je peux comprendre son désir de la maintenir « vivante » de cette façon mais je sursaute à chaque fois que je vois Machin et Anne-Sophie sont amis… Moi non plus je ne peux me résoudre à la supprimer de mes amis…
    Comme d’autres commentaires l’ont dit, le plus choquant c’est certainement ce mélange des genres, FB étant majoritairement un lieu assez futile. Je peux comprendre l’envie de partager la peine comme on partage une joie mais cela peut être terriblement brutal et indécent dans cet environnement…

  28. sab dit :

    au putain ca doit faire tout drole en effet!! courage

  29. De mon côté j’ai une ancienne collège qui est décédée dans des conditions dramatiques il y a 3 ans environ, et bien son compte est toujours existant depuis. C’est tellement glauque et irréel tout ça.

  30. la baronne dit :

    nous autres les nantis on a pas FB
    je t enverais un faire part

  31. solenne dit :

    hardcore…

    mais facebook peut aussi permettre de conserver des liens qui disparaîtraient sinon. un de mes très proches a chaud au coeur lorsqu’il lit des messages sur le wall de sa fille disparue.

  32. TASHA dit :

    J’ai une vieille amie, de coeur et d’âge………. je ne connais de sa famille que ceux qu’elle m’en raconte et eux ne me connaisse pas. Du coup, je me dis que demain, s’il lui arrivait quelque chose, je ne serai pas prévenue…. sauf peut être de cette façon…. je ne les vois pas appeler tout son répertoire? alors que penser….

  33. TASHA dit :

    J’ai une vieille amie, de coeur et d’âge………. je ne connais de sa famille que ce qu’elle m’en raconte et eux ne me connaisse pas. Du coup, je me dis que demain, s’il lui arrivait quelque chose, je ne serai pas prévenue…. sauf peut être de cette façon…. je ne les vois pas appeler tout son répertoire? alors que penser….

  34. verodusud dit :

    Je côtoie malheureusement la mort à travers mon travail trop souvent même).
    Il est vrai que tout ça peut laisser perplexe, mal à l’aise, faire se poser bcp de questions.
    Mais ce que je sais on soutenant les familles, c’est que nous sommes tous différents devant la mort d’un proche, et que mm si certaines actions comme celles d’en parler sur facebook peut choquer, je pense qu’il faut aussi respecter les gens. Cela peut être un exutoire pour eux, le deuil est difficile, et parfois complètement impossible à faire. Je ne sais pas , mais le choix appartient à chacun, et facebook est un moyen d’expression, il peut être une soupape, le moyen de contacter des proches, des amis. Je ne dis pas que c’est le meilleur moyen, mais qu’il faut savoir respecter les gens ds leur douleur.
    la mort est tjrs douloureuse. Pour chacun.

  35. sarah dit :

    Que dire ? Pour avoir perdu 6 personnes de ma famille, très poche dont certains même primordiaux dans ma vie, tout cela en 8 ans, et quelques amis dans la foulée tout cela en 8 ans. Je pense la connaître un peu, ne pas y être habituée pour autant mais ne sais que penser d’une annonce par FB.
    Je me dis que lorsque c’est un intime on l’apprend de vive voix d’abord et on le vit dans sa chair.
    Qu’avoir entendu d’une personne que je croyais intime « un c’était quand pas ton fils (le fils de mon frère, mon filleul mort dans des conditions plus qu’épouvantables) a été bien pire qu’un mot sur FB. Ou pas.
    Difficile de juger tant que l’on a pas vécu les choses. Donc je te comprends mais ne ressens pas ce que tu as vécu (puisque je n’ai pa eu à subir ce genre d’info morbide par réseau social).
    La mort reste douloureuse et remet les choses à leur juste place. Réseau social ou pas.
    Courage.

  36. Geekette dit :

    Bonsoir,

    Je peux, en effet, comprendre ta réaction.
    Il est compréhensible de faire partager l’événement, mais je considère que Facebook n’est pas le lieu le plus approprié.

  37. Un matin j’apprends la mort d’un ancien copain de classe, je me connecte alors sur facebook pour contacter un ami commun pour s’organiser pour les funérailles et là je vois un message de l’ami décédé. Message laissé à 5h30 du matin un dimanche, il faisait ses adieux et annonçait de manière détournée qu’il allait se suicider… Quand j’ai compris le sens de son message cela m’a fait froid dans le dos! Il avait pris la peine avant de passer à l’acte de laisser un message sur Facebook pour nous prévenir. Pourquoi personne n’était-il connecté à cette heure? Pourquoi personne n’a vu ce message à temps? Quelques jours plus tard dans le menu déroulant Facebook, un message me suggérait de « dire bonjour à Vince » puisqu’on ne pouvait pas clôturer son compte (personne n’en avait le mot de passe, et Facebook ne prévoyais pas à l’époque ce genre de situation); j’ai clôturé le miens. Car comme il a été dit plus tot, je n’envisageais pas de supprimer Vince de mes amis, mais je ne supportais pas non plus de voir Facebook me rappeler presque quotidiennement le message que Vince avait laissé avant de partir…

  38. J’ai vécu un cas similaire, j’avais comme contact une connaissance qui est décédé dans un accident de voiture. Son « mur » est devenu super glauque, j’ai fini par l’enlevé de mes contact, car son frère et sa fiancé lui parlais, et lui disais toute leur tristesse, type  » pourquoi toi, pourquoi t’est mort a 3 mois de notre mariage « , 2 ans après, ma sœur l’a toujours en contact et sa continue, a son anniversaire a sa date anniversaire de décès setc …, il lui laisse des messages. Je peux comprendre leur pêne, mais la c’est too much !!!

  39. Zara dit :

    Pour ma part, j’ai reçu il y a quelques temps une « demande d’amitié » sur Facebook de la part d’un ancien camarade de classe décédé quelques mois plus tôt… avec en photo de profil « la dernière photo qui ait été prise de lui ». Je ne sais pas à quoi a pensé cet ami qui a ouvert ce compte en son hommage, mais ça m’avait profondément choquée…

  40. Sosso dit :

    J’ai été très mal à l’aide, moi aussi, suite au décès d’une amie. Ses proches n’ont pas les codes pour son compte FB, alors ils s’en sont servis non pas pour annoncer le décès mais pour donner les détails de la cérémonie. Et ils sont laissé le compte ouvert.
    Très vite, le mur de mon amie est devenu un lieu où les gens postent de la musique, des photos, mais il n’y a jamais eu d’epanchement, de message désespéré, ou lyrique. C’est intelligemment fait. Alors pourquoi pas…

  41. wilfing machine dit :

    Je connais (un peu) une femme qui, un matin, a annoncé sur son mur la mort de sa propre fille (adolescente) morte dans la nuit dans un accident de voiture en rentrant de soirée. En gros, juste après avoir appris la mort de sa fille, ce qu’elle a pensé à faire, c’est se connecter sur cette merde de facebook… Pour ma part, je refuse d’avoir un compte, ça peut sembler radical mais ça m’évite de voir ce genre d’horreur. (et les inepties qui y sont légion apparemment).

  42. ... dit :

    Je ne vais pas raconter une histoire de plus similaire mais tout comme toi, je ne me fais pas au mélange des genres. Sur fb tout le monde est ami avec des personnes qu’il ne connaît pas. J’avoue trouver que ça manque de pudeur et de délicatesse selon la manière dont c’est fait. Je crois que dans ces moments je préférerai vivre dans le monde des bisounours et prendre fb pour une farce.

  43. Melle Alexa dit :

    Je m’étais fait la même réflexion, il y a quelques temps, sauf que la mort du jeune mari d’une de mes amies s’intercalait sur mon wall avec une naissance, des coups de gueule, des vies heureuses, et là me suis dit « Whaouuu, FB représente vraiment la vie de chacun, la vraie vie ! », et ça m’a effrayé sur le coup …
    Je te souhaite du courage, car même si ce n’était qu’une personne que tu croisais de temps en temps, une mort reste pénible pour chacun.

  44. Harper & Cie dit :

    De manière un peu différente mais toujours concernant les nouveaux moyens de communication : il y a quelques années, une amie de promo s’est suicidée. La nouvelle fût bien entendu douloureuse d’autant que nous avions vu bien qu’elle ne se sentais pas bien depuis quelques temps mais nous n’avions pas réussi à l’aider. Puis les semaines ont passées, le travail de deuil se faisait petit à petit… Un jour alors que le quotidien avait repris le dessus, j’aperçois ce message sur mon écran : « Olivia vient de se connecter ». J’ai cru voir un fantôme !!! J’en ai eu la chair de poule pendant un long moment. J’y ai vu comme un signe. Même si j’ai réalisé assez vite qu’il s’agissait d’un de ses proches qui avait dû utiliser son compte. Cela m’a quand même beaucoup perturbée…
    Toutes mes condoléances et bon courage…

  45. anne-laure dit :

    J’ai habité à Montréal plusieurs années et maintenant j’habite à Paris.
    Un matin fin 2011, sur FB, mes copines ont changé leur statut en mettant RIP Emmanuelle… et puis en message privé, ma meilleure amie qui m’avertissait qu’Emmanuelle (un très bonne amie d’études et de vie) a été tué par son mari (je passe les détails).. étonnament je n’ai pas trouvé cela glauque ou indécent car les messages, statut ont été respectueux et sincere… de plus le fait que ce soit un meurtre a chamboulé mes amies de fille, depuis on parle plus fréquemment de la violence faite aux femmes comme une chose NON taboue et méprisable, alors comme Sosso si c’est intelligemment fait pourquoi pas…

    courage pour t

  46. CamilleG dit :

    Je trouve ça quelque peu « déplacé » d’annoncer sur FB… On a pas que des amis proches dans nos « friends » et je ne sais je n’aimerais pas qu’on raconte ma vie partout….

  47. louise dit :

    Je ne laisse jamais de commentaires ici, je viens pourtant souvent et j’aime beaucoup ta maniere de voir les choses.
    Mon mari est mort l’année derniere de manière subite et j’ai du faire face au probleme facebook.
    On ne se rend pas compte mais tout va tellement vite que ça ne laisse pas beaucoup de choix meme quand on se retrouve veuve à 30 ans avec un bébé sous le bras et des millions d’autres choses à penser.
    Les gens ont commencer à mettre des messages sur son mur alors que je n’avais pas encore eu le temps d’annoncé son décés à tous ses « vrais » amis ou à sa famille.
    Il a donc fallu que j’écrive quelque chose parce que ce n’était pas possible d’ignoré ce qui se passer
    Je n’ai toujours pas effacé son profil, ça voudrait dire faire disparaitre tous les commentaires drolissimes qu il a fait et le faire disparaitre encore une fois
    Je poste des photos de notre fille sur sa page et je sais que ses amis du monde entier la regarde grandir de cette façon..ça vaut se que ça vaut mais ça nous permet de ne pas nous perdre de vue.
    Voilà! Super pour un premier commentaire! Allez la prochaine fois ça sera plus léger promis!

  48. Zaza dit :

    C´est pour cela que tu en parles sur un (ton) blog.
    Internet m´a tuÉ, vraiment.

  49. Olivia dit :

    Je me demande souvent ce que toutes nos vies électroniques deviendront après, enfin plutôt Après. Nos blogs, emails, facebook, tweets… c’est un peu éternel tout ça. Un peu comme la voix sur le répondeur qu’on a pas envie d’effacer.
    Le commentaire de Louise est très très émouvant…

  50. Cet article donne beaucoup à réfléchir… Et les commentaires également ! Certains sont très troublants… Ce n’est pas un sujet très joyeux mais il est très intéressant de voir que l’univers de Facebook reste somme toute assez nouveau en dépit de sa popularité, que l’on n’y a pas forgé toutes nos habitudes, et que ça peut soulever de vraies questions d’usage.
    Je n’ai jamais été touchée par ce problème, ni de près ni de loin, mais je crois qu’à terme il faudra que Facebook trouve une solution pour gérer ces situations-là, qui si elles ne sont pas organisées intelligemment par les proches peuvent s’avérer assez violentes pour les utilisateurs. Je suis par exemple assez surprise de lire que des gens suppriment leur compte parce que Facebook les met constamment face au décès, et que « l’amitié » avec un mort est assez ingérable : c’est dire s’il y a quelque chose à faire. Facebook « aplanit » tout en effet, et ne sépare pas les souvenirs du reste, comme on le ferait dans la réalité.
    D’une manière générale je trouve les « hommages » aux personnes décédées toujours très malsains sur Facebook ; si je devais avoir à décider quoi faire d’un compte dans ce cas-là, je crois que ce qui me ferait prendre les devants serait, plus que le fait de vouloir honorer la personne décédée, la nécessité de « contenir » un maximum les propos et les publications des autres utilisateurs, pour éviter quoi que ce soit de malsain ou de choquant.

Laisser un commentaire

Combien font ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.