août, 2009

J’sais qu’j’suis pas une blonde platine

poils

Vous vous dites sûrement, à juste titre, que nous autres les blogueuses on a des vies de princesses. On ne va pas se mentir, c’est vrai les copains.
Voyez qu’entre le jet lag du trajet en limousine qui nous mène au pays de Mickey, où là, les bons d’achats de 5€ tombent sur nous comme des confettis à un mauvais mariage de salle des fêtes, et tous les Powerpoints à visionner en échange d’une coupe de champagne tiède, on est prises dans un vrai tourbillon de happyfewisme…

Et puis toutes ces robes qu’on nous donne, ces crèmes qu’on nous jette à la gueule et tous ces voyages en mer (alors qu’on préfère finalement l’amour, comme Philippe) finissent par nous donner un melon presque aussi gros que celui de François-Xavier, jeune anorexique millionnairo-teubé aux extensions frisottantes, vedette d’un programme tévé d’exception.

36

Je suis hyper triste pour Loana

loana

C’est le coeur battant comme une porte du même nom avec un « e » à la fin, que je me suis rendue au kiosque, ce matin, pour acheter mon Voici.
Je le sentais bien qu’aujourd’hui ne serait pas un jour comme les autres, et qu’une terrible nouvelle m’attendait sur papier glacé. Le pressentiment qu’un grand malheur allait m’arriver, un peu comme quand je retrouve mon vernis écaillé après un après-midi de jardinage, avec les primevères.

Les aminches, ça a pas loupé !

35

That’s all folks !

oreilles de Minnie

Alors voilà.

Vous le savez, toi qui a l’habitude de lire mes billeversées depuis la nuit des loups qui hurlent, je ne suis pas coutume de vous livrer des morceaux de ma vraie vie. J’entends les choses de l’amour, du travail ou la santé. Pour la santé, vous savez déjà que je fume, y’a pas loin que je vous ferai un infarctus en direct que vous serez bien avancés, tiens !
Seulement, y’a plein de gens qui font des « Oh la la, qu’est-ce tu fabriques à la tévé ?« , « Où qu’on peut te voir dans le tube cathodique ?« , « T’es Star ! »

Donc, comme on est un peu devenus intimes, nous autres, par la force des choses écritoriales, je me devais d’une petite explication sur mon travail de la télévision. La télévision qui fait rêver les chaumières, certes, mais qu’est aussi et surtout une entreprise comme une autre, à la base.

60