avril, 2008

Comment gagner de l’argent avec son blog – 4ème partie


I LOVE FRIC

Recommandé par des Influenceurs

Aparté pré-ambulatoire : Brian, aujourd’hui tu peux aller jouer aux osselets dans la cour de récré, tu es dispensé.

« On s’en tamponne, Violette« , que ça s’insurge au sein du lectorat, « On n’a pas de blog, bordel ! »
Ah oui ? Et quand tu regardes Capital, le dimanche soir, et que tu baves devant la vie des Milliardaires liftés, tu t’en fous pas et pourtant t’as pas de yacht, n’est-ce pas ?
Oui, on fait moins le malin, tout d’un coup.

Alors dans cette rubrique pénible, il faut bien en convenir, nous en étions restés à la régie publicitaire, dans l’épisode 3.
Mais ce n’est pas tout.
Non, non.
Oui, oui, pour gagner de l’argent, il faut faire de la page vue !
Qu’est-ce donc la page vue, vous vous demandez ?
Euh, comment te dire. C’est de la page qu’on voit, en gros.
(Bonjour le niveau ici, ça s’arrange pas)
Enfin bref, pour résumer, il faut que les gens voient des tas de pages sur le blog car t’auras bien l’air con avec tes pavés de pub que personne ne voit.
D’un sens, ça se tient. Je dirais même que c’est plutôt logique.

Pour faire de la page vue, il y a plusieurs techniques. Aujourd’hui, on en verra que deux, sinon on va pas s’en sortir.
Vous avez sûrement noté que dans la bloguerie, y’a du billet coupé en deux, avec du « read more » ou du « lire la suite« , ça c’est pour la VF.

Illustration :

93

Le mystère de la plinthe

Bonjour les pissenlits !
Aujourd’hui, je vais vous révéler l’intrigue qui a fait vaciller quelques heures durant, toutes les valeurs morales de la société dans laquelle je travaille très dur. Vous l’avez constaté aisément.
Que je travaillais très dur, j’entends, pas que ma société a des valeurs morales. Ça vous pouvez pas le savoir.
D’autant que y’en a pas tant que ça de la valeur morale.
Bien.

La semaine dernière, donc, on a connu un lundi noir.
Ah bon ? que tout le monde est intrigué !
Oui.
Tout le monde est intrigué.
Enfin tout le monde, tout le monde, comme tu y vas ! Brian, lui, par exemple, n’est pas intrigué.

150

Manoush rabbits

Aujourd’hui, la blogosphère pleurnicheuse du lundi, on va faire du easy regarding, du easy understanding, du fringing quoi !
Oui, du fringing.
Koitesse le fringing ?
Bah on montre de la moderie quoi !
(Chouette, chouette, hulule la lectrice qui comprend jamais rien à mes billets, on va pouvoir dire du « c’est moche » ou du » j’aime bien« , ça va reposer mon QI de gallinacée à tête cendrée)

Bien. Qu’est-ce donc qu’on vous met aujourd’hui, mon bon lecteur ?
Du Manoush.
Ouais.
Une marque que je déteste. Une marque qui, comme son nom l’indique te fait ressembler à une rom, mais une rom blindée, néanmoins.
Je m’explique.

89