Des nouvelles du front (3)

half-bun

J’ai assisté, la semaine dernière, à la première session de l’année de la réunion Parents/Profs.
D’habitude, forcément, ça se passait toujours à Paris, à quelques centaines de mètres de chez moi. Tout le monde faisait la gueule, les profs vous expédiaient avec un air las (ils vont rentrer chez eux à 20h, l’horreur absolue), les néons des salles de classe vous collaient +20 ans dans la face et les parents avaient tous un air angoissé genre mon gamin passe le concours de l’ENA. Début de soirée en joie…

Cette année, forcément, c’est pas pareil. Peu avant 17h j’ai enfourché la caisse – YOUHOU je trace dans la campagne, je fais coucou aux vaches, je chante à tue-tête, je suis Super Jaimie (ok, sauf l’oreille bionique). En arrivant au collège, je croise Cyclamen qui me dit direct « Maman y’a au moins 3/4h de queue pour chaque prof, je joue avec mes amies pendant que tu poireautes ok, oui, oui, bonjour, bisous » (<= je te foutrais tout ça en pension !).

36

Banana Bread

banana-bread

AH AH AH vous avez l’air malin, depuis 10 jours, avec vos turbots à la main. Surtout qu’en plus – tu vas voir -, j’ai changé mon fusil d’épaule, et qu’on ne va plus du tout faire de sauce hollandaise mais un banana bread. Jetez-moi donc la poiscaille ! A nous le truc bobo du coffee shop !

Bref, j’ai fait du banana bread, l’autre jour. Je ne suis pas mécontente de moi niveau texture – genre mi-pain mi-cake -, mais perso je trouve que ça ne sent pas assez la banane. J’en ai pourtant collé trois, je ne sais pas.
Ici, les avis étaient mitigés. Entre les « j’en veux pas ! » (ma fille)(<=odieuse), les « Oui la texture est bien » (l’amoureux)(<=diplomate) et les « Han trop bon, j’adore » (ma belle-fille)(<=fayote), j’ai eu un peu le patchwork des sentiments culinaires.

22

Modern Love

manteau-carreaux-mango-2

Salut. Je ne sais pas si vous avez regardé le dernier « Un jour, Un destin » dédié à Véronique Sanson ?
Moi oui, et franchement ça n’a fait que conforter ma fanitude. Je connaissais déjà pas mal d’anecdotes sur sa drôle de vie – titre sacrément pas usurpé -, mais on apprend néanmoins plein de choses sur elle, et notamment son côté « grande amoureuse » qui a dicté tous ses choix de vie.

Entière, vraie, sincère… et terriblement amoureuse, toujours, Véro c’est un peu une héroïne romantique des temps modernes. Une héroïne à la voix et au coeur cassés, une héroïne avec des futals en cuir à franges, mais une héroïne quand même. Une des miennes, en tous cas.

15