janvier, 2009

The Catorialist : chacun cherche son chat

Bonsoir.

Quand on est de la fashion, il est toujours bon de placer le nom du Sartorialist lors des conversations intellectuelles avec ses amies. Ce name-dropping apparaît, en général, au 3ème paragraphe du discours, juste après l’introduction sur Isabel Marant et avant l’exposé sur la vente presse APC.
C’est ainsi ; il y a des règles très strictes à observer quand on disserte moderies.

Bref, tu connais le Sartorialist, t’es raide admirative du street-life, sinon t’es rien qu’une merde, un peu comme Little J. dans Gossip Girl.

51

Pull Zadig et Voltaire

J’ai un gros problème, les cageots !
Gros de chez gros.
ENORME.
HUGE.

Aujourd’hui, je m’en suis allée chez l’esthéticienne (oui, ça revient souvent les démarches pilositaires), le gros nez au vent, l’écharpe tricotée coeur en bandoulière, les yeux auréolés de mascara Prisunic, bref, super sexy.

35

Les glands

Bienvenue sur mon nouvel espace intime de l’Internet, consacré à l’art culinaire,
les aminches !
Voyez comme on s’y sent bien, déjà.
Sentez cette bonne odeur de Béchamel qui s’échappe de ton clavier.
Miam, miam, quoi…

Bon, donc, aujourd’hui, c’est pour gueuler encore une fois, mais c’est mérité.
En effet, où qui sont passés les glands d’antan ? J’entends ceux qui provoquaient le désir, la salivation d’escargot et dont la couleur vert Ladurée éveillait les talents artistiques de chacun ?

Perdez pas de temps à chercher, ces glands-là sont partis avec Vendredi, sur une île sauvage, où même le Bertrand de Koh-Lanta pourra pas les rattraper dans l’épreuve ultime du totem aztèque à cloche-pied.

48