août, 2008

Quand j’étais petite

J’avais un mange-disques orange où j’écoutais Stone et Charden dessus. Surtout « Made in Normandie« . C’est pour ça que j’ai redoublé mon CE2.

Et j’avais aussi un Kiki. Mais avec lui j’ai pas redoublé. Ca m’avait servi de leçon.

34

Undiz, où es-tu ?

Han, j’en ai marre de vous.

Moi c’est bien simple, le forum des Halles, j’y vais style une fois par an tellement j’aime trop pas. Déjà, je suis claustrophobe de confession, et faire mon shopping en quatrième sous-sol, y’a pas, ça fait pas très rupin, mais bon parfois on a des obligations dans la vie.

Enfin bref, j’avais lu qu’un nouveau magasin de lingerie plutôt coolesque ouvrait lundi, dans le forum des Halles, que s’apelorio Undiz.
J’aurais dû me méfier car je sais par expérience congénitale que quand t’as du shop qu’existe déjà en province et qui vient seulement après en capitale, c’est plutôt du genre craignos. Souvenez-vous de l’expérience Stradivarius. On en lol encore de cette histoire.

68

navet monégasque*

Je suis allée voir La fille de Monaco, d’Anne Fontaine.

Déception.

Loin de moi l’idée de faire de la critique ciné ou de pitcher le film dans ses grandes largeurs, mais force est de constater que c’est moyen-moyen tout ça !
Certes, Louise Bourgoin n’est pas mauvaise. Elle n’est pas bonne non plus.
Enfin ça dépend dans quel sens on la prend, mais son sex-appeal n’a pas suffit à exciter l’hétérosexuelle basique que je suis.
Pourtant, j’aime regarder les filles

Grosse frustration générée par l’impression d’avoir été prise pour une ménagère, à qui on montre un clip promotionnel pour une tête de gondole anticyclonique à la mode depuis qu’elle s’est acoquinée avec le branché Doré, en passe de devenir néo-ringard tant il est agaçant.

L’ex-agaçant Luchini, lui, sur la voie de la sobriété depuis Jean-Philippe, sauve le film avec 3 délectables répliques, dont celle-ci : « Je ne suis pas expert en droits d’auteur animaliers« . Il faut dire que je suis bon public avec le juridique…

Par contre.

Si vous n’avez pas encore vu « Le premier jour du reste de ta vie« , n’hésitez pas une seconde, lectorat cinéphile, c’est une vraie pépite. J’ai braillé sèvère et, trois semaines après, je me demande encore si c’était de joie ou de tristesse. Une séance de psy gratos, c’est toujours bon à prendre.

Finalement, clopin-clopant sous le soleil monégasque, Louise Bourgoin n’a pas encore joué le rôle de sa vie.

* C’est dur pour tout le monde.

50