Nouveau western

Quand j’étais au lycée, j’avais saoulé ma mère pour avoir une paire de santiags comme Florence B., la fille du proviseur, qui était super pimbêche (genre elle devait lire nos bulletins trimestriels avant qu’on ne les reçoive, la pupute), mais aussi carrément pointue du style – elle portait toutes les nouveautés Benetton et prenait grand soin d’assortir la couleur de son mascara à ses pulls à col cheminée …

Donc ça fait quand même un moment que je n’avais pas pensé adopter à nouveau cette allure western. Oui mais voilà la ‘tiag est la chaussure phare de cette rentrée, alors même si je ne suis pas aveuglément toutes les tendances (les cuissardes et les manches chauve-souris ce sera no way FOREVER), j’ai eu envie de faire un salto arrière dans le temps. Et puis si ça se trouve Florence B. est devenue charcutière, alors je n’ai plus de scrupules à la recopier sans vergogne. Je ne vois pas le rapport.

33

« On dirait Aliénor d’Aquitaine »

Quand Nounours est rentré l’autre soir et qu’il m’a aperçue avec un headband sur la tête (j’ai estimé qu’à 24 ans, au diable les scrupules fashion), il a fait Ooh. Puis, On dirait Aliénor d’Aquitaine. (…)(il faut toujours qu’il sorte sa science en mathématiques)

J’ai parfaitement conscience d’intervenir sur le terrain du headband 4 ans après toute la bloguerie cucul, mais comme je dis toujours « il vaut mieux tard que descendre les poubelles« . Assumant mes grosses lacunes sur cette tendance, je l’ai gardé jusqu’au moment d’aller au dodo ce soir-là – j’avais presque envie de m’endormir avec, histoire de faire pencher la balance glamour du bon côté pour une fois.
Avouez que le port de boules Quiès c’est moyennement élégant. Enfin, on ne va pas revenir sur ce fâcheux sujet des ronflements, NON ON NE VA PAS.

49

Le rose aux joues

Il y a tout juste une semaine, j’ai récupéré une Cyclamen bronzée comme jamais, plus blonde que Barbie aux pays des fées. Depuis, et plus que d’habitude, je n’arrête pas de la regarder tant je la trouve belle. Bien sûr, j’évite de lui dire trop souvent le fond de ma pensée quant à son physique plus qu’avantageux (je m’en voudrais qu’elle devienne aussi con qu’une blogueuse mode que l’on complimente toute la sainte journée sur ses cheveux ou ses jambes so amazing).

Elle n’est pourtant pas narcissique pour deux sous – l’avantage d’avoir un enfant pour qui la vie se résume à 80% à perfectionner sa technique du double salto arrière ; les 20% restants étant dédiés aux questions existentielles du type lequel personnage tu préfères dans les minijusticiers (euh ?).
Oui les questions physiques et modeuses sont plutôt loin de ses pensées, même si elle ronchonne bien de temps en temps quand je lui impose un jean à la place de la micro-jupe qui tourne portée depuis 3 jours, et qui tient debout toute seule… Ou qu’elle tente une incursion dans la langue fashion « Hein que c’est trop stylé quand j’attache seulement le premier bouton du haut de mon gilet corail ? » (lol).

34