Love at first sight

Ça fait tout juste 10 ans que je porte le même parfum, L’air de rien de Miller Harris et, malgré quelques tentatives d’infidélité (jamais très longues)(je ne suis pas une femme à amants olfactifs), je n’ai jamais pu le laisser tomber. Je n’ai jamais trouvé de parfum qui me corresponde aussi bien, un mélange de propre et d’une ancienne boîte de poudre à la houppette rose qu’aurait laissé traîner sa grand-mère sur sa commode, tout en gardant un je-ne-sais-quoi d’hyper moderne.

Je ne le sens quasi plus du tout sur moi – je crois que c’est pour ça que j’ai voulu, parfois, l’oublier -, mais quand certaines personnes me disent Oh tu sens bon, c’est quoi après m’avoir embrassée, je me dis que Sartre ne racontait que des conneries. Les autres, ça peut aussi être le paradis. Quand ils valident votre sent-bon c’est comme s’ils vous trouvaient jolie.

63

Le Jean-Jacques Goldman (119)

✔ Salut tout le monde, voilà le JJG bien-aimé.
Aujourd’hui, on commence avec les bijoux du créateur Peet Dullaert parce qu’ils sont beaux et remplis de poésie (et oui, comme JJ !), comme si on les avait ramassés sur la plage endormie (là, pas comme JJ !).

Coquillages, nacre, coraux et or, tout ça donne un joli accord chic et singulier. C’est validé !

16

Les boules

Je ne sais pas ce qui nous a pris avec Caro, l’autre jour, de faire un shooting devant une assiette de boules argentées. Si ça se trouve on a des envies refoulées de pétanque, ou bien on rêve de tourner dans un film de boules – ah ah ah – de l’espace ? Ou bien ce sont juste les couilles de Paco Rabanne ? Qui sait…

Concentrons-nous plutôt sur la fashion au lieu de dire des vulgarités, voulez-vous ?
Aujourd’hui – et autant qu’hier mais pas moins que demain -, un look sans tralala ni flonflons avec une bonne dose de boring. Mais bon, c’est ainsi que nous vaquons à nos occupations à la capitale, mon panier à boules (ça va pas recommencer hein ??!) et moi. Paisibles et sereins, pour affronter le train-train.

14