mai, 2013

Shopping régressif

sac de thailande

Salut les jeunes. Alors j’ai fait un peu de shopping à Bangkok. Essentiellement pour ma fille (bien sûr), je ne suis pas si superficielle.
J’ai trouvé l’essentiel de mes goodies à Chinatown, où on ne sait plus où donner de la tête pour peu qu’on aime tous ces bidules un peu kawaï. Et où les prix sont divisés pas 10 par rapport à la France. Le plaisir d’offrir prend désormais une toute autre dimension. (cette dernière phrase ne veut rien dire, mais je ne suis pas encore tout à fait guérie du jet lag)

Comme il est bon de garder son petit jardin secret, je ne vous montre pas toutes mes trouvailles – je suis pudique, ascendant feignasse – et vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour un dernier billet sur Bangkok.
En attendant, on applaudit bien fort ce shopping à fort potentiel en décollement de rétine. CLAP CLAP. (et on n’oublie pas de saluer Mireille)

36

Tapisserie

morgan veste a fleurs

Bon. En guise d’interlude, je vous propose de partir aujourd’hui sur un terrain plus que glissant pour moi : l’imprimé.
La marque Morgan m’a gentiment proposé de piocher dans sa collection du moment afin de composer un look qui me corresponde. Je suis tellement en manque des couleurs de la Thaïlande que j’ai pété les plombs (du moins, je crois) en choisissant une veste fleurie.

Un imprimé qui ressemble à celui des coussins chez Maisons du Monde ou autre Pier Import ; en gros, je fais tapisserie certes, mais vêtue d’un vrai costume de Jardiland.
C’est pas commun. Mais j’aime bien.

55

Koh Samet

koh samet 3

Pour avoir un petit goût de paradis, tout en créchant à Bangkok, c’est pas si compliqué que ça. Après 2h30 de route, on arrive à Rayong, une ville située au sud-est de la capitale et à 150 km de la frontière cambodgienne. Là-bas, on monte sur un petit bateau local – rempli de locaux tankés comme des Dieux du stade (plaisir des yeux… plaisir des yeux) – qui nous emmène en 30 minutes sur l’île de Koh Samet.
Sur ce petit bout de carte postale, on ne croise quasi pas d’européens (nous autres on descend en troupeaux dans le Sud, en général) puisque ce sont les habitants de Bangkok qui squattent l’île, principalement le week-end.
L’eau est transparente et aussi chaude que celle de ton bain du dimanche soir, le sable est si blanc qu’on risque une cataracte aigüe à chaque regard et on y est (presque) seul au monde.

Pour être tout à fait honnête avec vous, c’est quand même moins scotchant que les îles du sud de la Thaïlande – pour avoir visité Koh Samui et Koh Phi Phi dans le passé, je n’ai pas eu le souffle coupé en débarquant à Koh Samet – mais c’est néanmoins très beau et ultra reposant.

28