Minute beauté chez Prescription Lab

prescription lab

Il y a une quinzaine de jours, j’ai répondu à une interview pour Prescription Lab, un tout nouveau concept qui se décline en une marque experte de cosmétiques naturels, un magazine digitale lifestyle et une box beauté haut de gamme (qui arrivera d’ici la fin de l’année), qui permettra de découvrir un produit de la marque Prescription Lab, un produit d’une marque invitée (les deux en full size) ainsi qu’un autre en format voyage d’un partenaire.

Charlotte, la rédactrice en chef, m’avait demandé de venir avec ma trousse de toilettes. J’ai emmené, ce jour-là, presque tous les produits que j’utilise au quotidien. Il y a quelques oublis (<= tête de linotte), et puis sinon, ma trousse aurait craqué (<= personne excessive). Je crois que j’ai dû tous les évoquer sur ces pages, mais je vous mets les liens en-dessous  pour la synthèse, Thérèse.

29

Baby you can drive my car

corrie-bond-car

Parmi les nombreuses choses auxquelles il a fallu me réhabituer en campanule – écrit la fille affalée dans son canapé du 18ème arrondissement -, il y a la caisse. Tout en haut du podium de mes angoisses.

Quand j’ai eu mon permis, à 18 ans, j’étais celle qui trimballait tout le monde en soirées étudiantes dans sa petite Golf verte métallisée (j’avais déjà un penchant pour le glitter, Joan Collins, et tout ce qui brille), affrontant la nuit, la pluie et tutti quanti des relouteries routières avec une insolente décontraction. Après 4 années à arpenter les routes de ma province, j’ai vécu un événement dramatique dans mon entourage – un accident de voiture pour dire les mots -, qui a paralysé toutes mes velléités de conduite. L’angoisse, des vraies crises d’angoisse, de panique, qui ont fini par me faire lâcher le volant définitivement (la peur d’avoir peur, vous voyez le serpent…).

Comme peu de temps après je suis arrivée à Paris, ça m’arrangeait bien : plus besoin de voiture à la capitale, c’était plié. Depuis cette époque et jusqu’à l’an dernier j’ai dû conduire deux ou trois fois, genre 2 minutes et toujours dans l’appréhension et le stress, même sur un parking. Pas très glorieux.

49

L’année du serpent

igor-jerome-dreyfuss

Je me suis fait un petit cadeau de rentrée (enfin, un petit…)(c’est pas comme si j’avais deux couronnes en cours, et pas celles de la Queen Liz) : ce sac. Le Igor de Jérôme Dreyfuss en python, devant lequel je bavais depuis quelques mois.

Il a fallu un petit coup de pouce marketing, plutôt bien orchestré, du site sur lequel je l’avais maté plusieurs fois, un mail qui me prenait par les sentiments, Oh on est trop triste, ça fait longtemps que vous ne nous avez pas rendu visite, tiens voilà -15% … pour que bon, voilà quoi.
La vérité, ça marche ces pushs aux sentiments ? (<= bah oui, cruchonne, t’en es la preuve incandescente) Bon, je me suis fait toute petite devant une poupée promotionnelle.

16