Déco de Mai

Avant d’entamer le tunnel de glande du mois de mai, laissez-moi vous présenter une petite sélection déco issue de trois e-shops où les promos tapent sévèrement en ce moment : les Tribus Days de Cyrillus, les Rendez-Vous magiques de La Redoute Intérieurs et les offres stylées chez Maisons du Monde.

En fouillant, on trouve pas mal de trucs ; en ne fouillant pas aussi d’ailleurs, ce qui permet de doubler aisément son temps de glande de mai. Quel joli mois qui s’annonce là… Je vous souhaite un beau week-end les amies.

6

Dans ma rue…

La rue des Saules, où a été shootée cette série de photos, est sûrement une de mes préférées de Paris… alors que, paradoxalement, elle ne fait pas du tout Paris, Paname…
Aucun immeuble haussmannien à l’horizon, une zone piétonne et beaucoup de verdure, c’est plus un petit cliché Montmartrois – on s’attend à croiser le mec béret/baguette/accordéon à chaque pas – et carrément français, qu’un instantané parisien gris, pollué et majestueux.

On dirait presque une rue fake, un décor commandé par Woody Allen pour un tournage en terre frenchy, un théâtre de comédie musicale. Seulement voilà, comme je ne suis pas Ginger Rogers (<= quelle déception) et que je ne sais pas lever la patoune sur le pavé avec des talons de 10, il me fallait trouver une solution pour gambader gaiement dans ma rue préférée.

20

Séville, ma belle Andalouse

Me revoilà.

Pour les vacances de Pâques, je cherchais donc une destination vers laquelle partir une petite semaine avec du soleil et de la chaleur. A la base j’avais pensé à Bali, mais il aurait fallu passer trop de temps dans les airs pour une courte période sur place, donc j’ai vite lâché l’affaire.
Séville me paraissait un super compromis : deux heures de vol, 30° à l’horizon, plein de trucs à voir et à visiter, et de la farniente à condition de choisir un hôtel avec une piscine. Je m’étais dit ok, on fera des concessions toutes les deux : la moitié du temps on se balade, l’autre on chille dans la chaise longue.

Je sais à quel point les cathédrales et autres vieilles pierres peuvent traumatiser l’adolescent ; moi-même, j’avoue que les lieux de culte me font moyennement triper de façon générale. D’ailleurs, j’ai un souvenir puissant de vacances au Club Med en Andalousie avec mes parents quand j’avais 11 ans, et du jour où ils m’avaient traînée à Grenade visiter les jardins de l’Alhambra. J’avais tiré une gueule comme pas possible en grommelant toute la journée Vous faites chier avec vos plantes vertes, je rate une journée de piscine (<=je t’aurais foutu tout ça en pension !).

32