Vendredi treize

DSC07872

Salut les jeunes. Bah putain – quand ça commence par une grossièreté c’est pas bon signe, vous allez voir -, vous auriez vu ma journée pourrie de vendredi dernier, je vous jure, vous ne l’auriez même pas souhaitée à votre meilleur ennemi. Je vous raconte, c’est passionnant…

Contexte : Vendredi 13 janvier, le jour d’après la tempête

1. Après avoir checké 30 minutes avant de partir à la gare que le train de 8:45 pour la Normandie circulait bien (l’horaire a TOUJOURS une importance dans un récit si c’est avant 9h du mat’), je constate une fois sur place qu’en fait non, il a une heure de retard. Il fait -50° à Saint-Lazare, et j’ai envie de taper très fort la SNCF avec mes petits poings glacés.

2. Mais ils disent que c’est pas de leur faute, c’est le train que tout le monde attend à Paris, celui avec des gens bloqués dedans toute la nuit à cause de la tempête.

10

Le Jean-Jacques Goldman (112)

coussins

✔ Voilà le premier JJG de l’année, j’espère qu’il nous portera chance (<= quel est le rapport ?).
J’ai découvert il y a quelques mois, et je ne sais plus trop comment, un site de ventes privées spécialisé dans le Home Sweet Home, avec des marques particulièrement chouettes. Peut-être que vous le connaissez déjà, c’est Westwing.
Le système n’est pas révolutionnaire, ça fonctionne comme un bon vieux site de ventes privées, mais c’est plutôt axé maison, et les produits sont assez qualis ; ce qui nous change des fins de collections de la décennie précédente proposées un peu trop souvent. On ne cite personne, mais le coeur y est.

Forcément, comme je suis une bonne poire du marketing, dès que je reçois un mail avec une nouvelle vente je vais faire un tour là-bas voir si j’y suis. J’y suis quasi toujours, et ma dernière emplette date d’avant la Noël où j’avais compulsé des chaussons UGG pour affronter le froid polaire de la campanule. Comment ? Aucun rapport avec la déco ? Quand je vous disais que j’étais le bon public incarné…

Pour s’inscrire, c’est par ici ! Youpi.

35

Le bruit du pigeon

golden-goose-sezane-dean-noir

Acheter un jean en ligne, sans l’essayer, c’est hyper chaud. Mais acheter un jean flare en ligne, sans l’essayer, c’est carrément bouillant. Qui prend des risques ménage sa monture, alors j’ai sauté dans la toile à pieds joints (j’ai failli écraser le pigeon) et je l’ai récemment commandé chez mon grand ami du ch’nord, le grand manitou de la VPC.

L’audace est parfois récompensée puisque ce jean flare est parfait. La taille est impeccable, la longueur également, même si j’ai sacrifié à mon petit rituel du découpage habituel (tutoriel très compliqué ici). Je crois que j’ai le toc de la découpe, ce qui n’a pas manqué d’interpeller mon compagnon le pigeon #rourou #rourou (je prends des cours du soir en bruitage animalier). Et une bonne journée !

30