De l’air !

Vous avez été plusieurs à me demander, ces dernières semaines, un feedback quant à ma nouvelle vie à la campagne. Comme c’est vous les patrons, je suis bien obligée de m’exécuter.

Déjà, et je crois que je l’ai déjà évoqué ici, la cambrousse n’est pas un élément qui m’est étranger. J’ai grandi dans un bled paumé ; quand on voulait acheter du pain (ou des clopes en cachette), il nous fallait pas moins de huit bornes pour avoir accès à un semblant de civilisation. Croyez bien qu’à l’adolescence c’était le bagne au carré. Être obligée de demander à ses parents de faire le taxi pour allez zoner dans les banquettes en skaï d’un bar miteux, mais néanmoins fréquenté par toute la jeunesse des environs, voilà la galère et la honte sur plusieurs générations. Mais je reconnais que je voyais déjà, à l’époque, quelques avantages à ma situation d’exilée : une grande maison, de l’air, de la respiration.

41

Le Jean-Jacques Goldman (141)

✔ Hello la jeunesse, voilà un JJG tout frais. Je ne sais pas si ces mouchoirs brodés à la main sauront guérir nos gros chagrins mais, en tous cas, le storytelling est bien mignon. Et si poétique !

Sèche Larmes, c’est l’histoire d’un couple, Ben & Romie. Une fois, pour rire, Ben a eu l’idée de broder un mouchoir pour Romie, afin de lui montrer son amour d’une manière différente des autres. Chaque mouchoir brodé avec amour se faufile dans la poche pour célébrer chaque moment de vie : ils s’appellent « Bonne poire », « Jus d’amour », « Diseuse de belles vérités », etc…

20

Mode & maison, ma sélection

Un bail que je ne vous avais pas proposé de sélection chez l’ami(e)* La Redoute. L’occasion fait toujours le larron puisque les ventes privées battent leur plein sur le site, aussi bien côté maison que côté mode. Les ristournes montent jusqu’à -60%, il y a donc plein d’affaires à faire : plaisir des yeux, joie du portefeuille, félicité du foyer.

Voilà donc mes morceaux choisis dans ces deux catégories. Robes à 10€, Kitchenaid à moitié prix, jolie vaisselle bradée, blouses que-veux-tu. Rien ne va plus !

* Je me suis toujours demandé quel était le sexe de La Redoute ; masculin ou féminin, le débat  – enflammé – est ouvert. Me concernant, je suis partagée. Au départ, La Redoute était UN catalogue papier et rien d’autre, donc un garçon.

On disait « Hey, y’a LE catalogue La Redoute qu’est arrivé !« . Vous me direz que maintenant c’est UN site internet, et que le genre n’a pas varié. C’est sûr, mais quand même le « La » avant la Redoute me fout dans l’embarras. Que de tracas.

un. Tapis style Berbère en laine
deux. Panier rond
trois. Vaisselle bicolore
quatre. Chaises en fer forgé
cinq. Cactus en faïence
six. Robot Classic Kitchenaid (à moitié prix !!)
sept. Bols en faïence craquelée
huit. Matelas de sol
neuf. Lampe à poser
dix. Tapis style Berbère en laine

30