Beauté de Nuit

galenic-beaute-de-nuit

En discutant avec les équipes de Galénic il y a quelques temps, une personne m’a glissé dans le creux de l’oreille que ce soin, Beauté de nuit, était réellement dingue. Qu’elles avaient toutes laissé tomber leurs autres crèmes de nuit pour ne garder qu’elles, dans la boîte.
« Ne t’arrête pas à la texture gel, tu verras !« , elle a ajouté. J’ai répondu « Je ne m’arrête pas, au contraire j’y cours, depuis qu’un masque de nuit d’une autre marque, avec une texture similaire, m’accompagne souvent jusqu’au bout de la nuit.« 

Du coup, j’ai cessé toute affaire courante en attendant que la nuit arrive ; ce moment où la peau laisse s’échapper plus d’eau, et donc se déshydrate et se relâche.
J’ai saisi mon pot, et j’ai appliqué la gelée chrono-active pour la première fois. C’était il y a quinze jours, et on ne m’avait pas menti. Ce produit est réellement dingue, et j’ai vu une amélioration au niveau de la luminosité du teint dès deux ou trois jours, alors que normalement les résultats arrivent au bout d’un mois (on dira que j’ai sauté plusieurs classes)(quel talent).

11

Fléau de penderie

garth-isabel-marant

Salut les jeunes. Avez-vous passé un bon week-end ? Moi oui, merci.
J’ai fait du rangement dans ma penderie, et le constat est le suivant : le cintre du retour de pressing ne plairait pas du tout à la team Kondo & cie (ceux qui font l’organisation millimétrée du foyer sinon tu es renvoyé, vous savez ?)

Pourquoi ? Et bien le cintre du pressing, celui que tu ne jettes jamais et qui reste pendu à la barre après avoir tombé la chemise à l’arrache le matin, quand il s’accumule au point de devenir une famille de cintres du pressing, que dis-je, une infanterie de cintres de pressing, et bien tout ce petit monde te grignote TOUTE ta penderie. Insidieusement, habilement, il mange la barre, et toute la place. Pires que les mites, ces petits cons en ferraille.

31

Thank God for the Radio

poste-radio-vintage

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux (NON ? Mais tu veux ta mandale ?), vous avez déjà vu passer cette petite merveille de poste radio d’époque, chiné la semaine dernière, à un prix défiant toute concurrence (=1/4 du tarif parisien).

J’ai toujours adoré chiner ; j’ai même pratiqué moi-même la brocante quand j’étais étudiante. Les seules fois, d’ailleurs, où je me levais à 5h du mat. C’était moins rigolo quand le réveil sonnait pour aller en TD, vous voyez l’idée (<= à moins qu’il n’y ait que des anciennes fayotes par ici ?).

A chaque fois que j’arrive à choper un objet cool, ça me met dix fois plus en joie que de contempler mon meuble Ikea. J’imagine que c’est pas mal lié à mon penchant naturel pour la nostalgie, et j’aime à chaque fois imaginer l’histoire de l’objet en question.

31