Lucite estivale, le dernier round

eucerin lucite estivale benigne

Salut la compagnie. Voilà un petit article beauté qui, je l’espère, volera au secours des peaux sujettes à la lucite estivale bénigne (LEB). Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que j’ai été tyrannisée de nombreuses années par ce fléau qui rend le décolleté tout boutonneux en été, et oblige à parader sur les plages en col roulé qui gratte.

Il y a 5 ou 6 ans j’avais réussi à en venir à bout grâce aux gélules solaires combinées à la crème Anthelios 50+ de La Roche-Posay. C’était pas le summum du glam’ sur la plage avec ma pâte à cul étalée en triples couches toutes les 30 minutes, mais au moins cette technique avait le mérite de m’éviter la disgrâce acnéique.
L’année dernière, la marque Eucerin a sorti une nouvelle crème anti LEB et Cécile, non sujette à la lucite et croisée sur une plage du 34, m’avait gentiment tendue la sienne me proposant de l’essayer des fois que.

34

Salut Obelix !

pantalon raye

SALUT. On dirait le Sud, comme le fredonnait je ne sais plus quel chanteur, et vous avez raison puisque j’ai tracé tout en bas de l’Hexagone rejoindre Nounours pour une petite semaine de vacances.
Quand je suis descendue du train, ce dernier m’a accueillie d’un grand « Salut Obélix ! » (?!?). J’aurais préféré un Salut beauté !, mais comme il a accompagné ses paroles d’une petite main au cul bien placée, j’ai ravalé ma colère et pensé que ça devait être un compliment.

Pour de vrai, Nounours n’est pas spécialement bédéphile ou fan de Depardieu non, non. Voyez plutôt comme il est physionomiste des vêtements car, quand je l’ai rencontré, je portais ce jean à fines rayures genre seersucker H&M, que je viens tout juste de retrouver roulé en boule et tout chafouin tel un enfant du placard complètement déshydraté par les privations.
Donc, dans l’inconscient masculin, rayures = Obélix ; on sait que c’est primaire, mais si les mecs étaient raffinés on aurait été prévenues depuis longtemps…

40

Le Jean-Jacques Goldman (25)

cerises coeur de pigeon

Salut la jeunesse / Hi young people !
Hop un petit Goldman d’été avec une sélection pointue (bien sûr) et chatoyante (quoi d’autre ?). Mais laissez-moi quand même débuter ce JJG par une séquence nostalgique.

✔ Quand j’étais petite, je passais une grande partie de l’été chez mes grand-parents. Je me souviens encore de nombreux moments de désoeuvrement – je sais pas quoi faire, qu’est-ce que je pourrais faire ? – dans leur jardin, dans lequel trônaient fièrement plusieurs cerisiers. Le premier sur ma longue route de l’ennui était un « coeur de pigeon » que je dédaignais religieusement, ne trouvant pas les cerises suffisamment colorées à mon goût (j’étais déjà bégueule, ça promettait).

24