Ce tout petit supplément d’âme

    

Je repensais l’autre fois aux débuts de ce blog, et de la blogosphère féminine d’une façon générale. Ils avaient ce goût d’excitation et de fébrilité indescriptibles. Ceux qu’on retrouve toujours lors de nouvelles aventures, qu’elles soient amoureuses ou professionnelles. On dit que la génération X – à laquelle j’appartiens – est la plus nostalgique, mais ça va au-delà de ça je crois.

Ça frémissait tout juste, il y avait tout à faire, on ne savait même pas où on allait d’ailleurs, toutes les filles avaient des trucs à raconter. Des petits morceaux de vie qui laissaient tout le monde de bonne humeur. C’était un joyeux bordel, en roue libre, personne n’avait peur de dire qu’un pull de chez X était merdique. Ni que dans tel resto, on était accueillis comme des moins que rien. Encore moins de poster une photo floue et aléatoire dans un hall d’immeuble. Voire même de s’engueuler vertement avec une autre blogueuse. C’était comme dans la vraie vie. Plus ou moins.

Je ne crois pas, je n’ai jamais cru que les lectrices recherchaient l’excellence d’une mise en scène, le parfait et le rêve.
Un peu bien sûr mais ce qui prime, ce qui reste – pour les gens que j’espère toucher et pas les agences – c’est le petit fond de sincérité, de failles, de réalité, de vie.
Bien sûr qu’on a envie de voir des gonzesses au bronzage parfait avec des jambes de 4 m de long, des cheveux de Raiponce et des sacs de luxe. Mais pas toute l’année. Pas tout le temps. Pas comme ça.

Je n’ai jamais perdu les pédales. J’ai beaucoup de défaut mais pas celui de la perte de réalité. La photo moche mais le vrai texte ou message vaudront toujours plus qu’un cliché léché accompagné de quelques lignes dignes d’une mauvaise rédaction de troisième. Même sur internet. Même chez nous, « les blogs de filles ».  Je crois sincèrement qu’on vaut toutes mieux que cette médiocrité ambiante qui a envahi les réseaux sociaux. Même les prépubères, qui d’ailleurs s’en fichent pas mal d’instagram, puisqu’elles sont quasi toutes sur Snapchat où la tendance est à s’envoyer des « Fichas », l’équivalent de nos « photos dossiers ». C’est assez troublant puisqu’on dirait qu’elle maîtrisent bien plus l’autodérision que leurs ainées…

Ce constat, pas très drôle, n’est pas neuf. Mais il s’étoffe chaque jour un peu plus. Il y a une sorte de colère sourde vis à vis de cette mascarade qui grandit. Au sein des personnes qui « subissent » (la lectrice de blogs/l’abonnée instagram), mais aussi au sein du sérail. Même si tout le monde courbe encore l’échine. Parce que beaucoup ne savent pas comment revenir en arrière, de peur de subir l’opprobre générale… Tiens d’ailleurs, ça me rappelle beaucoup l’épisode 1 de la saison 3 de Black Mirror, « Nosedive » (« Chute libre »), sur la dictature du like, qui est littéralement glaçant de réalisme.

Je me dis, ça va bien finir par se voir un jour que plein de nanas sont de réelles impostures et/ou sont aussi creuses qu’une saison intégrale des Marseillais ? Ou alors tout le monde est devenu débile (<=ne me dites pas que ?).

Beaucoup ont perdu LA cible. A trop vouloir faire plaisir aux agences et aux marques on oublie l’essentiel, les fondements, la base : les gens. Les gens qui lisent. Qui échangent. Qui parlent. Vous, moi. Qui méritons plus de respect que de vulgaires placements produits accompagnés de mille fautes d’accord, et de complaintes multiples comme quoi « C’est pas facile la bloguerie, tous ces déplacements ça fatigue ». Ce dernier point me rend dingue tant il est indécent.

Voilà, rien de neuf sous le soleil de septembre. A part qu’on attend de plus en plus fort ce tout petit supplément d’âme. (Jurisprudence France Gall)

Catégories JE SAIS PAS

105 commentaires

  1. jicky dit :

    Si l’interview de Garance Doré dans InStyle (j’ai la faiblesse de croire qu’elle y est très sincère):
    http://www.instyle.com/fashion/garance-dore-fashion-shows

    …. pouvait, pour une fois, INFLUENCER (puisqu’elle fait partie de cette catégorie) dans l’autre sens, ça serait tellement génial….
    beau post de ta part en tout cas. Je sur valide.

    • DOMINIQUE dit :

      Oui, G. Doré en parle aussi sur son site, longuement. Je ne sais qu’en penser, d’ailleurs. Touchée évidemment par ce qu’elle a enduré, toujours réticente quand même à son égard, car si quelqu’un a fait le grand écart entre ses débuts et son blog (enfin, plutôt son site marchand) actuel, c’est bien elle.

    • DOMINIQUE dit :

      Aïe, je parlais de son désir d’enfant, non des fashion weeks.

    • « we express our love for fashion with photos of real women wearing real clothes »
      oui bon.. real women qui sont quand même pas les dernières des mochetés, hein…
      Mais en effet, l’itw est intéressante.
      Merci pour le lien, Jicky, je viens de lire.

    • Solexine dit :

      Je suis d’accord . J’ai lu les post récents de GD sur sa vie en général et ses problèmes de fertilité -dont elle n’avait jamais parlé. En fait je continue de jeter un oeil de temps à autre sur son site , car si celui-ci est devenu un peu au fil du temps une sorte de Vogue des blogs , avec images léchées et beautiful people inside -qui peuvent être inspirantes d’ailleurs pourquoi pas – j’apprécie toujours autant de lire les articles écrits par Garance elle-même. Même si son cadre de vie est bien loin du nôtre , j’y retrouve quand-même sa sincérité , son humour, son autodérision et une forme de bonhomie qui n’ont pas changé je trouve. Je continue de bien l’aimer pour ça…

  2. allymac dit :

    Tout simplement merci !!

    On ne cherche pas l’excellence, en effet, on veut juste des sujets, des photos, qui nous parlent, qui nous touchent…

    Ne change rien !!

  3. Betty dit :

    Etant donné que je ne suis pas les réseaux sociaux (je suis aussi de la génération X) mais uniquement les blogs, je ne vois pas trop de quoi tu parles mais j’ai une ou deux blogueuses en tête (voir trois ou plus si j’y refléchis mieux) qui tiennent un peu le discours dont tu parles.
    Moi ça ne me touche pas trop les filles qui te montrent un nouveau vêtement tous les jours et que tu le retrouves sur leur vide-dressing à peine un mois plus tard.
    J’aime et j’ai toujours aimé les gens sincères dont Caro et toi semblez faire partie, en plus vous écrivez bien et sans faute, ça ajoute encore du plaisir, donc keep going on !

    • Marie dit :

      Betty, vous pouvez partagez vos blogs sincères avec nous ? Ce serait chouette. Merci d’avance ?

  4. Oh oui !

    Je n’aime pas spécialement aller au restaurant, encore moins faire les boutiques, je n’ai ni pilea ni carreaux de ciment dans ma salle de bain. Parfois, j’écris des articles sur mes travaux de maçonnerie. Comble du ridicule, ma bouée est en forme de raie.

    Bordel, comment puis-je oser bloguer dans ces conditions ?

    Comment en est-on arrivé à cette uniformisation qui lisse tout ? J’avais délaissé la lecture de magazines pour les blogs, qui permettent de s’exprimer directement du producteur au consommateur, sans langue de bois. Et j’ai de plus en plus l’impression de lire des articles dupliqués, gloubi-boulgas de communiqués de presse à peine remâchés.

    Merci pour ta plume Violette, vive Jean-Jacques Goldman, les paravents fleuris et cette douce singularité de ton blog, ma suze dans un océan de mojitos.

    • « ma suze dans un océan de mojitos »
      you made my day, Daphné !

    • Stella mars dit :

      Nan mais la bouée en forme de raie, c’est justement ça la perfection !!! J’étais trop jalouse cet été (en même temps j’avais pas du tout de bouée alors je pouvais l’être !)

    • Fanchette dit :

      Lectrice mais non commentatrice – mais j’en pense pas moins – pour une fois je sors de l’ombre de mon écran.
      Je trouve cette réflexion fort pertinente – le coup du voyage qui fatigue <= je ricane.
      Et lectrice assidue de chez Daphné et fan des aventures de la raie Frankie, je dirais plutôt que l'océan est en ce moment fait de Spritz sur la blogobulle, non ?
      Enfin merci à vous toutes blogueuses qui m'offrez des pauses (gratuites -la génération X sait ce que c'est – c'est le prix de l'article sponsorisé – on n'a qu'a pas le lire, voilà) dans ma journée de labeur : en peu de couleur dans ma bulle souvent un peu trop grise.

  5. chocoladdict dit :

    je blogue depuis 11 ans, j’accorde plus de soin et de temps aux photos qu’au début, pour le reste j’espère avoir garder ma ligne (du coup quasi aucun concours, peu de partenariats) et ma sincérité …un retour à comme c’était avant, je n’y crois pas trop, il y a un nombre tellement plus élevé de blogs aujourd’hui et cette idée prégnante qu’on va gagner sa vie avec (c’est la question qu’on me pose le plus alors que j’ai zéro pub sur mon blog)

  6. Mag dit :

    … cet indéfinissable charme, cette petite flamme… tu l’as, oui tu l’aaas :)
    (et moi je vais l’avoir pour le reste de la journée, je ne te remercie pas !)

  7. Katia dit :

    Oh, comme je te rejoins ! Je ne suis pas loin de l’avoir perdue, « cette petite flamme » (coucou France Gall) pour tout ce système, qui perd de plus en plus la boule.
    Hier encore, j’en apprenais de bonnes sur les regroupements d’instagramers à +45K followers qui se coordonnent pour faire encore plus monter leurs stats. Ca m’a déprimée. Je suis sans doute restée un peu naïve (ou du moins, j’ai eu envie de le rester)…
    J’ai quand même du mal à tourner complètement la page. Du coup, je blogue dans mon coin sans me soucier des stats (un article tous les 3 mois, ça fait pas lourd !), je peux ne pas instagramer pendant des semaines si rien de joli ou de drôle à partager, et j’ai littéralement boycotté Snapchat (en vrai, j’y ai jamais rien pigé, mais chut), ayant décidé que je perdais déjà assez de temps à parcourir des flux trop sponsorisés ou « promo-déguisés ».
    J’ai l’air super vieille si je dis que « c’était mieux avant » ?

  8. Ellemra dit :

    La qualité de l’écriture ma belle C’est ca le secret…ce petit grain d’émotion dans une tassé d’auto dérision… j’aime.

  9. Milie dit :

    C’est tellement ça !

  10. Karine dit :

    Merci ! Tu as tout dit. Et tant mieux car je ne suis pas assez réveillée pour en rajouter. Mais oui ces photos placement de produit accompagnées de mille fautes = au secours !!
    Si nous pouvions retrouver de la franchise et de naturel ce serait bien, mais j’ai l’impression que c’est compromis.

  11. Paco dit :

    Salut Violette
    Ton billet m’a interpellé . N’étant pas franchement une spécialiste de la blogosphère et des réseaux ( sur ces derniers je m y suis surtout mise Pour mon ado de 13 ans) j’étais dubitative face à tes commentaires. Alors je suis allée faire un tour sur les quelques comptes les plus connues des modeuses et autres prêtresses de la fashion sphère . Je n ai pas d’avis car il faudrait se pencher plus sur le sujet Mais à la lecture de tout ce que j ai vu . Je peux te dire et j arrive enfin à ma conclusion (je sais je suis encore en vacances et ca patine la haut …)
    Ton style est Bien mon préféré : drôle, touchant, Bien amené. Tu pratiques l’art de l’auto dérision comme personne et chacun de tes écrit me fait rire ou sourire…. (sauf ceux plus personnels) . Reste comme ça et ne change rien , les autres peuvent faire ce qu’ils veulent . S’il doit n’en rester qu’ une ce sera toi ! Voilà c’était un peu long… des bises (comme disait ma tata Andrée ;))

  12. Sofia dit :

    Je like ce post à donf :)

  13. O. dit :

    Chouette billet. Le regard, les mots sont signés Violette :)
    Tape sur des pianoooos, sur des tonneauuuux (mais vas-y mollo sur les tonneaux quand même…)

  14. Je ne lis pas (ou plus) les blogs auxquels tu fais allusion, j’en lis très peu d’ailleurs. J’adore l’ambiance que tu as su instiller ici, tes mots, ton esthétisme, et ton petit grain de sable qui fait tout dérailler. Je n’ai pas la prétention de bien connaître la blogosphère, bien que je la pratique comme spectatrice depuis plus de 10 ans, mais je crois pouvoir dire que ton blog est unique en son genre. Oui, comme tu dis, il a vraiment ce petit supplément d’âme.
    La sincérité, la franchise, et surtout la liberté de penser sont des qualités qui se sont perdues dans ce monde stéréotypé et lissé des blogs. J’aime les trucs qui dépassent, les mèches de travers, les « merde » et « j’aime pas », du moment qu’eux aussi sont authentiques et non guidés par une image qu’on veut renvoyer. Tu es plus « douce » que cela, mais j’aime ton humeur.
    Merci

  15. Chloé dit :

    Merci pour ce post criant de vérité !
    Çæ fait du bien de voir qu’il y a encore des vraies blogueuses qui bloguent par plaisir et non l’inverse !
    C’est usant de voir toutes ces blogueuses qui parlent du même produit sans mentionner qu’elles l »ont reçu gratuitement bien sûr, c’est usant tout ce faux et toutes ces marques et agences qui ne reculent devant rien !
    Ce tout petit supplément d’âme, doit rester et continuer de faire sa place. La roue tourne toujours :)
    Bonne journée Violette
    Chloé

  16. e-Zabel dit :

    Mais tellement… tu es une des rares que je continue à lire … merci de rester comme tu es. (bon en fait, je commente peu, je me trompe souvent dans les maths là en dessous)

    • MissBrownie dit :

      Idem.
      (enfin sauf pour les maths. Je suis bien trop balèze en calcul. C’est juste que je n’ai pas toujours un truc à dire d’intelligent. D’ailleurs mon commentaire n’a rien d’intelligent, mais après 8 semaines avec 3 enfants (dont 2 ados) 24h/24h, je suis excusable, non ?)

  17. Solexine dit :

    Mais c’est vrai ! La « perfection » éloigne , ce sont les failles qui rapprochent , paradoxalement. Même si ça commence à se savoir qu’il y a une mise en scène permanente de soi , voire même « falsification » des décors sur Instagram par exemple , on peut s’y laisser prendre quand-même , et ça gave. Personnellement , j’ai un peu zappé toutes les photos de vacances « de rêve » , piscines , cocktails et #blueporn en tout genre cet été, parce que , J’AVOUE , ça me fait mal de regarder tout ça quand moi-même je ne peux pas partir pour raisons économiques ou autres. Dans ces cas là , je suis frustration , je suis jalousie ( je suis humaine , soyons honnête ) et je ne le cache pas- même si ça peut paraître un peu honteux… Sans doute la professionnalisation du « milieu » ( ça fait mafia, lol) a un peu dévoyé le côté « next door » et la spontanéité des débuts , c’est vrai qu’on se demande comment le rééquilibrage pourrait bien se faire, s’il peut se faire… En tous cas merci pour ton petit supplément d’âme ( et d’études juridiques ).

  18. Katia dit :

    Bah où qu’il est passé mon commentaire ?
    Bon, ok, très bien, je recommence :

    Oh, comme je te rejoins ! Je ne suis pas loin de l’avoir perdue, « cette petite flamme » (coucou France Gall) pour tout ce système, qui perd de plus en plus la boule.
    Hier encore, j’en apprenais de bonnes sur les regroupements d’instagramers à +45K followers qui se coordonnent pour faire encore plus monter leurs stats. Ca m’a déprimée. Je suis sans doute restée un peu naïve (ou du moins, j’ai eu envie de le rester)…
    J’ai quand même du mal à tourner complètement la page. Du coup, je blogue dans mon coin sans me soucier des stats (un article tous les 3 mois, ça fait pas lourd !), je peux ne pas instagramer pendant des semaines si rien de joli ou de drôle à partager, et j’ai littéralement boycotté Snapchat (en vrai, j’y ai jamais rien pigé, mais chut), ayant décidé que je perdais déjà assez de temps à parcourir des flux trop sponsorisés ou « promo-déguisés ».
    J’ai l’air super vieille si je dis que « c’était mieux avant » ?

    • violette dit :

      Oui j’ai suivi le thread du mec sur twitter hier, c’était lunaire. Comme une sorte de mafia sous-terraine.

    • Annouchka dit :

      Oui Katia, surtout quand on sait que beaucoup d’influenceuses sont en même temps RP en agences et se positionnent entre amis sur certaines opé… Cela en dit long sur le système, totalement biaisé et et corrompu à mon sens…

  19. Diane dit :

    Bonjour Violette !
    A mon humble avis la réponse tu l’as déjà : la génération X de la blogo ne changera pas… J’espère pour ces blogeuses qu’elles tiendront comme ça jusqu’à la retraite, sans quoi ça leur fera drôle de devoir passer de l’autre côté du miroir pour gagner leur vie (à savoir la caisse de Zara) et là elles auront de bonnes raisons de dire que leur vie est dure ;)
    Je disais donc la réponse tu l’as : c’est la génération de nos gosses qui va revenir au VRAI, aux photos dossier, au trash, au moche, à la vraie vie quoi !! Biberonnés aux internets ils en ont sont déjà revenus, et pour eux c’est un jeu, pas un graal ! Des bisous et keep going !

    • violette dit :

      Au sujet de nos gosses, tu as raison à 100%, c’est ce que j’entrevois depuis quelques mois. Et c’est plutôt une bonne nouvelle !

  20. Ema dit :

    Y a un blog devenu média qui garde sa fraîcheur, c’est Man Reppeler.
    Après y a tous les blogs type « placement de produit esthétique », qu’il ne faut pas lire mais regarder car ils servent à dénicher les pièces cools chez Mango si on ne veut pas se fader tout le catalogue. Des étrangères plutôt, ça permet de moins voir la vacuité du propos.
    Et y a les p’tites frenchies à plume, type toi, Deedee, Café mode…
    Le décryptage de la mode pointu et non complaisant de Tendances de mode. Le décryptage du streetstyle de Blue is in fashion.
    La chouette blogueuse qui n’a pas changé à la Punky ou Tokyo ou Nizzagirl.
    Et… c’est tout.
    GD, elle ne sait pas s’entourer de contributeurs talentueux, tout le contraire de Léandra Médine justement. Ce qu’ils écrivent est plat, attendu, complaisant, gnangnan. Et Elle se rêve de plus en plus en gourou.

    • violette dit :

      J’adore ton « Des étrangères plutôt, ça permet de moins voir la vacuité du propos ». Ça paraît ironique, mais c’est tellement réaliste.

      Je ne lis pas Man Reppeler. Elle m’a perdue il y a quelques années à cause de son melon et de sa fausse candeur (le pire, pour moi)(je préfère encore les vraies connasses) mais pour ce qui est des contributeurs, je te rejoins. Il doivent être talentueux. Si c’est pour faire de remplissage, je n’en vois pas l’intérêt.

    • Ema dit :

      En fait j’ai aimé lire MR dernièrement parce que Léandra a décidé… de ne plus / moins écrire. C’est étrange, j’aime pas trop ce qu’elle écrit mais elle sait vraiment dénicher et mettre en valeur des gens et ça c’est intéressant. Et les commentaires sous les posts sont assez drôles, avec les différentes contributrices qui répondent vraiment. Fashionista fait une série d’articles sur les évolutions de la mode et du web en 10 ans. L’interview de GD est surréaliste alors que Léandra dit clairement qu’elle voudrait que MR existe sans elle. Ce qu’elle a rendu possible et que je trouve chouette. C’est plus un blog personnel du coup mais c’est un média cool.

  21. marjorie dit :

    Je ne commente jamais, mais je te dis MERCI pour ce post, qui met des mots sur ce que je ressens depuis quelques temps. On vient lire un article de blog comme on retrouverait une amie (même si tu ne nous connais pas, mais tu vois ce que je veux dire). C’est la personnalité de l’auteur(e) qui fait le sel du blog, sans même parler de ligne éditoriale. En tout cas, je prends toujours autant de plaisir à te lire, toi et Caroline de Penseesbycaro, depuis dix ans environ, car on sent une sincérité à toute épreuve dans vos écrits. Bravo et merci !

  22. MissYou dit :

    Wahhhhhhh !!! Mais merci merci pour tant de vrai de conscience de justesse !!!! En tant que lectrice et témoin de cette évolution depuis les débuts je ressens cela et suis triste des réponses que me donnent certaines lorsque j’ose parfois « redire » sur leur blog qui ne sont plus d’ailleurs ou leurs post Insta, ou autre SnapChat… Où a disparu le temps où donner son avis était encore signe d’échange, de construction, et d’information tout simplement ? Aujourd’hui tout n’est que marketing et cumul de like. Les commentaires un peu plus intelligents que « ohhh que tu es belle !!! » « mais de quelle marque est ta robe??? » sont assez vite zappés, critiqués voir censurés. Les marques gèrent en sous-marin avec force d’invitations toujours plus ahurissantes de piscines à débordements, d’expériences insensées ou de cadeaux à budgets explosés. Et ces « influenceurs » se perdent dans un monde qui n’est plus du tout le vrai, plus du tout le notre… A nous d’en être conscients et de ne pas se laisser mener par le petit bout du snap en attendant que tout cela évolue… car oui de plus en plus de monde ne souhaite plus, tout comme il en fût cas pour les magazines féminins, se faire dicter leur vie par des extraterrestre du quotidien… Je parle d’un quotidien où acheter une robe taille 34 à 500 euros est hors de question, où une escapade une fois dans le mois ne s’imagine pas, où shopper du français pour « faire bien » ça demande un effort, où s’offrir un resto c’est pas tous les jours, et manger vegan ou green ou je ne sais quelle lubie détox du moment c’est pas vitale… etc
    Merci donc pour tes mots :D

    • violette dit :

      Personne, dans son quotidien « normal », n’est concerné par toute cette débauche.
      Les vraies responsables sont les agences, parfois les marques, qui sont en majeure partie de vrais baltringues. Et n’y connaissent rien.

      Comment peut-on penser une seule seconde par exemple, qu’une nana de 22 ans qu’on invite dans un 5* à l’autre bout du monde puisse influencer sa communauté (quand elle en a une, mais c’est un autre débat), et que cette même communauté (étudiante) va se ruer dans cet endroit à 1000 balles la nuit ?
      En fait c’est tellement grotesque que ça en est drôle.

    • violette dit :

      Ah et très drôle : au moment où je termine ma réponse précédente, un mail d’une agence tombe :
      – « On voudrait que vous fassiez la promo de cet événement via un dessin fait par votre enfant »
      – « Ma fille a 13 ans, elle ne dessine plus depuis un petit moment déjà ;-) »
      – « Ah… mais on a regardé sur votre instagram et à un moment on voit des enfants ! »

      CQFD

  23. Mercotte dit :

    Et oui ma Violette comme tu as raison
    ? Je pense tout pareil

  24. lilidesacy dit :

    Comme la majorité de tes lectrices, je pense, je ne lis que des blogs qui « me parlent »…au sens propre comme au figuré. Des blogs qui racontent des histoires autobiographiques ou non, qui me font du bien ou m’interpellent, des blogs dans lesquels j’arrive à me reconnaître. Donc c’est toi, Caroline, Café Mode, Ma Récré, le blog de Mai, celui aussi de Tendances de mode dans un autre genre. Et Garance malgré tout quand ELLE écrit son texte. Les autres, je l’avoue, je ne comprend pas leur succès. Je ne supporte plus les stories du type « oh lala, je rentre de Londres et demain je pars à Los Angeles et je suis au bout du rouleau les gars », je ne supporte plus le vide intersidéral des stories des « influenceurs » mais bon parfois je m’emmerde alors je regarde quand même (il faudrait que j’arrête). Hier sur IG, une influenceuse a expliqué qu’elle voulait poster des photos moins mises en scène en admettant qu’elle était OBLIGEE de ne faire que des mises en scène, la vie quotidienne n’étant pas toujours jaune, blanche et rose. Bref, elle poste une photo normale de son mec il me semble et là bam, 2000 likes de moins au compteur a priori. Du coup dans sa story elle s’interroge et se demande pourquoi ça n’a pas marché ? Il n’y a aucune morale à tout ça, je trouve juste ça infiniment triste et je n’imagine pas la pression que cette jeune femme doit se mettre H24 sur les épaules pour gagner des likes. J’espère pour nous tous qu’un retour en arrière sera possible un jour !

    • violette dit :

      MERCI !
      Ton commentaire traduit exactement ce que la plupart des gens ressentent devant ce spectacle affligeant.

      ps : j’ai enlevé le nom cité, j’espère que tu comprendras ;)

    • lilidesacy dit :

      Non pas du tout je comprend j’avais hésité et au moins toi tu sais de qui je parlais ;-)

    • violette dit :

      (c’est qui l’influenceuse ? ;-))))))

  25. Annouchka dit :

    La professionnalisation des blogs nous a mené inévitablement vers cela : un milieu de requins ou il n’y a plus vraiment d’éthique. Quand il y a de l’argent à se faire, nombreux sont ceux qui en oublient leurs principes et les bonnes manières. C’est triste car évidemment, on peut produire des contenus de qualité sans vendre son âme au diable. Mais c’est difficile, j’en conviens et certaines ne sont pas prêtes à faire ce genre d’efforts. Je suis contente de bloguer depuis dix ans et d’avoir le recul et l’expérience nécessaire pour comprendre les enjeux et les dérives de ce système mais beaucoup en ont malheureusement fait les frais. Et cela me gène encore plus quand ce sont les lecteurs qui subissent et que l’on prend pour des jambons. Cela ôte toute crédibilité à ceux et celles qui travaillent à fidéliser leur cible. Et cela ne va pas s’arranger quand on voit parfois le boulot très mauvais que font certaines agences…
    Merci d’être toi, de ne pas jouer un rôle mais surtout « d’éclairer » ce qui a besoin de d’être <3

    • violette dit :

      Oui mais tu vois, nous aussi on avait de « l’argent à se faire », dès le début. On s’en est fait, on s’en fait toujours (enfin, je parle pour moi là) et j’ai toujours dit que ça n’était pas honteux.

      Mais on peut très bien « se faire de l’argent » tout en restant un minimum intègre, sans vriller et en restant soi-même. Même dans une sphère « paillettes », même si on est pourri gâté.

      et COEUR aussi (je vais te prendre comme attachée de presse personnelle sur Twitter)

  26. Ce que je trouve fou c’est qu’on est bcp à se plaindre mais pourtant ces bloggueuses continuent d’avoir du succès.
    Il y en a quelques uns que je suis avec un certain plaisir masochiste. Elles me sortent par les yeux en écrivant des articles un peu vides de sens pour nous dire combien elles aiment telle fringue, pour placer trois articles d’une marque dans un post de 200 mots et puis voilà. Ah et puis elles sont bloggueuses professionnelles parce que oui madame c’est un métier et un métier difficile qui plus est.

    Personnellement, webrédacteur, influenceur, communiquant, oui ce sont des métiers. Blogguer reste pour moi quelque chose qu’on fait avec passion. Oui je joue sur les mots. Mais honnêtement, certaines se prennent un peu trop pour ce qu’elles ne sont pas. A essayer de nous faire croire que leur vie est parfaite.
    Il y en a une notamment, pour moi c’est le cas d’étude parfait. Elle est passé freelance bloggueuse récemment. Et bien je serai curieuse de savoir ce qu’elle fait de ses journées. Parce que sincèrement pas grand chose ne transparaît sur les réseaux. Donc soit elle a un autre job freelance à côté, soit elle nous baratine. J’espère qu’elle a de quoi se renouveler.

    Je crois que les réseaux perdent de plus en plus de leur âme. Il n’y a qu’à voir la course au like et la dépression que provoque le changement d’algorithme d’Instagram. Et que dire de Facebook qui devient une décharge géante de gif, d’image à la con, de « tagues machin si… ». Super.
    Je continue à espérer un revirement mais je ne sais pas s’il se produira un jour.

    • violette dit :

      C’est intéressant de parler de « plaisir masochiste » parce que tout le monde adore détester. Moi la première.
      Il y a un vrai plaisir malsain à se rendre régulièrement sur le compte ou le blog d’une personne qui nous sort par les yeux ; ce phénomène a toujours existé et existera toujours.

      Mais le plus drôle (ou le plus pathétique) c’est que certaines sont suivies par plus de gens qui se foutent de leurs gueules ou les « détestent », que par de véritables fans. C’est là toute l’ironie de l’histoire ;)

      Ah et j’aurais pu écrire un billet entier des gimmicks les plus horripilants :
      – les voyages c’est du travail
      – les voyages ça fatigue
      – le nouvel algorithme d’instagram me désespère
      – ouin les gens ne prennent pas mon métier au sérieux
      – j’ai sponsorisé mon déménagement, c’est génial
      – …

      Tout ça on peut le penser, c’est humain, mais bordel ON NE LE DIT PAS. C’est de l’indécence pure.

  27. Babillages dit :

    Pour moi, un blog c’est une histoire de fond. Du fond car on se livre d’une certaine manière. Et aussi parce que l’on choisit de partager un contenu, que ce soit à travers un récit personnel voire intime ou une expérience qui donne lieu à la rédaction d’un avis. S’il y a forcément un rapport à l’ego dans la tenue d’un blog, je pense que l’envie de coucher des mots sur le web relève aussi d’une envie d’aller à la rencontre d’autrui (probablement des gens qu’on ne verra jamais « en vra »i, mais qu’importe), de confronter les avis, etc… Aujourd’hui, je trouve que beaucoup d’anciennes se sont perdues en route, faisant passer l’ego (et les €€€…) avant les lecteurs et créant ainsi un équilibre de plus en plus instable. Au final, elles scient lentement mais sûrement la branche sur laquelle elles sont assises, sans jamais sembler se remettre en question et en se mettant en scène quotidiennement, au détriment du fond. Au final, qui sont-elles vraiment ? On ne le sait plus, on connaît seulement leur « moi virtuel », ce miroir de vie fantasmée, à des années lumières des problématiques des lectrices. Les girls next door qui prodiguaient conseils, bons plans et coups de gueule ? Il n’y en a plus tant que ça… c’est pourtant ce qui faisait notre force…
    Pour beaucoup, bloguer et s’exposer sur les réseaux est devenu une activité professionnelle. Je suis triste de constater qu’en dégageant plus de temps pour un loisir devenu un métier, certaines ne se soient pas donné les moyens de propose autre chose. Au contraire, on assiste à un phénomène de « Pricesse-fication » (néologisme complètement absurde, je te le concède) : des stories creuses à base d’egotrip, trois lignes bourrées de fautes d’orthographe et de syntaxe sous des photos toutes lisses, des complaintes larmoyantes sur la difficulté de se faire trimballer en voyage gratos ou d’ouvrir la porte au facteur tous les matins (alors que clairement, on a toutes eu le culot de devenir des « girlboss » en montant notre propre affaire, c’est pas facile tous les jours, ça peut se raconter mais en ayant les pieds ancrés dans le réel… bref)… Au final, ce milieu s’est professionnalisé de la façon la plus insidieuse qui soit : le nivellement par le bas est devenu roi (et je parle pas de R.O.I ;)), le profit personnel est au coeur de (presque) tout. Et le follower ? Bah, on n’y pense pas. Enfin, sauf quand il faut cliquer sur des liens.

    Triste monde.

    • violette dit :

      Merci Capucine ! Merci pour ce commentaire ! Et merci de prouver qu’on peut allier le futile à la justesse des mots.

  28. nath dit :

    Post qui me parle comme toujours chez toi Violette…
    Grande lectrice de blogs depuis très longtemps, je n’en suis plus que 5 je crois….
    Quand je lis un blog, un livre, un magazine, c’es pour me changer les idées /m’enrichir/apprendre/rire ou…
    Et de plus en plus je vois la même chose partout (surtout en déco et ça je trouve cela dingue…on voit les mêmes tapis, les mêmes posters partout….)
    Ce monde ne me fait absolument pas rêver… Cette sur-consommation de fringues « jetables », je ne la comprends pas du tout…
    Perso je suis vraiment devenue adepte du mieux et du moins…
    Peut être est ce l’âge, la diminution de mon pouvoir d’achat et ou une grande lassitude.

    En tous les cas, j’aime celles qui se démarquent…et toi tu en fais partie

    Merci

    • violette dit :

      Ouais enfin en déco, je ne suis pas d’une originalité dingue avec mon tapis Berbère et mes trucs en rotin hein ;-)

  29. Lili dit :

    C’est vrai que les temps ont changé (en 9 ans pour moi). Je n’ai pas cédé à l’appareil photos reflex mais sens bien qu’il y a un peu de condescendance à la vue de mon nombre d’abonnés Instagram par exemple. J’essaie d’être toujours la plus honnête possible, signale très clairement si j’écris dans le cadre d’un partenariat ou non, etc. Je suis aussi pour le texte et ne comprends pas comment 5 lignes et 10 photos peuvent réellement renseigner le lecteur !

  30. Cleophis dit :

    J’aime beaucoup ton article qui n’est pas juste un « c’était mieux avant ». C’est vrai qu’on se prenait bien moins la tête il y a 5/6/7 ans et que tout est devenu super figé. Heureusement, j’ai l’impression que la tendance s’inverse un peu et qu’on revient à un peu plus de spontanéité, en tout cas, beaucoup de blogueuses se remettent en question et font machine arrière. Et oui, c’est possible!! Après tout, les meilleurs blogs sont ceux qui s’inscrivent dans la durée, les blogs creux se repèrent assez vite.

  31. Je suis d’accord ! Ne pas perdre ce supplément d’âme, ce petit quelque chose qui touche, qui émerveille, qui fait rire, cette sorte d’authenticité et de sincérité !

  32. solenne dit :

    un quoi ? un blog ? c’est quoi ???
    belle lurette que je ne lis plus ça, excepté SBEP quand un lien attire mon attention dans ma TL, parce que tu es la queen et que tu écris tellement bien…

  33. Cyrielle dit :

    Je sais pas si c’était mieux avant en tant que blogueuse mais côté lectrice lire des blogs m’amusait bien plus avant ça c’est sûr ! Là où il y aurait pu avoir une jolie professionnalisation des blogs mode avec des contenus plus éditorialisés, voir même soyons fou une (petite) tentative d’avancée sur l’image de la femme, et bien on assiste (la faute à instagram je pense) à des influenceuses qui se la joue télé-réalité. Et vasy que je te snap ton petit dej, ton coca, tes chaussures, ta poussette. Sur certains comptes, on se croyait dans un mélange des marseillais avec big brother. Des fringues, des cosméto, des voyages hors de prix, c’est la course à la plus grosse.
    Mon plus gros regret en 11 ans de blogging ce sont les prises de position. Comme les billets coup de gueule peuvent me manquer ! Aujourd’hui comme tu dis les seules prises de position c’est « bloguer c’est un métier (difficile en plus), le nouvel algo d’insta est trop méchant (bah ouai tu te fais max de blé grace à insta tu crois quand même pas qu’il ne va pas prendre sa part du gâteau en t’obligeant à sponsoriser tes posts ?!) ou alors les billets gourou/bien être pour que ta vie soit parfaite (nouvelle grande marotte des blogs de nana qui me laissent tellement pantoise…).
    Bref, plus trop de risques, trop peur de ne pas plaire aux agences, aux marques, aux lecteurs du coup ben on s’ennuie vachement !
    Alors merci pour ce billet à l’ancienne ^^

    • violette dit :

      Et merci à toi pour ce commentaire. J’aurais pu écrire la même chose, mot pour mot.

    • Melgane dit :

      « La faute à Instagram » là je bondis… non non non. C’est comme si je disais… « mon voisin a été poignardé, la faute au couteau de cuisine » comme si, prit de vie, il était allé se planter dans le coeur de sa victime. Faux. Ce couteau il a été tenu par un meurtrier, mais, tenu par un cuisinier, il fait un bon petit plat, pas un meurtre. Instagram, et les autres réseaux sociaux au passage, ne sont pas doués de vie, de conscience, ou je ne sais quoi : ils sont ceux que nous faisons d’eux.

      Pour le reste je suis assez d’accord, même si je pense qu’au final il y a aussi beaucoup de petits blogs de vrais gens qui parlent d’une expo parce qu’ils aiment ça, ou de ce qu’ils pensent sur tel ou tel sujet parce qu’ils en ont envie… le mien (ben quoi, faut bien se vendre haha xD) et tous ceux que je suis… c’est peut-être une goutte d’eau mais ça montre que tout n’est pas (encore) perdu.

  34. Uty dit :

    Est-ce qu’il n’y a pas un effet magazine aussi ? Tandis que certains blogs se professionnalisent et deviennent des magazines par la densité des publication et des images un peu trop léché, les blogueuses deviennent à peine visible derrière le blog. Cela pourrait être un peu n’importe qui, on ne retrouve plus vraiment la personnalité de la personne à l’origine du projet et cela se standardise sans doute.

  35. Michka dit :

    AAAAAAh BRAVO ! Ça fait chaud au cœur ce genre de propos ! Où est l’originalité maintenant ? Les blogs montrent les mêmes images, avec les mêmes fringues, les même décorations d’intérieures, les mêmes voyages, souvent au même moment… Au secours !
    Et non je n’ai pas envie de voir des filles super-bronzées qui partent toute l’année à des évènements où elles sont payées, des filles sans cheveux gras, qui enfilent 10 tenues par jour pour montrer le plus de marques aux lecteurs (enfin pour ce qu’il y a à lire !) Je suis de plus en plus lassée par ce « système » qui est encore plus pervers que les publicités que j’essaye de fuir le plus possible.
    Vive les vide-greniers et vive l’originalité (et tant pis si ça fait Mère Michelle !)

    • Je suis totalement d’accord avec vous pour les vide-greniers, etc. Cela ne fait pas du tout mère Michelle. :) Je me suis désabonnée de certains comptes car il y avait les mêmes fringues, etc. Les gens ont bien évidemment le droit d’aimer telle ou telle tenue. Le problème consiste, à mon avis, dans le fait qu’il s’agit de ressembler à tout le monde pour être approuver. Je vous souhaite une belle journée.

  36. Aurore dit :

    Si l’on veut des photos parfaites, il y a les magasines pour ça non ? Ce que j’aime dans le blogging c’est savoir qu’il y a des gens , des dens comme moi, qui lisent et avec qui je peux échanger. Je ne cherche pas la perfection d’une photo, ni à me faire fourguer des produits dont je n’aurai jamais besoin !
    Sympa cet article ^^

  37. coke dit :

    Je vais être la candide (et la hors-sujet) de service mais je ne suis que quelques bloggeuses et tu restes mon top one parce que tu es touchante, de plus en plus jolie, toujours drôle, que tu as une écriture extraordinaire… et que j’attends ton bouquin depuis 10 ans. Ceci étant, ce qui me choque moi sur Instagram, c’est l’étalage de vie privée. Je me demande toujours ce qu’en pensent les amoureux/les enfants, exposés en permanence sous tous les angles et dans leurs moments les plus intimes. Je trouve ça extrêmement bizarre…

    • un.rien.de.mon.tout dit :

      Tellement d’accord !!

    • violette dit :

      Bah ma pauvre coke, tu vas devoir attendre encore un moment pour le bouquin (le vrai), ça coince un peu, pas mal.
      Mais j’en sors un petit (quand même) le 8 septembre prochain, et puis un autre en janvier, voilà une petite consolation. Plein de bises !

  38. un.rien.de.mon.tout dit :

    J’ai découvert la mode et le réel plaisir de m’habiller, de devenir femme avec les blogs modes naturels. Il y avait des mixes de pièces, j’aimais bien les photos réalistes.

    J’avoue que je suis encore qq blogs (ceux où il y a des trucs à lire entre autre) mais de moins en moins.Je ne m’y retrouve plus vraiment. Et moi je n’ai pas envie de voir des filles parfaites, ce n’est vraiment pas ce que je recherche.

    En tout cas merci pour cet article qui exprime très bien à mes yeux le phénomène.

  39. Diablo Mint dit :

    Génération X, je suis très nostalgique de cette époque dont tu parles, j’y étais de 2006 à 2009 avec un petit blog très moche customisé à la main, et je t’ai connu comme ça parce qu’un jour tu y as posté un commentaire.

    Je pouvais passer des heures à travailler ma bannière, à supprimer un pixel de décalage dans le stylesheet, ou à taper des brouillons d’articles. J’ai arrêté pour des raisons personnelles (un changement de vie incompatible avec) mais j’ai continué à lire les blogs. J’ai vu cette mutation, la douce évolution vers un monde lisse et centré sur l’image. Sans même parler du côté marketing et sponso qui est un tout autre débat, j’ai vu naître le zéro défaut, le cadrage et la retouche control-freak, ce côté vitrine : l’auteur du blog étant devenu un personnage créé de tout pièce. Instagram en est l’apothéose.

    Heureusement il y a les blogs comme le tien, qui ont su évoluer/s’améliorer sur la forme mais sans perdre la qualité du fond, et le fond c’est évidemment une plume, un talent, une voix… mais qui ne fonctionnent que s’il y a sincérité. Cet ancrage dans la réalité est important, c’est ce qui crée de la confiance, personne n’a envie d’être dupé par des tricheurs, ni sur Tinder, ni sur les blogs.

    Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi dans ce monde virtuel nous étions définis par nos « nombre de followers », « nombre d’amis », « nombre de contacts » ce chiffre systématiquement collés à côté de notre nom comme un indicateur de notre coolitude ou de notre niveau sur l’échelle de l’influence mondiale ? Ce chiffre dont certains ont si honte et que d’autres exhibent. Pourrait-on s’en passer ? Le monde s’écroule-t-il si demain on ne sait plus combien de personnes suivent Rihanna ?

    Dans la vraie vie, on n’écrit pas notre nombre d’amis IRL sur notre CV, et d’ailleurs le connait-on ? Qui s’amuse à compter ses amis IRL ou à faire ses statistiques d’interactions sociales ?
    (Tiens, Véronique ne m’a invité que 17 fois à l’apéro cette année, c’est 10% de moins que l’année dernière).

    Oups… je m’égare.
    Sur ce Violette, ne change rien !

    • violette dit :

      Je me souviens très bien de cette époque, de toi, et de ton blog.

      Et tu sais pourquoi instagram a détrôné (mais ça n’est pas définitif) les blogs ces dernières années ? Et bien simplement à cause du « nombre » dont tu parles si bien.

      Parce que sur Instagram il est visible de tous, et que c’est beaucoup plus facile de voir en un clin d’oeil qui est bankable ou non, alors que sur un blog seul son auteur connaît les chiffres d’audience. LE fameux « nombre ».

      C’est la facilité pour les agences (des fois qu’elles bosseraient un peu en cherchant QUI a une réelle communauté).

  40. Polly dit :

    39 commentaires déjà, cela vaut-il encore la peine que je dise que je plussoie? Je me rappelle de ton blog au tout début, de la photo en banner qui m’intriguait, de ta plume acérée… ensuite je t’ai perdue dans le flux des millions de blogs qui ont ouvert. La Une de Hellocoton (que je ne fréquente quasi plus me ramène à toi, bonheur dans le malheur). Il faut faire ce en quoi on croit, le reste on s’en fout. Love. Polly, 43 ans, blogueuse depuis 2009

  41. Toujours juste Violette.

  42. PocketGirL dit :

    Dire que je fais partie des anciennes… j’ai abandonné l’affaire tellement j’étais perdue dans ce monde surmodé!! ?
    Violette il ne reste que ta plume qui vaillent vraiment le détour à mes yeux… tu me fais rire, pleurer, sourire, sourciller… et même souvent rêver…
    ReSte comme tu es, continue de rester une vraie blogueuse… t’es la best ?
    Bisous
    Ta Pocket

  43. Hello. J’aime bien ton post et en même temps je me demande qui est encore intéressé par le blogging dont tu parles. Je suis volontairement provoc. A partir du moment où M6 en fait un sujet de prime C’est que le truc a été récupéré par le marketing.on peut lire partout sur le web les recettes pour avoir un top blog C’est à dire un blog qui génère du trafic, des réseaux sociaux avec des milliers de followers . C’est ça le leitmotiv dans la blogosphère qui n’appartient plus aux blogueurs.je te rejoins sur le blog comme espace personnel, sincère et spontané. Mais qui achète ça en vrai. Personne. Tout le monde kiffe cette image du blogueur sorte de nouvelle star populaire. Cet influencer qui n’en est pas vraiment un, à qui on devrait faire confiance car il est un peu comme nous.La blogueuse d’aujourd’hui incarne une forme de réussite. La blogueuse passe à la tv. On l’appelle pour écrire des bouquins , créer des collections capsule… C’est du blogging ça ? Pour moi c’est purement et simplement du business d’aujourd’hui. A qui la faute?
    Je crois que le blogging dont tu parles existe toujours. Il est noyé dans une masse tellement énorme de blogs qu’il est plus difficile qu’avant de les identifier. Il faut rester optimiste et peut être reprendre le temps de détecter cette sincérité d’antan.
    Je te souhaite une belle soirée / journée

    • violette dit :

      Non, tout le monde ne kiffe pas cette image du « blogueur sorte de nouvelle star populaire », il suffit de lire les commentaires sous ce billet pour le comprendre. Mais on l’avait déjà compris ;)

      Et toujours non, il n’existe pas de recette miracle pour avoir un top blog.

    • Melgane dit :

      Tout le monde n’apprécie pas le « blogueur star » ou le « youtubeur star » mais à partir du moment où M6 en fait un sujet on peut se poser la question de qui de la poule ou de l’oeuf dans le sens où si M6 en fait un sujet c’est qu’ils pensent que ça va intéresser, que c’est un sujet de société, mais en même temps ça va peut-être encore plus donner envie à certaines personnes de se lancer dans le « blog pro » (faut pas oublier que rêver de célébrité c’est un peu humain, je crois et que, surtout, on a pas mal de chômage qui je pense, mais c’es à relativiser, fait que certaines personnes songent peut-être à arrondir leurs fins de mois avec leur blog). Et puis attention, les journalistes (et je dis ça alors que je veux en devenir une donc c’est pas pour cracher sur les journalistes gratuitement hein) on sait bien que parfois (souvent ? xD) ils trafiquent (un peu (oh, à peine, à peine, je vais passer pour une mauvaise langue xD)) la réalité, donc faut se méfier. Après oui, y’a une question de business, évidemment, mais ces femmes, à cause (grâce ?) à la loi française ont été obligées de créer une entreprise (si je me trompe pas) pour pouvoir avoir le droit de gagner de l’argent avec leur blog, elles sont auto-entrepreneur et donc à côté, pour se diversifier et peut-être parce qu’elles ont compris que ce modèle ne pourrait pas tenir longtemps se lancent dans autre chose… un peu comme le Qatar qui sent venir la fin du pétrole et investit ailleurs ! ;)

  44. Sofy dit :

    Je suis rentrée il y a à peine une heure d un séjour court mais enchanteur, en famille, sur le Bassin (d Arcachon, bien sûr ;-)) alors je suis trop rincée et encore sur mon nuage pour lire tous les commentaires (alors que je le fais souvent… Pour les fréquents petits suppléments d âme que je trouve ici, justement ;-)) et me lancer à mon tour dans un long élan du coeur…
    Alors je prends juste le temps de dire que …
    MAIS OUI !!! Complètement! Et c est bien pour ça qu on vient ici plutôt qu ailleurs ^_^

  45. Je n’ai pas l’habitude de poster de commentaire ici, mais vraiment face à cet article, je ne pouvais pas faire autrement. L’article est parfait, rien à ajouter, rien à répondre. Tout sonne bien, tout sonne vrai. Même si j’appartiens à la génération d’après (la fin de la génération Y et le début des millenials)(ces êtres horribles et égoïstes, mais terriblement seuls …), je regrette un peu cette uniformisation des blogs qui fait nous (me ?) fait sentir qu’il faut avoir un certain CV pour publier un blog (en tout cas dans la blogosphère féminine). Au final, le blog est devenu soit un CV en ligne, soit un job à plein temps. Bref, du professionel… à l’opposé des blogs que je lisais en 2007, qui parlait de tout, de rien, de la vie.
    Mais heureusement, certaines ont continué à raconter des histoires, des tranches de vie. Tout en s’améliorant en photo / design de blog. Tout n’est pas perdu !

    • Melgane dit :

      Et l’uniformisation des blogs se ressent aussi des les design : tous les mêmes, blancs avec les contours des widgets en couleur… sans personnalité, c’est tellement triste.

  46. Joy dit :

    Mille mercis pour cet article plein de vérité qui permet d’ouvrir (à nouveau) les yeux sur ce qu’était la blogosphère avant. Comme tu dis, l’épisode S3E1 de Black Mirror m’a fait froid dans le dos, ça pourrait tellement être la réalité dans quelques années si « on » continue comme ça.

    Ce soir, je me suis retrouvée outrée devant une « instagrammeuse » qui vend 70$ ses presets instagram pour un feed parfait.. Puis quelques minutes après devant ton article et je me dis qu’il reste encore un espoir !

  47. Laurie dit :

    Donc récemment, j’ai fini par comprendre que c’était mieux de commenter direct sous les articles plutôt que sur les RS dont acte (mais je vais aussi aller mettre des likes sur instagram et FB pour les stats parceque SBEP FOREVER).

  48. Anne dit :

    Bonjour,
    Après avoir lu ton message et tous les commentaires allant manifestement dans le même sens, je m’interroge. Nous semblons nombreuses à trouver que les contenus se sont vidés et à moins regarder ces blogs surfaits et surmonetisés ( ou plein de fautes de syntaxe). Mais, à part les adeptes du « plaisir masochiste » dont il est fait état plus haut, qui continue à les lire? Le lectorat ne s’est-il pas réduit ? La sélection naturelle (ou financière ici) ne devrait-elle pas les faire simplement disparaître petit à petit? J’ai très clairement réduit drastiquement ma consommation de grands blogs, justement parce que je n’y trouvait plus d’intérêt. Je crois même que j’ai aussi réduit ma consommation tout court, en tout ça en matière de cosmétique et vêtements, et qu’il doit y avoir un lien entre les deux…

    • violette dit :

      Je serais bien tentée de te répondre : plus grand monde !

    • Melgane dit :

      Pour savoir si le lectorat baisse il faudrait demander aux principales intéressées mais je ne pense pas qu’elles répondront, parce que précisément il y a des questions de gros-sous derrière donc elles ne peuvent pas admettre qu’elles perdent du lectorat. Après, si les marques continuent de leur faire confiance c’est que les statistiques leur paraissent satisfaisantes. En fait je dirais qu’on a l’impression que beaucoup de gens délaissent ces blogs parce que les gens qui le font laissent des commentaires, voire même cliquent sur l’article. Mais surtout toutes les personnes qui ont vu passer l’article combien ont été intéressées/touchées par le sujet et ont cliqué et combien qui n’étaient pas d’accord ont juste fermé la page en soupirant ? Les commentaires peuvent être une indication mais malheureusement tous les lecteurs (réguliers ou de passage) n’en laissent pas, ils ne peuvent donc pas servir de référence.

  49. Melgane dit :

    Faut-il revenir en arrière ou aller en avant ? Il y a… quelques temps j’avais écrit un article qui s’appelait « démographie bloguesque » ou quelque chose comme ça (je peux te le retrouver si tu veux). Ça fait un moment alors je ne sais pas exactement ce que je disais mais, en gros, l’idée c’était que le modèle actuel des marques, des articles sponsorisés, etc., était déjà en train de s’essouffler et que nous devions nous interroger sur ce que nous voulions pour la suite. Je ne suis pas sûre que l’on puisse revenir en arrière et je suis certaine que l’on ne doit pas le faire parce qu’on ne peut pas effacer le virage qu’ont pris les choses. Par contre on peut aller vers l’avant et décider de faire quelque chose de mieux.

    Je n’étais pas là aux balbutiements de la blogosphère, ou plutôt j’étais sur un autre type de blogo (j’avais 12 ans, j’étais sur Skyrock, et j’ai enchaîné un blog non-identifié avec un blog sur la maltraitance animale et un photographie avant de partir) alors je ne sais pas comment c’était « avant » mais je vois les évolutions depuis que j’ai commencé à bloguer « sérieusement » il y a 4-5 ans. Le prisme (même s’il a sans doute ses limites) c’est Hellocoton. Le fait qu’il ait été racheté par Femme Actuelle veut déjà tout dire. Ensuite on voit bien que les articles arrivés en « sélection » (sans même parler de la nouvelle forme de cette sélection) sont souvent sur les mêmes thèmes/sujets, que le sur-titre que met Hellocoton sonne comme un magazine… Il y a un problème, je pense… alors maintenant on peut se plaindre, dire que c’était mieux avant et demander à ce qu’on y retourne, ou alors on peut pointer les problèmes, comme tu le fais aussi, et se demander ce que l’on veut pour le futur !

  50. Aha dit :

    Bonjour Violette,

    Je partage entièrement tes propos, j’ai délaissé quasi tous les blogs que je lisais pour instagram. Je n’en lis plus que 2 (dont le tien, donc <<– lèche-bottes) parce qu'ils m'apportent quelque chose : ici, j'aime ta plume à la fois drôle, second (3è ?) degré, ta façon de dévoiler certaines émotions avec pudeur et de façon tellement touchante. C'est intelligent, c'est sincère, c'est doux (parfois) et drôle (souvent). Bref, j'aime te lire. <3

    Sur instagram, je suis passée de quelques 400 abonnements à des influenceuses, modeuses et une armée de "clones" ("Coucou moi aussi j'ai acheté LA robe à avoir ce mois-ci ! Et j'ai copié à l'identique le look de machin qui a 100k followers") à à peine 100, avec principalement des amis, des "vraies" filles avec qui je discute et quelques comptes "jolis" (artistes, photographes).
    ça m'a pris du temps pour me détacher de tout ça, mais j'ai ressenti un truc bizarre le jour où j'ai vu 4 nanas d'affilée faire des stories de leur looks en partant des pieds, pour remonter lentement jusqu'à leur tête, histoire qu'on puisse bien passer en revue la marque de leur chaussures, jupe, sac, montre… Je me suis dis "Mais qu'est-ce que je fous à regarder ça sérieux ? Je m'en fous de tout ça.. Je n'ai rien de mieux à faire ? "(<<– Si). Du coup, j'ai tout viré.
    Je ne supportais plus les photos parfaites, identiques d'un compte à l'autre (cette uniformisation m'a VRAIMENT fait flippée), les "oh la la, ça y est j'ai trouvé LE pull parfait, je l'adore, si je pouvais je ne porterai que lui !" (ah bon, mais tu avais déjà dit ça pour les 10 derniers, qui ont fini sur ton vide-dressing 2 mois après..), les nouveautés à outrance, les vacances parfaites. Putain mais il est où le vrai toi ???
    Maintenant, ça va mieux. Je ne passe plus autant de temps à regarder ce qu'il y a de nouveau, je découvre longtemps après le it truc du moment (voire je ne le découvre jamais, quel dommage). Et surtout j'ai conservé des gens vrais, des gens qui ont quelque chose à dire / partager, qui ont leur originalité, chacun à leur manière.

    Je sur-like ta référence à l'épisode de Black Mirror (cette série <3) qui m'a évidemment immédiatement fait penser à tout ça.

    Désolée, c'était long.
    Bonne journée !

  51. Plume dit :

    il me semble qu’il y a un public pour ces « filles creuses » comme tu dis et un public également pour les blogs plus old school.

    je trouve ça dommage de dévaloriser les autres sous pretexte que ce n’est pas ta vision noble de la chose, il y a de la place pour tout le monde. Ces nouveaux usages ne vont pas prendre ta place ou tes lecteurs, ce n’est même pas sur les mêmes médias.

    • Melgane dit :

      Je comprends ce que tu veux dire et en un sens tu as raison mais je ne pense pas que son but était de vexé.
      Même s’il y a un public pour ces « filles creuses » et qu’il y a de la place pour tout le monde on peut légitimement se demander ce que nous devenons et ce que nous faisons des outils qui sont à notre disposition pour nous exprimer, et ça sans forcément juger mal ou dévaloriser ceux qui n’ont pas les mêmes pratiques que nous. Après tout oui, il y a des magazines féminins et des magazines plus scientifiques comme National Geographic et tout se vend, mais ce n’est pas une raison pour ne pas s’interroger sur ce que nous faisons, devenons, aimons, etc. Par exemple je lisais tout à l’heure un article sur la digital detox et la blogueuse expliquait que ça lui avait permis d’être plus créative, d’avoir plus d’idée, de prendre plus de plaisir pendant ses vacances. Donc même si on peut laisser les gens faire ce qu’ils veulent (être sur leur téléphone tout le temps ou le mettre de côté) on peut quand même s’interroger sur un phénomène de société. Je ne sais pas si je suis claire mais disons qu’il ne s’agit pas de critiquer les personnes mais de critiquer le fait. Il ne s’agit pas de dire « regardez ces filles creuses, les nulles ! » mais « regardez ce que nous avons fait, ce que nous sommes devenus » : nous avons donné aux marques, aux entreprises, nous avons fait du business, avec une chose qui devait être un espace où parler de manière personnelle, un espace de liberté. Je pense que nous pouvons nous interroger sur ça, sur « faire de l’argent à partir de tout », sur la dérive de ce qui était au début un partenariat de temps en temps et qui est devenu articles de magazines. Parce qu’évidemment les blogueuses ne sont pas les seules « fautives » : les lectrices aussi, qui ont plébiscité ce genre de contenus. En un sens nous sommes tous un peu « fautif » et « responsable » et il ne s’agit pas, en tout cas pour moi, de mettre les gens dans deux paniers mais de s’interroger sur un fait de société qui concerne finalement tout le monde ou plus ou moins.

    • Melgane dit :

      de vexer* (pardon, faut se relire quand on écrit un commentaire ma bonne dame xD) puis ça doit pas être la seule faute…

  52. Je suis Génération X et putain, je suis pile en train d’écouter une playlist France Gall en lisant ton billet (grâce au compte Deezer de mon gosse qu’il a oublié de déconnecter en partant) (j’ai pas de compte Deezer à moi) (looseuse).

    Je vais aller acheter un Banco (Génération X), y’a pas de petites coïncidences.

    Je ne sais pas trop de quels blogs tu parles précisément mais il est vrai que ceux que je continue à fréquenter régulièrement sont restreints (Caro, Stéphanie Zwicky, chez toi et quelques autres). J’ai pas trop le temps en fait. Ni de lire, ni d’écrire sur mon propre chez-moi qui devient un peu désertique.

    J’ai vaguement été courtisée par des marques, j’ai dû dire oui deux fois. Tout le reste, je dis non, toujours, pas de temps pour ça. Et je passe les gens qui te proposent d’écrire à ta place, justement pour te faire gagner du temps ! (je suppose que tu connais)
    Mais il est où l’intérêt d’avoir SON blog, si on n’écrit pas soi-même ?!

    J’ai la chance d’avoir une team de visiteuses (et quelques visiteurs), qui continuent à venir me lire, malgré mes absences… Ça me fait plaisir de voir certains de leurs noms dans les commentaires du dessus ;-)

    Keep bloguing Violette, comme tu le fais, c’est un plaisir de te lire.

    • « Je suppose que tu connais » renvoies à ces mails de propositions, hein, pas au fait que tu y aies recours ! Ma phrase était un peu cheloue, je préfère préciser.

  53. Madeleine dit :

    Cet article fait VRAIMENT du bien ! Merci ! La perfection ce n’est pas la vie, c’est creux. Et les blogs finissent par se cloner. J’aime les gens et apprendre de leur diversité à travers les blogs. J’aime découvrir la personnalité de la personne qui écrit.

  54. cécile dit :

    Je pense idem.
    Je n’ai pas lu tout les commentaires mais ce qui me rend profondément malade, pour de vrai, moi la fille mal dans son corps, c’est ce penchant à la perfection de l’image qui gagne les blogs et réseaux. J’ai commencé à lire des blogs en 2007 pendant mon congé mat, à la recherche de filles NORMALES, avec aussi parfois des cernes, aussi parfois de la culotte de cheval, aussi des jambes un peu trop courtes …..et là on ne retrouve plus que des bombes, ou même mes mères lambda, qui on quand même fait 20 photos, pour être sûres d’avoir l’angle le plus flatteur, celui qui floute le bidon, qui allonge les jambes ….. et qui me rend mal, parce que j’ai a nouveau l’impression d’être moche, la pire mère du monde parce que je n’étale pas mes petits des câlins du matin dans mon pyjama en soie, parce que parfois je commande une pizza au lieu de cuisiner healthy. Alors oui le problème vient de moi qui me laisse berner par tant de perfection, mais la perfection ça me fatigue …
    Bref j’envisage d’ouvrir un blog de fille normale, avec les cernes, les jambes trop courtes et qui s’habille a Kiabi merde.
    Bonne journée.
    Cécile.

  55. dellyne dit :

    Plus que le « supplément d’âme » défaillant du bloggeur, j’y vois surtout l’absence de celui du lecteur ! c’est à lui d’exercer son esprit critique. Il a à sa disposition une multitude de supports (presse papier, blog, vidéos, etc…) rédigés par des personnes plus ou moins professionnelles, plus ou moins objectives, il se doit de faire tourner ses méninges pour faire le tri dans tout ce bazar, et se forger sa propre opinion, tant sur l’essentiel que sur l’accessoire. Bref, je déplore cette époque d’hyper consommation et de pré mâché (rien que l’appellation « influencer » en dit long) mais j’en tire partie. Je suis une lectrice et je parcours ces blogs et autres, avec l’idée de tas de collaborateurs à mon service qui vont dénicher, peut-être, la bonne info, le bon plan, pour moi, sans que j’ai besoin de me fatiguer à chercher et sans que ça me coûte un sou, et souvent même je me marre bien !

  56. Paola dit :

    Un jour, il y a déjà longtemps, je vous ai écrit pour vous dire à quel point j’aimais vous lire. Pas de fautes d’orthographe, une vraie plume pour une écriture enlevée et pleine d’humour. Vous ne m’avez jamais répondu et je dois dire que j’en ai été un peu peinée. j’ai malgré tout continué à suivre votre blog pour le plaisir des jolis mots. Ce soir je reprends donc mon clavier pour vous dire à quel point je me retrouve dans ce que vous nous dites ici.
    Bonne soirée Violette et sans rancune !

    • violette dit :

      Bonjour Paola,

      En toute franchise, je ne me souviens absolument pas de ce mail. Je réponds la plupart du temps aux mails que je reçois de lectrices (du moins, je fais mon maximum) mais il arrive que parfois je sois débordée par ma boite mail, c’est vrai.

      Donc soit je n’ai jamais reçu votre mail (il a pu atterrir dans mes spams), soit j’ai un Alzheimer précoce !
      En tous cas je comprends à 100% la déception que vous avez pu ressentir, et j’en suis sincèrement désolée.

      Bonne journée et sans rancune ;)

  57. Trizia dit :

    A l’époque des blogs (avant insta tout ça), certaines avaient déjà saoulé leur public en succombant à l’appel des marques, des voyages gratos, des soins cadeaux … et l’on voyait souvent les mêmes produits, le même jour, chez plusieurs blogueuses #foutage de gueule.
    Pourquoi ce serait le seul apanage des blogueuses ? c’est pareil et sans doute pire sur insta mais franchement, la démarche est la même. Ce n’est pas parce qu’on publie de temps en temps un billet drôle ou intéressant que ça justifie de la promo abrutissante sur un blog.
    Après chacun va chercher ce qu’il veut sur insta : on n’est pas obligé de suivre les mêmes personnes, on a le choix de zapper des profils. Insta, on sait bien que souvent c’est la vie rêvée des gens. Bah si t’es déprimée, il ne faut pas y aller. Ou alors bien choisir les profils que l’on veut suivre.
    Je remarque que les anciennes blogueuses – après avoir déchanté face à un probème de cible inadaptée – réinvestissent leur site et c’est pas mal..

  58. dit :

    C’était le bon temps :)

    J’ai arrêté de bloguer il y a 8 ans parce que je voulais retrouver ma vie privée quand je suis partie m’installer en Australie. C’était une fun époque, les soirées blog, les événements. Un peu totalement n’importe quoi et complètement artisanal au départ, mais c’est ce qui était chouette, et on avait encore le contrôle sur ce qu’on avait envie de raconter (ou pas)
    Ca m’aura au moins permis de prendre un virage pro des années plus tard d’avoir baigné dans tout ça, vu que j’ai ma petite agence de social media management aujourd’hui :)

    Du coup aujourd’hui je vois le dessous des cartes, les budgets pub (et l’argent foutu en l’air surtout) les batailles d’algorithmes, et les stratégies pas propres pour gagner du followers et c’est pas joli joli…

    Mais il reste de la place pour l’authentique, même s’il faut se battre pour rester visible.

  59. C’est tellement cool de lire des articles aussi cools!^^
    J’aime le fond et la forme, ce ton léger qui grattouille doucement les likes et les chiffres qui font la blogo d’aujourd’hui. Les débuts de la blogo me rendent nostalgique même si j’apprécie certains aspects de l’évolution de cette blogosphère. Avant je frétillais d’impatience à découvrir le soir après les cours ou le boulot les nouveaux articles mis en ligne. Maintenant ça ressemble plus à un scroll infini d’articles-photocopies..
    Aujourd’hui mes photos sont plus travaillées mais tout simplement parce que j’adore ça, que je suis une perfectionniste, une créative et que j’ai envie de donner aux lecteurs de me lire, de découvrir ces bouts de moi, ces paragraphes écrits avec amour, sérieux et humour. Alors oui je te rejoins.. Je ressens ce petit vide dans l’âme en parcourant certains blogs. C’est froid, parfois distant, pro, certes! mais ça frôle quelque fois l’excès. Bien entendu je ne crache pas dans la soupe puisque ça a permis aussi à certains de se remettre en question, de faire plus attention.. Combien de fois je suis tombée sur des articles de produits cosmétiques et que je ressentais fortement la duperie.. Que la nana n’avait même pas testé le produit en question. Et puis les designs plus sobres, moins skyblog-kikou-les-couleurs-girly ça fait du bien aussi! C’est plus éditorial, plus agréable à lire! Ce que j’attends d’un blog aujourd’hui c’est un design et une mise en page soignée mais avec sa patte identitaire et surtouuuut un contenu personnel et qui ne vend pas de la télé-réalité à deux balles.. « Ce tout petit supplément d’âme »^^

  60. Paola dit :

    Un grand merci pour votre réponse, les internets ont parfois des mystères qui nous dépassent mais ce soir mon petit coeur est en joie ! Vous êtes toute pardonnée et je vous souhaite une belle soirée.

  61. luisasi dit :

    Moi , je dirai comme Bigflo et Oli, »Personne n’écoute les paroles » (Écoute la chanson, si par hasard tu ne la connais pas) .

    Les blogs dont tu parles existaient avant l’Internet d’Instagram, Twitter. Beaucoup de blogueuses de cette époque ont abandonné leur blog pour les photos et les #.Plus simple, plus rapide et pour certaines bien plus rentable.

    Et les lectrices ont suivi , plus facile pour elles aussi, de faire défiler un fil d’Insta que d’aller chercher les blogs.

    Les plus jeunes, ont commencé dans leur chambre et ont surfé à merveille sur les réseaux. Comment et pourquoi auraient elles du ou pu résister ?

    Ce qui me surprend le plus, c’est les annonceurs, les marques ? Je ne vois pas vraiment leur intérêt . Ces « influenceuses » ont pour la plupart des followers qui ne peuvent s’offrir les hôtels , voyages, vêtements proposés !
    En même temps quand je vois le partenariat avec Lidl ( et Heidi Klum !), d’une fille qui s’habille avec des marques plutôt hors de prix…ça me laisse songeuse…

    Pour finir, je ne lis quasiment plus de blog. Instagram après m’avoir plu avec ses belles photos , après avoir moi aussi moutonné,me saoule avec son monde parfait .Ou tout le monde est beau mais pas gentil (royaume des haters). Et ou la conformité y compris dans l’inconforme est obligatoire..

    en tout cas, merci de cet article et de ces échanges. luisasi 65 ans !

  62. Même ras le bol ici pour la blogosphère food ! Marre des blogs plein de pubs et du manque d’authenticité. Bravo pour cet article.

  63. Ton article a bien fait écho en moi, je suis 100% d’accord !
    J’ai refait le design du mien récemment et j’en ai profité pour faire le tri dans mes vieux articles… J’ai eu un peu honte de ce que je postais au tout début (en 2009) tellement c’était moche et éloigné de la qualité d’aujourd’hui ! Mais en même temps, c’était vraiment authentique, et d’ailleurs j’avais plus de commentaires à l’époque qu’aujourd’hui !
    Depuis, j’ai justement décidé de re-faire de mon blog un lieu de pure authenticité et sincérité :) même si je n’ai jamais vraiment perdu cela de vue.
    Bravo pour ton article !

  64. Anliiz dit :

    Hey Violette, ça boume ? j’arrive tout droit de chez Caro, moi qui ne lis plus de blogs depuis des lustres, fallait que je tombe là dessus aujourd’hui. C’est tout ce que tu décris qui fait sûrement que je ne lis plus de blogs, parce que je m’y ennuie souvent. On se marrait tellement plus qu’aujourd’hui. Peut être qu’on est plus vieilles, ok, mais n’empêche, c’était autre chose ma bonne dame, les blogs. De l’humeur, de l’humour, du talent d’écriture, des mots et moins de photos…
    M’enfin, ça doit être ça le progrès ?

  65. Marie (une autre) dit :

    Bonsoir Violette; cela faisait un long moment que j’étais passée par ici et je suis contente de te lire à nouveau. Je me demande parfois après ces absences si je ne vais pas tomber sur un « au revoir » de ta part. Les blogueuses comme toi ou Caro êtes d’une constance qui force le respect. J’imagine que le fait que ce ne soit pas votre « métier/activité principale » y est pour beaucoup. Ça fait plaisir de quitter un endroit pour un long moment et de le retrouver intact. C’est même précieux de nos jours (non je n’ai pas 75 ans…). J’ai abandonné la lecture des blogs il y a un bon moment à cause de ce dont tu parles mais aussi et surtout parce que mes propres interêts ont changés. Je veillis mais pas la blogosphère, ou un truc dans le genre… Et tu as raison quand tu parles du rapport qu’ont les ados avec tout ça, ils sont moins en quête de sens que nous, mais plus de fun. Ils sont nés avec Internet, et le côté « révolutionnaire » de ce média leur est inconnu. Du coup pas de déception, ils en attendent sûrement moins que nous à une époque. Bref, tout ça pour dire que ça me rassure de te retrouver, intacte, la plume toujours vivace et agile. Et pour te dire aussi que si jamais un jour je tombe effectivement sur un « au revoir tout le monde », je serai contente de t’avoir suivie jusqu’au bout. Longue vie à ton blog mais surtout à toi, Violette.

Laisser un commentaire

Combien font ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.