RECETTES & GASTRONOMIE

Le Kong : Take it easy !

Hier soir, je suis allée dîner en toute simplicité au Kong, avec des amis.
Le Kong c’est un des restaurants de Paris où il faut être vu au moins une fois si tu veux en être, sinon t’es qu’une sous merde j’ai envie de te dire.
C’est assurément un endroit über beau coz designé by Starck et donc tout est blanc, rose et en plastique et les gens sont cons, mais c’est normal car c’est branché !

Alors bon, on devait être quatre hein, le truc intimiste où on crie entre nous car on entend rien au Kong tellement c’est mal insonorisé mais Starck c’est pas son taf qu’on soit à l’aise, il en a rien à carrer, c’est un Artiste.

Donc, imagine l’étendue de mon désarroi quand S. m’a appelée vers 19h pour me dire que son ami C. débarquait juste de New York et qu’il se joignait à nous pour la soirée.
Je dis ça car il a ajouté que C. était coiffeur et je me suis dit « putain, un dîner avec une coiffeuse jet-laguée (oui il est PD, classique) ça va encore voler haut la discussion« .

Ouais ben juste non. Parce que tu vas être scié quand je vais te dire que C. c’est le coiffeur de Mika. Est-ce que c’est pas trop borderline voire edgy hype, comme concept ? T’es vert hein ?

Attends C., c’est le mec il a juste un CAP coiffure, comme Zouari en même temps, il a commencé chez Dessange sur la Vème Avenue, sauf que Dessange là-bas c’est pas comme chez nous, c’est la über classe coz que le simple coup de peigne est à 250 Dollars.
Et comme toutes les connasses de la Vème le kiffaient, il a ouvert son propre bizenèsse avec que du high pipole et là, j’ai envie de te dire qu’il a « name dropper » à mort et que même moi je l’écoutais la bouche ouverte comme un poisson rouge à l’agonie dans son bocal !

Ce qu’il faut que tu saches absolument, c’est que Mika, ben il a les cheveux raides en vrai et que donc C., il lui fait ses boucles pendant des heures et que le Mika, il est over chiant et tyrannique niveau volutes capillaires et qu’il le fait chier quand une boucle n’est pas assez/trop bouclée !
T’as qu’à voir la Diva que c’est le petit merdeux.

Et là, j’ai dit à C. : « t’as qu’à lui dire Relax, take it easy quand il t’emmerde ! » et C. a explosé de rire. C’est vrai que je peux être drôle quand je veux.

Sinon, il coiffe également Nicole Kidman qui, elle aussi est chiante, mais je te raconte pas tous ses secrets, je ne veux pas être poursuivie en justice, déjà que Céline Dion a gueulé parce que je m’étais moquée de sa fille

Bref, je peux te dire que ça m’a réconciliée avec les coiffeuses. Si par un incroyable concours de circonstances j’arrive à dîner un jour avec l’esthéticienne de Madonna, là je dis que toutes mes valeurs de fréquentation sociale vont voler en éclat dans le ciel de Paris.

Quoi d’autre ? Ah oui, le Kong, donc.
Ben y’avait des gens beaux, des Russes avec des blondes, des PD qui étaient passés à la douche autobronzante en sortant du bureau, Régine en plus jeune avec un chemisier mauve et le serveur c’était Harry Roselmack en plus bête.
A un moment on a vu passer une bouteille de Lorina sur un plateau et autant te dire qu’il n’y avait que du beau linge à ma table car mon ami A., c’est juste lui qui a dizaillené les bouteilles.
Les gens sont déments à Paris hein ? Ils boivent de la limonade à 23h, je te dis, c’est un endroit de tarés !

Et les desserts Pierre Hermé, c’est une tuerie. Y’a un « 2000 feuilles » à la carte, mais c’est juste pour faire « style » car les feuilles n’ont pas été doublées, par contre ils n’ont pas été rat niveau plaquettes de beurre que si tu bouffes le truc en entier, t’es au régime Katemossien pendant 2 semaines.
Sinon, j’ai bu du Chablis pour changer un peu car le Champagne, je suis en train de me demander si ça deviendrait pas un peu has been ces temps-ci, il faudra que je creuse l’idée, mais être sans cesse prescriptrice de tendances je dois t’avouer que c’est épuisant pour ma santé mentale.

Après A. m’a reconduite chez moi sur son scooter trop beau (pas la peine de te faire des films, A. est un ami) et comme j’avais un décolleté über plongeant, j’ai dû attraper une angine de poitrine car je toussote un peu ce matin, mais finalement ce n’est pas vraiment important car je sais maintenant que Mika a des cheveux de touriste Japonaise.

Ne me remercie pas pour le scoop.

79

La perle

Je ne veux pas vous parler ici de ce truc qui dort dans les huîtres, ni d’une des composantes de ce ras du cou que certaines portaient, à la fin des années 80, accompagné du « carré », quand le bécébège était hype.
Que nenni !
Honte à moi, je n’ai découvert ce bar trop trendy cool branchouille que vendredi dernier !
Ouais, oh, ça va hein ? Personne n’est infaillible.

Bref, à la fin d’un dîner resto entre potes, S. dit :
« Et si on allait à la Perle ? C’est super tendance ; il y a des mecs biens, hétéros, trentenaires, c’est le repaire de Romain Duris »
Nous voilà donc partis à la Perle. Vous voyez le style : c’est le genre de bar où personne ne comprend pourquoi c’est hype, la déco est naze, c’est un rade de quartier quelconque, mais c’est tellement blindé que beaucoup boivent leur demi dehors ! Dingue, non ?
Dans le même style, il y a la Chope du château rouge, dans le 18ème, mais c’est peut être aussi parce que le couscous est gratos le vendredi soir, va savoir…
Ben, en tous cas, mon copain S. n’a pas menti. C’est vrai que les mecs sont pas mal : bobos, coolos, branchés, rastas, etc… Faites votre marché Mesdames, y’en aura pas pour tout le monde !
Et puis, qu’est-ce que ça mate ! Un bien fou pour l’ego ! Moi, je veux y retourner, j’ai pas tout bien regardé.

La Perle
78, rue Vieille du Temple
75003 Paris
M° Rambuteau – Filles du Calvaire

4