PLACE TO BE

Le lieu (presque) trendy cool de l’été : la fête votive en Provence

Alors, le lendemain de mon arrivée en Provence tu vois pas que le comité d’accueil a décidé de m’organiser une fiesta que même David Guetta il est vert tellement c’est borderline.
Le truc ça s’appelle une fête votive.

Je t’explique.

Mes potes me disent que, dans un champ, pas très loin de la maison, y’a une sorte de sauterie wiz’ les gens du coin qui expliquent au quidam les métiers de la terre et autres hallucinations que nous autres, gros snobinards de Parisiens, on n’imagine même pas dans nos rêves les plus fous que ça peut exister des trucs pareils.

Je dis, let’s go, allons-y les amis, sur la plus haute montagne, sauf que je délire quand même pas trop avec les dialogues de Dora coz’ que mon pote B. a vécu une histoire d’amour douloureuse avec le mec qui joue le cousin Diego dans le spectacle de la susnommée Dora.

Bref, on me dit quand même que ce serait bien que j’enfile une petite tunique sur mon mayo, voire au minimum, au moins j’enfile le haut, sinon ça fait pas sérieux dans le paysage local.

Déjà je me dis dans mon for intérieur késako ce bordel ? Où qu’elles sont les urnes ? Pour qui qu’on doit voter ?
J’ai gougeulisé plus tard dans la journée le vocable, coz’ que je suis de nature curieuse et j’ai appris que la fête votive, c’est juste la fête offerte en exécution d’une promesse solennelle faite aux Dieux…

Ah ouais, ça déconne moyen hein ?

J’en étais où avec tes conneries ?

Ouais donc, à ladite teuf, y’avait du pipole local et des tas de gens qui te montraient des techniques ancestrales artisanales.

Moi je fais semblant de m’intéresser 10 minutes, je suis bien élevée, donc j’écoute la meuf avec des milliards de brins de lavande autour d’elle, qui me dit qu’il faut fouler la lavande avec les pieds!

« Hein ?? » Que j’y dis. « Mais c’est obligatoire ou bien ? Je peux pas, j’ai mes règles ! » Là, la meuf est méchamment vexée et me dit que non, mais bon…

Attends, tu vois pas que je vais rentrer avec les pieds mauves à Paris que ça va tâcher mes K-Jacques ad vitam aeternam ses conneries à elle ?

Tu m’étonnes, elle vit à la Manon des sources, toujours pieds nus que ses pieds ils ressemblent presque à des sabots ?!

Je lui rétorque que je suis là pour un reportage et que je peux pas m’attarder à chaque stand coz’ que je dois aussi penser à bronzer.

Bon elle m’a gonflé cette conne, donc je me suis dirigée vers le boulanger avec sa farine et ses machines trop strange et là j’ai fait un trait d’humour et j’ai demandé au Monsieur « Une tradition pas trop cuite s’il vous plaît !« , sauf qu’il a pas trop compris, donc je l’ai zappé direct, tu vois pas que j’en ai rien à foutre de tous ces trucs moi ?!

Il lit pas mon blog lui ou bien ? Faut justifier sans cesse dans ce pays où qu’on parle la langue d’Oc ?

Bref, épuisée par tant de mondanités, je me suis dirigée vers le stand « beuveries » où mon radar a détecté de l’élu local bedonnant, bref de la pipolade bas de gamme, mais on fait avec ce qu’on a sous la main…

J’ai bu une bière (c’était ça ou du jus de pomme pardon) avec le maire qui me matait les seins ce gros blaireau et qui me sortait des délires philosophiques du genre « on est en vacances ?« , que même Marc Levy il est trop brillant à côté du mec !

Pff d’où qu’il se permet de me parler lui ?

Énervée, j’ai commandé une deuxième bière et tu vois pas qu’à 11h du mat, j’étais déjà en état d’alcoolémie avancé et que donc, j’ai dit que ça allait bien la figuration mais que faudrait voir à pas rater le Dieu Ra, hein ?

Bref, sur le chemin du retour, j’ai croisé une attraction désastre, du genre des chiottes de l’ancien temps, genre une cabane en bois avec un truc écrit dessus en langue de je sais même pas si c’était de l’Oc avec un mannequin en tissu assis devant, mais le plus intriguant dans l’histoire c’était l’épitaphe on the WC où que y’avait marqué un truc du genre  » Tou pa regardou le viou qui féou cacai »

?!!?!

Déjà quand t’es net, tu captes rien, mais quand t’es limite rapport au taux d’alcool dans le sang, j’ai été obligée de me faire traduire le truc par un Local.

Outrée, je me suis dit, ah ouais, c’est l’over classe ! (tu remarques que je traduis pas, coz’ je suis fée de mon état)

Je te dis juste que c’est terminé la fête votive et tout ce cotoiement de la populace !

66

Et gratte, gratte sur ta mandoline mon petit Bambino…

Hier soir, je suis allée dîner avec des amis, près du Canal Saint-Martin, mais pas SUR le Canal coz’ que c’est encore plus bobo d’aller dans les rues adjacentes, si tu vois le concept.

C’est à dire que si tu veux en être, il faut y être, mais pas complètement, saisis-tu la nuance ?

Bref, le choix d’un charmant resto de confession Italienne s’est imposé assez rapidement dans les esprits de chacun, surtout par flemme je le reconnais et aussi parce que, la vérité, j’aime bien et qu’on fêtait pour la 8ème fois depuis 10 jours, mon anniversaire.

Oui, je sais, c’est une tuerie, t’as qu’à voir l’évènement qu’on va le fêter tellement de fois que je vais avoir un an de plus sans m’en apercevoir avec ces conneries !

Bref, nous voilà rendus dans le Xème, chez La Madonnina*, trattoria Napolitaine où le taux de pénétration des robes et tuniques Baby Doll était si élevé que tu croyais que toutes les filles étaient enceintes !

La vérité, c’est pas seyant cette débilité de l’été 2007.

Bref.

Déjà, je te dis que le patron, il est juste canon, même sans ouvrir la bouche.
Après, quand il commence à disserter dans la langue de Gepetto, c’est clair, t’as juste envie de coucher avec lui !

Attends, puis les garçons, c’est pareil pour vous hein ?

T’as de la serveuse bombasse à te faire cracher tes rigatoni, je te mens pas.

J’entends par là, si vraiment tu penses qu’à ça, qui d’un petit cul, qui de gros seins, qui des deux…
Cependant, m’est avis que y’en avait une qu’abusait du push up coz’ que le rembourrage était trop apparent sous le top pour être d’une honnêteté sans faille et sans reproche, mais ne faisons pas nos langues de putes, rendons à la serveuse sa minute de célébrité, elle l’a bien mérité cette petite pute.Alors oui, donc, à ce dîner, y’avait mon ami A. qui est réal’ mais qui ne se la raconte pas même s’il vient d’acheter un appart à Neuilly et qui, donc, au bout d’1 heure, lance à la cantonade : « vous avez pas remarqué un truc qu’a changé chez moi ? »

Et moi je réponds : « si, tes cheveux sont trop longs, la vérité, c’est un peu vilain »

Et A. de renchérir : « Oui, certes, mais c’est surtout que je me suis laissé pousser la moustache pendant les vacances !! »

Mais oui, le con, c’est vrai, il l’a fait.

Et là je lui ai répondu que ça n’allait pas être possible, que même s’il dit que Georges C. porte la moustache avec panache, il n’est pas Georges C. et qu’il va me raser ça coz’ que ça gratte la moustache...

Tu vois pas comme on s’est foutu de sa gueule toute la soirée…Bon après, si tu veux connaître les détails culinaires et atmosphériques de l’endroit, c’est bon, c’est charmant, t’as Dalida aux platines, t’as un petit Moli Rosso qui te cogne pas la tête (enfin si t’en bois pas deux bouteilles à toi tout seul, après je sais pas comment tu gères ton taux d’alcool dans le sang) t’as le hot patron qui t’offre le limoncello (bon là le digestif, il cogne un peu la tête quand même, mais c’est cadeau, tu vois pas que tu vas refuser son truc au patron qu’il va plus vouloir coucher avec toi après ?).

Bref c’est « topy charming bobo » à souhait mais ça reste bon enfant, j’ai envie de te dire, coz’ qu’on est entre nous, les gens qui en sont.

T’as qu’à voir comme ça commençait quand même à taper sévère car moi, je sais pas ce qui se passe en ce moment, mais je cause parfois comme dans mon blog et que donc, en fin de soirée, j’ai lâché un « bon on baise ou bien ? » un peu trop fort et le garçon de la table d’à côté (dont la petite amie était partie aux Ladies Room repositionner sa tunique de femme enceinte) m’a regardée et a dit « ah mais oui d’accord » !!!!!???!!!Tu vois pas comme c’est un goujat celui-ci ?
Surtout que quand sa petite amie qui n’était pas enceinte mais qu’on croyait que si est revenue s’asseoir, mon ami N. a dit au garçon « ça marche toujours pour la proposition de tout à l’heure ??? »

Et que bon, comment te dire que y’a du y’avoir sérieuse discussion dans la caisse quand ils sont rentrés, mais bon, il l’a cherché.

Alors pour conclure, avant de rentrer, ben comme des gens bien élevés on se dit « au revoir », jusque là tu vois on maîtrisait les règles de bienséance.

Sauf que A. n’arrêtait pas de toucher sa moustache naissante et que, pour en avoir le coeur net, je me suis sentie obligée de l’embrasser sur la bouche.

Ben je te confirme, ça gratte la moustache !

* La Madonnina

10 rue marie & louise – Paris Xème

126

J’ai des K.Jacques ! Thé vert* ?

* t’as compris ?

Ouais, donc maintenant, même plus tu viens faire le beauf ici en me parlant de tes spartiates Carrefour à 13 €, de tes merdes dorées de la Halle aux Chaussures ou bien de tes pâles copies de chez « Les Tropéziennes ». On est bien d’accord ? Coz’ que moi je peux plus me permettre de fréquenter les pauvres. Donc oui, j’ai des K.Jacques, si ça t’intéresse le modèle c’est Homère – Naturel, ça veut pas dire pour autant que je vais me farcir l’Iliade pendant mes vacances, rien à voir j’ai envie de te dire ! Bon et donc, en plus de tout ce bonheur, j’ai eu droit à la carte de fidélité et tiens-toi bien, si j’achète six paires, j’ai droit à -10% sur la septième ! T’es même plus vert là hein ? Ça dépasse l’entendement ?! Donc, je me suis dit que j’allais fêter mon anniversaire tous les mois pendant 6 mois, comme ça le septième mois, tu pourras enlever 10% de ta participation, je suis pas une fée, pour de vrai ? Puis, pardon, mais y’en a une, quand elle va voir ça, elle va vomir de chagrin, coz’ que la Solenne, ça fait des mois qu’elle nous fait chier avec ses billets « j’achète ou bien ? » et qu’elle se retrouve à passer l’été avec des sandales jaunes toutes moches, tu vois pas ? (je débine car je sais qu’elle est vacances, tu penses que sinon j’aurais pas eu les couilles) Ah oui, j’oubliais un truc

:

Mais pour de vrai quoi ! MERCI MERCI MERCI Vous êtes vraiment cons d’offrir un pur cadeau de folie à une fille que vous connaissez même pas la vérité ! Tu peux pas savoir comme je suis touchée, mais je sais pas bien faire être gentille sur le blog, donc je te passe pas la pommade pendant des plombes, okay ? Mais juste, vous êtes vraiment über, tiens je te jure vous l’avez mérité ce blog ! Et encore MERCI. Dans l’attente, veuillez agréer….

116