PLACE TO BE

La Bulle

lieu jaune puree de persil betteraves roties

Vous connaissez La Fourchette ? Le site propose actuellement un jeu-concours où vous aurez peut-être la chance de voir se réaliser votre scénario de Valentine Day idéal. Menu insolite, dîner romantique ou restaurant trendy chic… Trouvez votre table pour un 14 février mémorable, ce n’est pas si compliqué !

Nous allons donc encore au resto aujourd’hui, oui mais cette foi ni bobo ni neobistrot. Je vous raconte.
Comme avec Nounours nous ne sommes pas trop branchés Saint Valentin et que, de toute façon, on ne sera pas ensemble le 14 février prochain – on est des punks – on s’est fait un petit resto en jet lag de l’événement, en début de semaine. La bonne surprise qu’on a eu là, les amis !

Le nom de l’endroit, c’est La Bulle, et ça se situe pas très loin du Canal Saint-Martin MAIS rien à voir avec les restos qui pullulent là-bas, sans odeur ni saveur. Que celui qui a déjà fait un repas de roi sur le Canal me jette la première pierre ; j’attends.

22

Encore !

Restaurant Encore

Vous avez faim ? Ca tombe bien.
Le néobistrot fleurit plus vite, à Paris, que le pissenlit sur la pierre tombale ; et c’est d’autant plus vrai au sein du carré Cadet/Le Peletier/Château d’Eau/Bonne Nouvelle. On va vite frôler l’indigestion de béton lissé et de bois clair (déjà qu’avec le burger…).
Mais quand même, il y a un bon mois j’ai testé une des cantines du moment, Encore.

Au menu, ce jour-là : bouillon de champignons et maquereau fumé (très bon) ; magret de canard, carottes et jus d’anchois pour moi (très bon aussi) et lieu jaune pour Caro (trop ivre pour me donner son avis)(la pauvrette, elle m’inquiète).
Et enfin, pour le dessert, mousse coco, sorbet d’ananas, meringue maison (très frais mais pas dingue).

23

Goûte mes truffes

cafe de la jatte

Comment allez-vous ? Je vais bien, merci.
Vendredi dernier, j’ai été invitée par le Café de la Jatte, un restaurant à Neuilly, afin de découvrir la carte « truffe » du moment (dur !).
J’avais envie de vous faire un petit compte-rendu gustatif de cette parenthèse pleine de saveurs, même si je sais bien que la truffe n’est pas un mets qu’on colle dans ses menus de façon régulière. Non.
La dernière fois que cette dernière avait atterri dans mon assiette, c’était il y a pile un an, à Turin, et j’avais gardé un souvenir impérissable de ce truc odorant râpé sur mes pâtes.

C’est dans ce grand bâtiment industriel joliment rénové, aux hautes vitres inondées de lumière et au squelette de dinosaure suspendu au plafond, que le chef Giovanni Perrone, qui vient des Pouilles, nous a d’abord présenté sa truffe blanche dans un bocal. Un objet précieux à 4000 boules le kilo (OUCHE !). Il a ensuite décidé de nous la servir, déclinée de multiples façons… au bout du premier plat, j’ai déclaré que j’avais tellement de saveurs en bouche que je ne voulais plus jamais me laver les dents.

… je plaisante, bien sûr, on n’est pas au Moyen-Âge…

16