SHOPPING

La photo floue du sac

Les gros, je suis super épuisée par Brian en ce moment. Depuis qu’il a épousé une nouvelle vocation de gigolo, y’a la brigade des moeurs qui n’arrête pas d’appeler à la maison, car il ne déclare pas ses revenus à l’Urssaf. En même temps, s’il était bon en maths, je l’aurais su.
J’ai beau lui expliquer que gigolo, c’est comme blogueuse influente, c’est pas un métier très secure ni très gloriole. Las, il ne veut rien entendre. Je crois qu’il est cougar depuis toujours, en définitive.

Enfin, bref, il fera ce qu’il veut mais il n’en reste pas moins qu’il est drôlement généreux, mon Brian, puisqu’avec son premier « cachet » d’homme de compagnie, il m’a offert le sac Marc Jacobs que je bavais devant depuis avril (tu te souviens ?). Certes, il était soldé, mais c’est l’intention qui compte j’ai dit à Brian en l’embrassant sur la bouche.

Je crois que je suis jalouse de toutes ces vieilles femmes qu’il touche toute la journée, en fait.

☞ Je sais que ça parle beaucoup Mode cette semaine, mais c’est à cause de ma micro-allergie de l’intérieur du poignet. J’ai comme l’impression que mon stylo-plume est le grand coupable, dans cette histoire.

17

Mon truc en plumes

Les copains, j’ai un nouveau collier avec des plumes qui pendouillent. J’adore. Alors certes, elles sont déjà un peu dégueulasses (les plumes), et il va sûrement pas passer l’été (le collier), mais à 2,95€ from Sweden peut-on dire qu’on m’a prise pour un pigeon ?

Le doute est permis.

38

Tailler un short

Deux événements suffisamment majeurs pour être mentionnés ici sont survenus le week-end dernier. Le premier, et pas des moindres, c’est que j’ai porté un short sans collants à Paris. Bon, okay, pas plus d’1h30, mais il parait que quand on arrive à faire des choses qui nous demandent des efforts surhumains (ou 10 ans de psy, au choix), on a le droit de multiplier la durée de vie par 7. Comme pour les chiens.

Suivant cette logique, je ne suis pas peu fière de vous annoncer que j’ai pavané pas moins de 10h30 en short, les copains !! Déjà qu’à la plage, c’est compliqué pour moi, imaginez que c’est comme si je vous disais que je n’avais pas bu de rosé depuis 15 jours. Une aberration, en somme.

51